Les coups de soleil s’additionnent Protection contre les UV indispensable en montagne

Le soleil attaque la peau, particu­lièrement en altitude. On peut éviter les coups de soleil et réduire les dégâts à long terme grâce à une protection adéquate.

La montagne n’est pas un endroit idéal pour la peau. Elle y est non seulement malmenée par le froid, le vent, l’air sec, la pluie et la neige, mais le rayonnement ultraviolet (UV) y augmente encore de 10 à 15% par 1000 mètres. S’il y a de la neige, les rayons sont réfléchis et renforcent encore l’effet jusqu’à 50%.

Cumul des lésions

Mauvais pour la peau. Si le coup de soleil menace, les rayons UV se révèlent cependant tout aussi nuisibles en l’absence d’inflammation. «Les lésions dues au soleil s’additionnent en cours de vie et provoquent le vieillissement précoce de la peau qui se traduit par des rides et des taches», explique le dermatologue René Meyrat, de Coire. Ce n’est pas beau, et les taches peuvent constituer le stade préliminaire d’une tumeur de la peau.

Plus de cancers de la peau

Chaque année, on diagnostique en Suisse près de 15 000 nouveaux cas de cancer de la peau. Selon les données de la Ligue suisse contre le cancer, la fréquence de cette maladie a augmenté de manière importante ces dernières années. Toujous selon elle, il y a deux raisons à cela: une espérance de vie plus élevée et le comportement durant les loisirs. Les hommes sont de plus en plus à l’extérieur, soit exposés au soleil.

Les types de cancers de la peau les plus courants sont bénins et ceux des peaux claires. En 2012, ce sont cependant près de 2100 personnes qui ont été atteintes du dangereux mélanome. Dans la même année, presque 300 personnes en sont mortes.

Parties exposées

De bonnes raisons donc de se protéger si l’on ne veut pas rester à l’ombre. Avec des vêtements, un chapeau et des lunettes à soleil, une bonne partie du corps peut être recouverte. Mais même si l’on porte des manches longues et des pantalons, le visage, le cou et les mains demeurent exposés aux rayonnements. Le nez, le bord des oreilles et les lèvres sont particulièrement exposés.

On devrait appliquer de la crème solaire, voire un bâton à lèvres, contenant des filtres à UV; cela en prenant garde de tout recouvrir, d’en mettre assez et de l’appliquer au moins une demi-heure avant de s’exposer au soleil. René Meyrat préfère les crèmes classiques et les lotions aux sprays. «Plus une solution est aqueuse, plus elle dessèche la peau», explique-t-il.

Indice de protection élevé requis

Les produits solaires à indice de protection élevé sont généralement indiqués en montagne. Même lorsque le soleil est caché, le rayonnement UV peut être important. «Dans un léger brouillard, la nuisance peut s’avérer particulièrement forte en raison d’une démultiplication de la réflexion, soit presque autant qu’en cas de rayonnement direct», fait remarquer le dermatologue. Même pour des personnes de teint mat, voire à peau foncée, un indice de protection élevé est recommandé. «Ils peuvent certes s’exposer plus longtemps au soleil, mais après une demi-heure, leur protection personnelle a aussi atteint ses limites.»

Que considère-t-on donc comme un indice de protection élevé? «30 ou plus», affirme René Meyrat. Mais entendons-nous sur ces valeurs: le facteur 20 signifie que le rayonnement UV est réduit d’environ 95%. Le facteur 50 procure une réduction de près de 98%. Pour les quelques pour cent de protection supplémentaire, il faut compter avec un surcoût considérable en magasin. Et le dermatologue de conseiller: «Il est plus efficace d’appliquer de la crème régulièrement et, selon l’exposition, plusieurs fois par jour, plutôt que de dépenser beaucoup d’argent pour des crèmes à indice élevé.»

Informations complémentaires

R. Meyrat, «La peau», in: ABC médical pour alpinistes. Premiers secours, sauvetage et conseils de santé, Editions du CAS, Berne 2011, pp. 247-256

Pour des informations détaillées sur le cancer de la peau, consulter la Ligue suisse contre le cancer: www.liguecancer.ch

Feedback