Le sport de compétition n’est pas toujours sexy

Le chemin qui mène au succès est sinueux et demande une bonne dose de travail acharné et d’entraînement quotidien. C’est justement pour cela que nous, entraîneurs, devons présenter avec honnêteté et transparence aux jeunes athlètes les perspectives qui les attendent dans la discipline qu’ils ont choisie. Nous devons transmettre des valeurs telles que la volonté d’être performant et le fair-play de sorte qu’elles leur paraissent attrayantes.

J’entends souvent dire que les jeunes ne sont pas motivés à travailler ou à atteindre de grands objectifs. C’est une grosse erreur. En réalité, il faut simplement leur offrir des perspectives et des plateformes attractives pour qu’ils puissent s’épanouir. Et elles ne sont pas forcément en lien avec un porte-monnaie bien garni.

Réussir et monter sur le podium, voilà l’objectif le plus souvent mentionné par les jeunes athlètes. Toutefois, sur le chemin du succès, il faut aussi pouvoir encaisser des échecs. Il faut faire preuve d’une curiosité toujours renouvelée, de courage, et être prêt à commettre aussi beaucoup d’erreurs.

Souvent, un sportif progresse plus par ses erreurs que par de nombreuses victoires. Cependant, ce n’est vrai que si les fautes sont analysées et que le processus d’apprentissage est supervisé par un entraîneur qualifié. En effet, la carrière d’un sportif est bien trop courte pour qu’il puisse faire lui-même l’expérience de toutes les erreurs. C’est pourquoi les entraîneurs expérimentés et bien formés jouent un rôle-clé dans le sport de compétition. Swiss Olympic, notre association faîtière, l’a intégré depuis longtemps, et c’est pour cette raison qu’elle cofinance directement les salaires des entraîneurs d’associations sportives. Depuis peu, Swiss Ski Mountaineering profite aussi de cette décision, même si notre discipline n’est pas encore olympique.

Feedback