Le ski des Vikings

Les Vikings pratiquaient-ils le télémark? Une découverte libérée par un glacier en Norvège donne un nouvel éclairage à l’histoire du ski.

Le ski en soi ne constituait pas une surprise: 172 cm de long, 14,5 cm de large, la fonte d’un glacier du Parc national de Reinheimen l’avait rejeté en 2014. La datation a révélé un âge de 1300 ans. D’autres découvertes en Norvège avaient déjà été datées à 5000 ans. Le «plus vieux ski du monde», retrouvé en Russie septentrionale, avait 8000 ans. C’est la fixation qui a créé la véritable surprise: après 1300 ans dans la glace, elle était encore intacte. Il s’agissait de la plus ancienne au monde bien conservée. Et elle posait une énigme.

Fait pour la descente

Jusqu’alors, on était parti du principe que les skis de cette époque n’étaient rien d’autre que des espèces de raquettes primitives. Mais cette fixation entourait aussi le talon d’une courroie en cuir. Le ski de Reinheimen s’avérait donc plutôt être un ski de télémark primitif. «On pouvait descendre avec ce ski», explique l’archéologue Espen Finstad. Cela a bouleversé tout ce que l’on pensait connaître de l’histoire du ski en Norvège. Jusqu’à présent, on pensait que c’était Sondre Norheim, l’inventeur en 1868 des skis de télémark, qui avait eu le premier l’idée d’une fixation à talon libre.

Pourtant l’invention de ce Norvégien était apparemment connue de la personne qui a perdu son ski il y a 1300 ans à Reinheimen. Les chercheurs étaient face à une énigme. Ce «ski de Viking» semblait appartenir à une toute autre tradition. Mais laquelle? Et comment l’utilisait-on à l’époque?

L’Altaï, berceau du ski

C’est Aiken Jasan, un étudiant chinois en année d’échange et collaborant aux travaux d’Espen Finstad, qui a apporté un premier élément de réponse. Lorsqu’il a vu le ski, il a parlé à ses collègues norvégiens stupéfaits d’une tradition de ski qui règne depuis des siècles dans l’Altaï et fait la fierté de sa population.

Les éleveurs de rennes nomades de l’Altaï tirent leurs skis de troncs d’arbres, qu’ils fendent au prix de gros efforts. Ils les arrosent ensuite, avant de les recourber au-dessus d’un feu à l’air libre. Des peaux solidement attachées aux skis aident à la montée et servent aussi à la descente. Ces lattes leur permettent de parcourir de grandes distances en hiver. Ils en profitent aussi pour faire de folles descentes dans la poudreuse légère de leur glaciale patrie. Mais celles-ci servent surtout à capturer du gros gibier. «Ils surprennent les bêtes à vive allure, lancent un lasso autour de leurs bois et se servent de leurs skis pour les stopper», explique Espen Finstad. Grâce à leurs skis très longs, bien enfoncés dans la neige et posés perpendiculairement à la course, ils finissent presque toujours par l’emporter sur le gibier dans cette guerre d’usure.

Difficile sans les carres

Aiken Jasan a activé ses contacts et organisé une excursion dans l’Altaï, au terme de laquelle des skieurs traditionnels sont venus en Norvège. Ils ont montré aux chercheurs comment on pratiquait ce ski préhistorique. Pour ce faire, les chercheurs avaient fait fabriquer au préalable une parfaite réplique de ces skis par des artisans locaux et les avaient essayés. Dépourvues de carres, ces lattes larges et longues se sont cependant avérées difficiles à maîtriser. Les spécialistes chinois ont alors montré aux Norvégiens comment s’y prendre: poids du corps sur l’arrière des skis, appui sur un solide bâton en bois servant à la fois de soutien et de gouvernail. Cette nouvelle technique ancestrale a fait l’objet d’une présentation officielle au Festival du ski de Lom. Dès cet hiver, le musée de l’alpinisme local veut louer ces répliques aux touristes.

Connexion étroite dans le Nord

Mais que signifie concrètement la découverte du ski de Reinheimen pour les scientifiques? «Il semble qu’il existe une très ancienne connexion entre l’Asie et l’Europe du Nord», affirme Espen Finstad. Jusqu’à présent, on croyait que le ski avait été découvert en différents endroits indépendants les uns des autres. Le fait que les skieurs de l’Altaï aient immédiatement su comment faire usage de ces «skis de Vikings» donne un nouvel éclairage à l’histoire. «Grâce à cette technique, les chasseurs-cueilleurs étaient en mesure de parcourir de longues distances, déclare Espen Finstad. Peut-être déjà voici 10 000 ans.» Ou même encore plus tôt? «Nous ne le savons pas. Grâce à cette technique, cela aurait aussi été possible en pleine période glaciaire», conclut-il. Soit il y a 20 000 ans.

Feedback