Le Désert blanc. Joyau inconnu de l'Egypte

Baris Assouan Louksor Dépression des oasis de New Valley Route

ne minorité de touristes combinent leurs vacances en Egypte avec une exploration du désert, paysage pourtant caractéristique de ce pays, qu' il constitue 96,. " " .5% de sa superficie. La région la plus intéressante à cet égard, le Désert blanc, se situe entre le point d' atterrissage du ballon de Piccard et un champ de tombes du bas empire récemment découvert. C' est une contrée crayeuse de cinq mille kilomètres carrés, à six cents kilomètres environ au sud-ouest du Caire.

L' histoire de la Terre au bord de la route

J' ai voyagé pour la première fois au pays des pharaons il y a dix-sept ans. Du Caire, je voulais parcourir la ceinture des oasis occidentales, aujourd'hui appelée New Valley. A cette époque, on pouvait les atteindre en auto-stop seulement, alors qu' aujourd, une ligne d' autobus les rend directement accessibles. La route entre Le Caire et Baharieh ( 380 km ), récemment asphaltée, était jadis constellée de gros nids-de-poule. A mi-chemin, une sorte d' auberge ( resthouse ), datant de ces temps passés, per-

U

Pho to :D ion ys M os er Le Désert blanc – joyau encore inconnu; l' érosion sculpte des formes bouffonnes dans le calcaire crayeux, blanc comme neige

T E X T E / P H O TO S Dionys Moser, Adligenswil

INCONNU DE L' EGYPTE

LES ALPES 2/2001

met d' intercaler une pause bienvenue, même si par son aspect extérieur, elle semble complètement en ruine. Mais, dans le néant du désert, la plus petite place ombragée, si modeste soit-elle, n' est pas à négliger. Les sandwichs qu' on y vend ne se sont pas améliorés au fil des ans: secs comme le désert, avec une tranche de fromage coriace. Consommés avec des piments forts et un verre de thé bouillant, ils sont au rendez-vous de chacune de mes traversées désertiques.

Le trajet en taxi dure normalement quatre heures,mais il se prolonge à cause de mes multiples arrêts photo. De nombreux morceaux de bois fossilisé aux formes originales, parfois des troncs entiers, gisent au bord de la route. A un certain endroit, que nous avons baptisé la place des « melons de pierre », on aperçoit de gigantesques sphères de calcaire mesurant jusqu' à un mètre de diamètre et contenant des fossiles de protozoaires.

Loin du Caire

Bawiti, le chef-lieu de l' oasis de Baharieh, est un mélange de sous-développement, de tradition et de constructions en béton, édifiées rapidement et à bon marché. Quant aux habitations traditionnelles en terre glaise, elles se trouvent en retrait, derrière la première lignée de ces immeubles « modernes ». Contrairement à ceux-ci, qui doivent impérativement être dotés de ventilateurs, l' inté des maisons traditionnelles reste frais, grâce à leur matériau. Tout au long de la rue principale, on entend le bourdonnement des postes de télévision qui s' échappe

Pho to s:

Dion ys M os er Jour de lessive dans une petite oasis Dans les petites oasis, les maisons sont encore construites en briques de terre glaise LES ALPES 2/2001

des nombreuses échoppes minuscules, ainsi que la musique nasillarde des récepteurs de radio arabe, ouverts à pleine puissance. Le silence ne s' établit que lors de l' appel à la prière, lancé par le muezzin. Alors tous les magasins se ferment. Ils « ouvriront une demi-heure plus tard », mais on ne sait pas laquelle!

Chaque fois qu' un véhicule complètement pourri tangue en klaxonnant bruyamment dans la rue commer-çante, il soulève un gros nuage de poussière qui pénètre jusque dans les bazars qui débordent de denrées alimentaires. Encore assez nombreuses, les charrettes que tirent des ânes, sont de plus en plus remplacées par des four-gonnettes et des camions, véritables miracles du bricolage local! Au cours de mes nombreuses visites,je me suis lié d' amitié avec plusieurs personnes, dont Abdel Raouf

Des plantes poussent ça et là, sous l' action conjuguée de la rosée matinale et des trop rares précipitations Crépuscule dans un oued du Désert blanc Rahab, guide compétent pour la traversée du désert LES ALPES 2/2001 Pho to s:

Dion ys M os er Un univers féerique – des paysages qui paraissent d' un autre monde Des figures archaïques naissent selon les caprices de la nature – « Rhinocéros géant » Fenêtre de pierre, ouverte sur le monde féerique du Désert blanc Les couchers de soleil, spectaculaires, sont une expérience inoubliable dans ce désert où règne un silence absolu Combinaison harmonieuse de formes sculptées dans le sable, la pierre et l' ombre LES ALPES 2/2001

Khalil Fergany, surnommé Orlow, certainement le meilleur guide actuel pour les excursions dans le désert occidental d' Egypte. Il est très important de cultiver de bonnes relations dans cet endroit perdu. En effet, sans cet appui, se procurer un véhicule adapté au désert et de l' essence en suffisance n' est pas une tâche facile. De plus, Orlow s' occupe aussi de la nourriture.

Vestiges romains

Si l'on quitte Bawiti en direction d' El Haiz, le paysage change très rapidement. De chaque côté de la route des montagnes coniques de couleur très sombre s' élèvent au-dessus de la plaine sableuse: c' est le « désert noir ». Cette teinte de la roche, nommée laque désertique, provient de l' oxydation de ses minéraux constitutifs.

Située à cinquante kilomètres de Bawiti, dans la même dépression tectonique, l' oasis d' El Haiz était déjà connue des Romains.. " " .De nombreux tombeaux à ciel ouvert et une basilique du IVe siècle témoignent de cette ancienne colonisation.

A l' extrémité sud-est de la dépression de l' oasis, nous quittons la route pour entamer la montée d' une pente de sable. J' y avais découvert auparavant des fragments fossilisés d' œufs d' autruches, bien que ces oiseaux aient disparu de cette contrée depuis des siècles.

Contrastant avec le bleu profond et immuable du ciel, la teinte dominante du paysage se modifie constamment. Ici, dans ce « désert gris », on trouve partout des pierres artistiquement modelées par l' érosion abrasive du vent. On les appelle galets à facettes. Leur surface est très finement polie. Lorsque nous traversons un oued ( sillon fluvial asséché ), nous découvrons parfois un buisson rabougri ou quelques brins d' herbe, rôtis par le soleil.

LES ALPES 2/2001

Après deux heures de route à travers le sable et les cailloux, nous atteignons une région unique au monde: des collines de concrétions de calcite de la dimension d' une maison bordent notre chemin. Partout, le regard se pose sur d' innombrables cristaux. En surface, ils sont fortement érodés. Dans les anfractuosités, par contre, on peut les admirer dans toute leur splendeur. La palette va du blanc au noir, en passant par le gris, le jaune et le brun. Il est illusoire de vouloir en détacher de ces cavernes, car ils se briseraient immanquablement en mille éclats, en raison du faible degré de dureté de la calcite.

De la neige dans le désert?

J' ai découvert cette région il y a douze ans. Sa superficie s' élève à quelques douzaines de kilomètres carrés. Depuis, mes amis bédouins l' appellent Crystal Mountains ( les montagnes de cristal ).

Après cette aventure minéralogique, nous poursuivons notre excursion vers El Agabad ( ce qui signifie « difficile » ). C' est là, avec la dépression de Farafreh, que commence le Désert blanc. Le paysage, comparable à celui de la Mountain Valley, aux Etats-Unis, est parsemé de puissantes buttes, faites de gigantesques falaises de calcaire

Pho to s: Dion ys M os er « La banquise du Sahara », au centre du Désert blanc: des ondulations rocheuses de craie blanche comme neige qui évoquent le Groenland « Popeye » immortalisé dans la roche crayeuse LES ALPES 2/2001

crayeux, qui atteignent jusqu' à cent cinquante mètres de hauteur. Par son action permanente, l' érosion du vent confère à ces roches un blanc éclatant et aveuglant.

Il y a dix-sept ans, lorsque j' ai montré mes premières diapositives de cette région, on m' a très souvent demandé si c' était de la neige. En effet, vu de loin, le blanc immaculé de ce calcaire crayeux fait illusion. Sans lunettes à soleil de qualité, on risque l' aveuglement dans ce désert. La réflexion des rayons du soleil y est aussi intense qu' en hiver sur la neige, en montagne.

Lorsqu' on aborde le Désert blanc pour la première fois, on est vivement impressionné par toutes ces sculptures d' un blanc neigeux.. " " .On assiste à un spectacle unique de roches burinées par le vent. Les photos prises par satellite montrent une étrange ressemblance avec le sol de la planète Mars. Même les aires d' atterrissages des ovnis semblent y figurer! En effet, trois emplacements circulaires, formés d' une roche différente et très dure, donnent cette impression.

Cette région est probablement désertique depuis cinq cent mille ans.. " " .Il est du moins certain que le vent et le sable modèlent ce paysage depuis plus de huit millénaires. Pour les géologues, cette contrée est l' une des plus riches de la planète en ce qui concerne les formes d' érosion par le vent.

Le désert, un voyage vers les origines

Dans la dépression de Farafreh, les dépôts de craie marine tendre, qui s' érode facilement, surprennent par la diversité de leurs formes. Outre les yardangs classiques, sillons parallèles creusés dans la direction du vent, on découvre des blocs en forme de champignons, de toutes les grandeurs imaginables, des roches moutonnées, des aiguilles de plusieurs mètres de haut, des ondulations rocheuses semblables à de la glace rigide, etc. Certaines de ces sculptures évoquent en moi des visages connus, comme celui de Mao ou de Sherlock Holmes. Ou encore des lapins, des poules ou des têtes de chevaux.

Les nuits sont empreintes d' un certain romantisme. A la nouvelle lune, en l' absence de lumière artificielle le sol n' est visible que sur quelques mètres devant soi. Les étoiles filantes ressemblent à des fusées lumineuses. Quand la lune est pleine, les ombres des rochers tournent avec elle, nous offrant une vision inoubliable. Le calme et l' immensité du désert nous pénètrent intensément pendant la nuit. Il faut s' habituer à ce silence absolu, troublé seulement par le tic-tac d' une montre.. " " .Et le bruit du mouvement d' un réveil, qui résonne jusqu' à cinquante mètres! a

Traduit de l' allemand par Cyril Aubert

Pho to :D ion ys M os er « Les trois Confédérés »: trois aiguilles crayeuses de plusieurs mètres de haut

Feedback