Les avalanches créent un espace vital. Une plus grande biodiversité dans les couloirs d'avalanches

Les avalanches créent un espace vital

Aux avalanches, on associe toujours la destruction. Or ces phénomènes naturels créent aussi de nouveaux espaces vitaux et contribuent, précisément par leur potentiel destructeur, à la biodiversité. Si la fréquence des avalanches augmente dans une zone donnée, la richesse en espèces végétales augmentera aussi. Des études sur ce sujet viennent d' être réalisées au Dischmatal près de Davos 1.

Depuis que l' homme s' est établi dans les Alpes, il a toujours perçu les avalanches comme des dangers naturels. Chaque année, des masses de neige dévalent les pentes en grondant et arrachent tout sur leur passage, forêts, bâtiments, routes et autres installations. Ceux qui s' adonnent aux sports d' hiver à l' écart des pistes en sont parfois aussi victimes. Mais si elles représentent bien un danger pour l' homme et les animaux, les avalanches procurent à d' autres organismes le cadre de vie dont ils ont besoin. En effet, les couloirs d' avalanches sont des refuges qui permettent à de nombreuses plantes de survivre. La destruction périodique de leur milieu naturel crée des conditions dont diverses associations de plantes peuvent profiter. Ce phénomène est déjà connu pour d' autres catastrophes naturelles: certains végétaux des bords de rivières ou certaines espèces adaptées au feu, par exemple, ne peuvent exister que si leur milieu est périodiquement inondé ou brûlé. Or le bouleversement du site naturel provoqué par l' ava a lui aussi des aspects positifs, comme le montre une étude de l' Institut fédéral pour l' étude de la neige et des avalanches ENA.

Les avalanches modifient la répartition de la neige

C' est l' hiver. Après une forte chute de neige, des avalanches dévalent la pente en grondant. Avec une force terrible, elles brisent les arbres comme des allumettes et arrachent tout sur leur passage. Quelques mois plus tard, les derniers restes de neige fondent, des fleurs et de l' herbe poussent sur le tracé de l' ava. La question surgit alors: quel est l' impact écologique des avalanches? On peut dire qu' elles transforment leur environnement de deux manières. D' une part, elles agissent par la force mécanique des masses de neige en mouvement, d' autre part elles modifient les conditions écologiques dans le couloir où elles descendent. Comme le centre du couloir est plus touché que les bords, différentes ceintures de végétation se forment à ces endroits.

1 « Auswirkungen von Lawinen auf die Vegetation: Eine Studie im Dischmatal. » Travail de diplôme de Sibyl Brugger à l' Institut fédéral pour l' étude de la neige et des avalanches ENA.

Vue sur le couloir d' avalanches en hiver, Sankt Antönien en Autriche Pho to :P et er Be bi LES ALPES 1/2004

Sur le plan mécanique, l' avalanche agit surtout sur les arbres. A partir de 10 cm de diamètre, les troncs ne peuvent plus plier sous la pression des masses de neige et ils se cassent. S' ensuit une trouée dans la forêt et par là même un milieu favorable aux plantes qui ont besoin de lumière. Les avalanches vont également changer la répartition de la neige sur leur tracé, si bien que l' humidité et les éléments nutritifs disponibles pour les plantes vont se modifier. Une avalanche qui balaie toute la couche de neige provoque une perte d' humidité. Ensuite, vu le manque de couverture neigeuse isolante, le sol va se refroidir et sera exposé au gel.

Lorsque l' avalanche s' arrête, toute la neige accumulée se dépose au bas de la pente. A cet endroit, la végétation est protégée durant l' hiver du gel et des charges mécaniques; en revanche, au printemps, le sol reste plus longtemps recouvert par la neige. Ce raccourcissement supplémentaire de la période de croissance peut entraîner la mort des plantes de l' étage subalpin. Mais d' un autre côté, la neige déposée apporte davantage d' humidité et d' éléments nutritifs, ce qui est favorable à la croissance des plantes.

La biodiversité dans les couloirs d' avalanches

La fréquence et l' intensité des glissements de neige qui se produisent dans un couloir donné dépendent des conditions de neige et de la météo et varient avec les années. Dans les grosses avalanches, les principales difficultés pour les plantes résultent de l' action mécanique et de la perte de couverture neigeuse, tandis que dans les plus petites, la végétation doit s' accommoder du fait qu' une masse de neige s' accumule au bas de la pente. Ainsi, les conditions varient énormément d' une année à l' autre sur un très petit espace. Il en résulte une biodiversité bien plus importante que dans la forêt environnante. Plus les avalanches sont fréquentes, plus la différence est marquée entre couloirs et forêt. Les couloirs où des avalanches descendent chaque année sont plus riches en espèces que ceux où elles sont plus rares.

Il n' y a pas de « plante d' avalanche » typique. Plus de 80% des 141 espèces observées se concentre dans moins de 5%

L' étendue des dégâts ne peut être constatée qu' après la fonte des neiges Graviers dans le couloir d' ava. Les grandes surfaces dégagées se forment suite aux avalanches qui descendent et permettent aux plantes, qui ont besoin de lumière, de survivre Couloir d' avalanches Wildi dans le Dischmatal. On distingue nettement les différentes couches de végétation: la forêt, la zone intermédiaire avec des arbustes et la zone centrale sans arbre Dans un couloir où les avalanches sont peu fréquentes. Ici les arbres peuvent reprendre racine lentement et empêchent les plantes, qui ont besoin de lumière, de repousser Photo: Peter Bebi Pho to :P et er Be bi Photo: Peter Bebi LES ALPES 1/2004

des surfaces examinées, bien que la végétation des zones non touchées par les avalanches, une forêt de mélèzes et de pins, soit uniforme sur l' ensemble du territoire observé ( le Dischmatal près de Davos ). Cela signifie que de nombreuses plantes vivaces, appartenant à diverses familles et formes de vie, trouvent un espace pour survivre dans cette forêt. Des plantes d' altitude peuvent coloniser les clairières des couloirs à partir d' un habitat plus élevé et des plantes forestières à partir des bois voisins. Cet espace réduit offre toute une palette de terrains, de sorte que des plantes très variées y trouvent chacune leur niche, celles qui aiment un terrain sec aussi bien que celles qui préfèrent l' humidité, celles qui ont besoin d' un sol riche aussi bien que celles qui cherchent un sol pauvre.

Un milieu relativement stable malgré des perturbations fréquentes

Les conditions qui règnent dans les couloirs d' avalanches sont relativement stables en dépit des fréquentes perturbations, comme on peut l' observer sur quelques espèces, dites thérophytes. Ce sont des plantes pionnières capables de coloniser très rapidement des espaces perturbés, mais qui ne résistent pas à la concurrence à long terme. Elles ne sont présentes que lorsque la forêt a été détruite durant les années précédentes. Sinon ce sont d' autres plantes résistant durablement à la concurrence qui s' im sur le tracé des avalanches. Ces dernières provoquent un stress suffisant pour empêcher que quelques espèces végétales dominantes ne se répandent. Par ailleurs, l' intensité de la perturbation est trop faible, même si les avalanches descendent chaque année dans un couloir donné, pour y limiter la colonisation par les seules espèces spécialisées. Les avalanches augmentent ainsi la biodiversité et contribuent à la richesse de la vie. Elles forment donc un élément important des écosystèmes en montagne et augmentent la qualité de l' espace alpin. a

Sibyl Brugger, section L' espace alpin, ENA Davos ( trad. ) Dans les couloirs d' avalanches, comme ici dans le Dischmatal, on reconnaît de grandes différences de terrains sur un petit espace Prélèvement de végétation dans un couloir d' avalanches dans le Dischmatal Dans le couloir d' avalanches, différents types de végétation se forment. Sur la photo, des arbres, des buissons et des herbes se côtoient Photo: Cornelia Gansner Pho to :S ib yl Bru gge r Pho to :C or neli a Ga ns ne r Pho to :B irgi t O ttme r

Feedback