Le Triftsee noyé dans ses propres eaux

A propos de l’article «Barrage dans la région de Trift: le CAS dit oui», paru dans «Les Alpes» 11/2017

Le CAS est favorable à la construction d’un immense barrage dans la région de Trift, dans le Haslital, et donc à la destruction d’une perle de la nature. Pour quelques milliers de francs, on produira de l’énergie qui pourrait très bien être économisée ailleurs si la politique énergétique n’était pas aussi hypocrite, l’immigration si importante et si l’argent ne dirigeait pas le monde.

L’investissement pour la construction du barrage, la mise à mort de ce bijou de la nature, doit se monter à 400 millions. Dans quel monde absurde vivons-nous? Où sont les libres esprits qui apprécient encore une nature intacte et se battent pour elle? Manifestement, le CAS ne sait plus non plus ce qui fait la beauté des montagnes: «Le paradis, c’est l’absence de l’homme», a écrit le philosophe Emil Cioran. Et parfois, nous sommes les hôtes du paradis. Ce projet ne doit pas être réalisé!

Feedback