Le CAS, promoteur de la photographie alpine. L'univers du roc et de la glace – la photographie alpine en Suisse

Le CAS, promoteur de la photographie alpine

La montagne est depuis 150 ans dans l' objectif des photographes. Les Editions NZZ Libro Verlag publient ce mois-ci l' ouvrage « Welten aus Fels und Eis – Alpine Fotografie in der Schweiz », qui relate l' histoire de la photographie alpine depuis ses débuts et sous divers aspects. « Les Alpes » publient en résumé l' un de ses chapitres, dans lequel l' historien alpin Daniel Anker retrace le rôle joué par le CAS dans la photographie alpine.

« J' observe qu' à ces altitudes, une photographie au résultat rapide présente des avantages extraordinaires sur le dessin, même si celui-ci domine du point de vue artistique », écrit Jules Beck ( 1925-1904 ) dans l' article « Über Photographie in höheren Alpenregionen », paru en 1867 dans la quatrième livraison des Annales du Club alpin suisse. Il poursuit: « Une photo réussieconstitue aussi la meilleure base pour l' établissement de cartes topographiques. » Jules Beck, membre de la section de Berne du CAS, voulait illustrer et non décrire les hautes montagnes. Sur place, et si possible vues du sommet. Alpiniste et commerçant de talent, Beck voulait compléter par un regard d' en haut les clichés habituels pris alors du pied des montagnes, pour des raisons bien compréhensibles de poids et de fragilité du matériel de prise de vues.

Des photos assorties de descriptions

Dans son article de 1867 sur les clichés pris au-dessous de la Pointe Dufour, Beck fait la liste exhaustive du matériel utilisé, avec prix et fournisseurs, et y ajoute une description des photos. C' était nécessaire, puisque ses lecteurs ne les voyaient pas: elles ne pouvaient être offertes au regard qu' à un seul endroit, par exemple au local d' une section. Les techniques d' impression ne permettaient alors pas d' illustrer de photographies les premières publications des associations d' alpinistes. Le quatrième volume des Annales du CAS, paru en 1867, ne comporte ainsi que trois illustrations, deux gravures sur bois polychromes ainsi qu' un chromo. Les photos furent longtemps réservées à l' impression sur papier journal, dans l' impossibilité d' en assurer la reproduction.

Les photos se font une place dans les journaux

Il en alla différemment pour les journaux. La première photo que nous avons trouvée dans un journal d' alpinistes, au cours du travail de documentation destiné à cet article, est un portrait de Karl Hoffmann, un des fondateurs du Deut- Le Cervin vu du Riffel passe pour la première photo reproduite dans une revue alpine. C' est le Club Alpin Français qui joua les pionniers dans son Annuaire de 1874.

Source: photoglyptie Lemercier et Cie, Welten aus Fels und Eis, NZZ Verlag 2009 sche Alpenverein, paru dans le journal 1870/1871 de cette association. La photographie alpine ne naîtra vraiment qu' en 1874. D' abord dans le premier Annuaire du Club Alpin Français créé la même année, avec entre autres Le Cervin vu du Riffel, et d' autre part dans L' Echo des Alpes, lancé en 1865 par la section genevoise du CAS comme bulletin local, mais reconnu rapidement comme porte-parole de toutes les sections romandes. De nouvelles techniques de reproduction et d' impression permirent d' enrichir L' Echo des Alpes de 1874 de trois photos, imprimées sur un papier très fin et collées dans le bulletin. Ce fut un commencement. Les membres des associations pouvaient désormais montrer à tous leurs tirages au lieu d' être réduits à les décrire. Les alpinistes de langue anglaise durent cependant patienter encore jusqu' en 1881 pour voir l' Alpine Journal, le plus ancien périodique alpin, illustrer d' une photo son numéro de novembre. C' était une vue panoramique du Dom ( 4545 m ) et du Nadelgrat, prise par William Frederick Donkin.

L' exploitation facilitée des photos

Donkin en Grande-Bretagne, Beck en Suisse. Ce n' est pas un hasard si les grands photographes alpins des débuts publiaient leurs clichés dans des périodiques. Dans la deuxième moitié des années 1880, le procédé de l' héliogravure permit le transfert correct des images de la plaque de verre sur une page. Le 23 e volume de 1887 des Annales du CAS comporte pour la première fois cinq photos, dont l' illustration de couverture Verstanklahorn und Schwarzkopf vom oberen Vernela-Thal. La plupart des photos étaient cependant encore transformées pour l' impression en zincographies ou en xylographies, ce qui représentait un retour vers de plus anciens modes de représentation et de reproduction.

Le premier article illustré de photos fut un reportage sur « L' expédition hivernale au Gulmen ( 1792 m ) » de la section zurichoise Uto du CAS, le 10 février 1901. Malheureusement, on ne connaît pas le nom du photographe.

Source: Alpina. Mitteilungen des Schweizer Alpenclub, 1910 Une photo de l' Hospice du Grand St-Bernard – impression photo-glyptique de A. Garcin – fut la toute première photo à être publiée par le CAS.

Source: L' Echo des Alpes, n° 1, 1874. Ce périodique trimestriel fut édité par les sections romandes du CAS jusqu' en 1924.

Jules Beck avait déjà, dans l' article cité plus haut, donné son avis sur les avantages et inconvénients des deux techniques et ce thème fit régulièrement l' objet de débats dans les publications du CAS. On put ainsi lire dans la Schweizer Alpen-Zeitung de 1892, sous la plume d' Alexan Rzewuski, radiologue, photographe et membre de la section Davos du CAS: « De bonnes photos valent bien de bons dessins, mais ces derniers sont bien plus difficiles à réaliser car peu de gens montrent la même virtuosité dans le maniement du crayon ou du pinceau que dans celui du piolet ou de la canne. » De plus en plus de clubistes maîtri-saient cependant l' art de la photographie, et un nombre croissant de publications offrit la possibilité d' en imprimer les résultats. Les Annales du CAS de 1888 comportaient encore davantage de dessins que de photos. Ce n' est que le 26 e volume de 1890, imprimé dans un nouveau format plus grand, qui fit une meilleure place aux illustrations, c' est à-dire aux photos. En 1910, les Annales furent pour la première fois ornées d' une photo en couleurs intitulée Féerie d' automne au Wetterhorn.

« D' une netteté parfaite et d' un grand soin dans le traitement des détails »

On peut suivre la marche triomphale de la photographie dans d' autres publications du CAS. Ainsi de l' Album des cabanes du CAS de 1897, richement illustré de photos, qui figurait en annexe aux Annales. La revue Alpina. Mitteilungen des Schweizer Alpenclub publia pour la première fois en 1901 une chronique illustrée de photos, « Winterexpedition auf den Gulmen ». En 1922, Alpina publia un article sur l' ascension de la paroi sud du Bietschhorn. L' auteur de la première, Hans Lauper, ne se contenta pas de faire des photos durant l' ascension, il dessina aussi le tracé de l' itinéraire créé avec indication des passages clés. La photo s' ajoutait aux habituelles esquisses d' itinéraires.

Dans les guides du CAS, les photos surimprimées d' itinéraires ne firent leur apparition qu' en 1939. Le premier et le second volume du Guide du Skieur dans les Alpes Valaisannes contiennent de nombreuses photographies aériennes portant les itinéraires en surimpression afin de faciliter l' orientation.

« Concours de photographies d' amateurs »

La Commission du journal lança un concours de photographies d' amateurs Les panoramas photographiques étaient appréciés naguère comme ils le sont aujourd'hui. Le premier à être encarté dans les Annales du CAS en 1894 avait un format de 86 x 23,. " " .5 cm et montrait une Vue du Brienzer-Rothorn sur le groupe du Faulhorn ( 2351 m ).

Source: prise de vue photographique et phototypie de Schrœder & Cie., Zurich. Annales du CAS 1894 Certaines revues proposaient déjà, au cours des années 1920, des itinéraires dessinés sur des photos en noir et blanc seulement. Les Editions du CAS ne firent usage de cette technique qu' à partir de 1939, pour le deuxième volume d' excursions à skis en Valais. Cette photo s' intitule Massif du Mont-Rose, glaciers de Gorner et de Grenz. Les traits et numéros en rouge correspondent aux itinéraires décrits.

Source: Marcel Kurz, Guide du Skieur dans les Alpes Valaisannes, vol. 2/Aérophoto Swissair, n° 1047, Walter Mittelholzer en mars 1932, afin de disposer de bonnes illustrations pour la reproduction en héliogravure de la première édition des Alpes de 1925. Cent huitante-cinq clubistes envoyèrent 853 clichés en noir et blanc, dont douze ornent Les Alpes de 1933. Parmi eux, les deux clichés victorieux, assez convenables à l' œil actuel, représentant respectivement la Jungfrau et le Cervin. Dans la même édition, deux autres clichés laissent présager l' évolu de la photographie alpine dès les années 1930: Rosa Wenzel dans la montée au Piz d' Err par le glacier éponyme, photographiée par son mari Eugen, et la photo d' Hermann Hoerlin illustrant la première ascension de l' Aiguille Noire de Peuterey.

« Mon appareil est toujours prêt en bandoulière »

La revue Les Alpes parut dès 1983 en po-lychromie. Lorsqu' elle adopta en 1996 le format A4, elle afficha en couverture un snowboardeur sautant une crevasse à demi ouverte, photographié par Robert Bösch. A l' intérieur, un article de neuf pages de Giosanna Crivelli, traitant de la photographie en montagne et illustré de ses propres œuvres. On peut y lire: « Mon appareil est toujours prêt en bandoulière. » Jules Beck aurait sûrement aimé disposer d' un tel appareil. Pourtant, tout n' a pas changé depuis les débuts de la photographie, ni non plus dans les montagnes: lorsque l'on a trouvé un bon sujet, il faut penser à déclencher au bon moment. a Daniel Anker, Berne ( trad. ) Jungfrau, Abendstimmung, le cliché vainqueur d' un concours pour photographes amateurs proposé en 1932 par le CAS. Cette prise de vue a été publiée avec onze autres clichés du concours.

Source: Rud. Just, Bâle dans Les Alpes, revue mensuelle du CAS 1933 Le Pilier d' angle de l' arête de Peuterey de Hermann Hoerlin, photo publiée en 1933 comme cliché remarquable du concours. Féerie d' automne au Wetterhorn, première photographie en couleurs dans une publication du CAS. Il fallut attendre le milieu des années 1970 pour que les photos en couleurs puissent être régulièrement reproduites.

Photo: cliché autochrome d' Aug. Rupp, Saarbrücken ( Annales du CAS 1910 ) C' est un exemple de l' évolution de la photo alpine dès 1930.

Source: Les Alpes, revue mensuelle du CAS 1933

Alpinisme et autres sports de montagne

Alpinismo e altri sport di montagna

Feedback