«Les Alpes» en format tabloïd (8/2013)

Tous mes compliments pour la conception de ce journal, réalisé de manière très informative ! Ce format peut être maintenu à mon avis. Il est certainement plus économique que la revue sur papier glacé. Hans Dummermuth, Ittigen (trad.)

Un rayon de soleil ! Quelle joie de voir la présentation simple du numéro spécial du mois d’août 2013 ! Les auteurs de la revue publicitaire sur papier glacé semblent avoir répondu à mon appel intérieur : ils s’éloignent enfin de cet hymne à la nature lisse servant avant tout à encourager les ventes des magasins de sport. Puisje espérer la poursuite de cette démarche à long terme ? Christoph Helbling, Berne (trad.)

Toutes mes félicitations pour votre édition spéciale d’août ! Elle m’a tellement plu que je propose d’adopter immédiatement son format « journal ». Plusieurs points parlent en sa faveur : la mise en page est très agréable, le journal offre une vue d’ensemble très claire. Il est aussi plaisant de le voir s’éloigner de toutes les revues sur papier glacé. C’est à mon avis bien plus respectueux de l’environnement, ce qui correspond mieux aux fondements de notre club ! Et si sa production est meilleur marché, un argument supplémentaire parle en sa faveur ! J’espère que d’autres membres partagent mon avis !  Markus Wüthrich, Niederscherli (trad.)

Je vous adresse mes félicitations pour cette édition spéciale. Enfin un numéro plus riche que ce que son aspect extérieur pourrait laisser croire. Ne pourrait-on pas prendre en considération son concept, sa présentation et sa mise en page pour les futures éditions de la revue « Les Alpes » ? Sepp Ruggli, Teufen AR (trad.) 

Commentaire de la rédaction

Les nombreuses réactions positives qui nous sont parvenues à la suite de l’édition spéciale du mois d’août nous ont réjouis. Merci à tous ! Beaucoup de lecteurs souhaitent la poursuite de ce format, car il serait plus écologique et économique. La réalité est cependant un peu différente. Le coût du papier et de l’impression est certainement meilleur marché. En revanche, l’équipe de la rédaction a dû fournir, durant un mois, environ un tiers d’heures de travail en plus pour la production. Les frais de traduction et de relecture ont de leur côté augmenté de 50% environ. Globalement, la production permanente d’un tel journal déboucherait sur un coût en personnel bien plus élevé, ce qui rendrait son édition plus onéreuse que le format actuel de la revue. Pour ce qui est de l’aspect écologique, nous recevons aussi régulièrement des réactions concernant l’impact environnemental de la revue. Nous aborderons ce thème dans une de nos éditions hivernales, début 2014, pour expliquer de quoi la revue est faite et quelle est sa réelle empreinte écologique. 

Feedback