Les glaciers des Alpes suisses en 1976/77

Remarque : Cet article est disponible dans une langue uniquement. Auparavant, les bulletins annuels n'étaient pas traduits.

Extrait du g8' rapport de la Commission des glaciers de la SHSN Peter Kasser et Markus Aellen Laboratoires de recherches hydrauliques, hydrologiques et glaciologiques ( VAW ) à l' EPFZ INTRODUCTION Dans l' année du présent, le réseau d' observation de la Commission des glaciers de la Société helvétique des sciences naturelles ( SHSN ) comprend 117 langues glaciaires où se font les mesures de variation de longueur. Les mesures organisées, élaborées et interprétées par les VAW, sont effectuées par 9 services forestiers cantonaux ( 83 glaciers ), par 6 collaborateurs privés ( 13 glaciers ), par 2 sociétés de forces motrices ( 4 glaciers ), par l' Institut fédéral pour l' étude de la neige et des avalanches ( IFENA ) ( I glacier ) et par les VAW ( 16 glaciers ). Le Service topographique fédéral ( L + T ) et la Direction fédérale des mensurations cadastrales ( V + D ) ont exécuté de nombreux vols photogrammétriques. L' étude des bilans de masse des glaciers d' Aletsch, de Gries ( Aegina ), de Limmern, de Plattalva et de la Silvretta fait partie des programmes de recherches à long terme des VAW.

conditions climatiques et d' enneigement de l' année 1976/77 La description des conditions climatiques se fonde sur les rapports annuels de l' Institut suisse de météorologie ( ISM ), de l' Office fédéral pour l' économie hydraulique ( A +W ) et de l' IFENA, ainsi que sur les données provenant du réseau de stations nivométriques, commun à cet institut et aux VAW ( tableau 4 ). D' autres informations sont tirées des bulletins mensuels météorologiques de l' ISM. A. Lemans ( ISM ) a mis à notre disposition les mesures de température ( tableau 1 ), contenues dans son rapport annuel sur les résidus de névé; le Figures rapport de M. Schild ( IFENA ) sur la neige et les avalanches de l' hiver 1976/77 a été reproduit partiellement.

Le déroulement des conditions météorologiques de l' exercice est représenté à la figure des pages 148/149 par les déviations des moyennes journalières des températures de trois stations ( Zurich, Locarno-Monti et Jungfraujoch ), ainsi que par les sommes quotidiennes des précipitations, mesurées à quatre stations ( Zurich, Locarno-Monti, Säntis et Sion ). En outre, on a représenté l' altitude de l' isotherme de zéro degré, observée chaque jour, à ^heures, dans l' atmo libre au-dessus de Payerne.

On a inclus dans le présent rapport le mois de septembre 1976, sombre et beaucoup trop froid, parce que les glaciers du versant sud des Alpes, de l' Engadine et des Grisons ont été définitivement enneigés avant le milieu du mois, à la suite des chutes de neige excessives; dans la même région et dans le Haut-Valais, les précipitations d' octobre furent également trop fortes, par températures à peu près normales au Tessin, trop élevées dans le reste de la Suisse. Entre les 13 et 15 octobre, les glaciers du versant nord des Alpes et du Valais reçurent leur couverture permanente de neige hivernale; dans les vallées, l' hiver ne s' installa définitivement qu' entre la fin d' octobre et le début de décembre.

De novembre à mars, les quantités normales de précipitations furent dépassées ou au moins atteintes dans toutes les régions. Durant tous ces mois, saufen décembre, la moyenne fut nettement dépassée au sud des Alpes. En janvier, on a noté au Tessin et dans les vallées méridionales des Grisons 3 à 4 fois la quantité normale; du 1 o au 12 de ce mois, on vit se déposer en 36 heures une couche de neige fraîche, épaisse de 54 centimètres à Locarno, de 97 centimètres à Olivone et de 105 centimètres à Airolo. Le versant nord des Alpes et le Valais ont reçu des précipitations excessives de décembre à février, le centre des Grisons en février et l' Engadine de janvier à mars. Les mois de février et de mars ont été anormalement chauds au nord des Alpes, avec des moyennes mensuelles s' écartant respectivement de 4 à 5° et de 2 à 4° de la norme.

Au nord des Alpes, le mois d' avril, avec des quantités 2 à 3 fois supérieures à la normale, compte parmi les mois les plus riches en pluie de la période 1901 à 1977. Au sud des Alpes, où les précipitations arrivèrent surtout du 28 au 30 avril, on a mesuré 100 à 150% de la normale. Partout ce mois fut trop froid et, sauf au Tessin, pauvre en insolation.

Pendant les mois de mai à septembre, les températures furent en général trop basses et n' atteigni qu' exceptionnellement la normale; l' insola fut également déficitaire, saufen septembre, où l' Oberland bernois, le Valais et le Tessin ont enregistré de faibles excédents. Au cours des I 7 dernières années, les sommes des températures journalières positives de mai à septembre n' ont été qu' exceptionnellement plus faibles qu' en 1977. Les sommes des précipitations estivales dépassèrent la norme au sud des Alpes et restèrent à peu près normales ailleurs.

Sur les glaciers, la période d' ablation s' est poursuivie au cours d' un mois de septembre trop sec. Les précipitations de la première décade du mois d' octobre sont tombées en partie sous forme de pluie jusqu' au de 3000 mètres; tant octobre que la première décade de novembre furent beaucoup trop chauds. Les 10 et I1 novembre l' isotherme de zéro degré a même dépassé 4000 mètres, avant qu' une invasion froide, suivie des chutes de neige du 13 au 15, amène l' hiver en montagne et dans les vallées.

Grâce à la formation d' un épais manteau de neige en hiver et une fonte réduite dans un été froid, privé de longues périodes de beau temps, l' année allant d' octobre 1976 à septembre 1977 fut très favorable pour les glaciers. La zone anormalement pluvieuse, qui s' est étendue sur tout le versant sud des Alpes, a compris également le Haut-Valais jusqu' aux Alpes bernoises; également le centre des Grisons et l' Engadine ont eu des précipitations excédentaires. Les précipitations moyennes décrurent en allant du sud vers le nord du pays, où elles furent sensiblement normales. Le déficit thermique de mai à septembre fut très important dans toute la région alpine.

L' écoulement des bassins-versants riches en glaciers, comme par exemple celui de la Massa, a été nettement inférieur à la moyenne. Pour le bassin du Rhône, à l' amont de la Porte du Scex, le déficit des régions glaciaires fut mieux que compensé par rapport des régions sans glaciers; l' excédent du débit du Rhin à Rheinfelden s' explique surtout par les pluies abondantes dans la partie occidentale du Plateau suisse et dans les Grisons, mais aussi par la diminution des pertes par evaporation.

En ce qui concerne la neige et les avalanches de l' hiver 1976/77, le rapport de M. Schild précise que, dès la mi-novembre, le manteau de neige a été plus important que la moyenne, aussi bien dans les régions hautes des Alpes que dans les régions basses, au sud. En avril, après les très fortes chutes de neige, ce fut le cas dans toutes les régions. Alors qu' en haute altitude la couche de neige ne disparut pas entièrement en été, la zone au-dessous de 2000 mètres fut libre de neige à l' époque habituelle. Grâce aux températures relativement élevées et grâce à quelques fortes chutes de pluie, la couche de neige fraîche s' est rapidement tassée et consolidée à tous les niveaux, versants à l' ombre exceptés. Aussi l' instabilité de la couche superficielle ne fut que rarement la cause des situations précaires de danger d' avalanches. Bien plus souvent, celles-ci furent une conséquence des grandes quantités de neige fraîche, tombées en peu de temps. Parmi 97 personnes atteintes par 35 avalanches, 30 ont trouvé la mort, dont 18 en course de ski, 8 en course de montagne et 4 par accident sur les routes des cols du Julier, de la Fluela et du Bernardin. 13 de ces accidents mortels datent du début ou de la fin de l' hiver.

CHRONIQUE DES GLACIERS a ) Activité et événements particuliers Après un hiver très riche en neige et un été froid et pauvre en insolation, un grand nombre de langues glaciaires étaient enneigées encore en automne 1977; sur les petits glaciers, situés à haute altitude et surtout dans la partie méridionale du pays, le manteau de neige s' étendait bien au-delà des fronts glaciaires en recouvrant en partie le terrain en aval, de sorte que la mensuration du front a été rendue difficile ou même impossible chez un bon nombre de glaciers. Ces conditions ont rendu encore plus malaisée que précédemment l' exploration aérienne; vers la fin de Fete seulement, il y eut en effet quelques journées assez claires pour la prise de vues aérophotogra-phiques dans la région de la haute montagne. Malgré cela, le nombre de glaciers mesurés, visités ou photographiés n' a pas diminué, de sorte que pour la plupart des glaciers du réseau SHSN on a recueilli les données nécessaires à la connaissance de l' état actuel et des variations depuis la précédente campagne.

Les mensurations et les observations terrestres, faites en automne 1977, ont concerné 102 glaciers dont la moitié ( 51 ) ont été photographiés d' un avion; également 7 autres glaciers du réseau ont été photographiés à la verticale. Dans 75 cas, les mesures et reconnaissances terrestres sont dues aux services forestiers des cantons du Valais ( 24 glaciers ), de Vaud ( 4 ), de Berne ( io ), d' Uri ( g ), d' Obwald ( 2 ), de Glaris ( 3 ), de Saint-Gall ( 2 ), des Grisons ( 15 ) et du Tessin ( 6dans 14 cas elles sont dues à la Section d' hydrologie et glaciologie des VAW, dans 12 cas aux collaborateurs privés P. Mercier ( 4 ), L. Blanc ( 3 ), H. et V. Boss ( 2 ), R. Zimmermann, E. Hodel et A. Godenzi ( chacunune mesure terrestre enfin a été exécutée par les Forces motrices de Mauvoisin. Les clichés aériens du L + T et de la V +Dont fourni, par restitution de plans photogrammétriques, des données quantitatives sur les changements de longueur de 5 glaciers, et, par comparaison visuelle avec les clichés des années précédentes, on en a obtenu des conclusions qualitatives sur la variation de 3 glaciers. Comme les années précédentes, une restitution à l' autographe a été réalisée pour les deux glaciers de l' Aar à la demande de la Société des forces motrices de l' Oberhasli par le bureau de mensurations A. Flotron, à Meiringen, pour le glacier de Giétro à la demande de la Société des forces motrices de Mauvoisin par le bureau de mensurations H. Leupin, à Berne, pour le glacier d' Allalin sur la demande des VAW et pour le glacier inférieur de Grindelwald sur la demande de la Commission des glaciers de la SHSN par l' Institut géodésique de l' EPFZ. Des 8 glaciers non observés, 3 ne sont pas visités régulièrement; pour les autres, les conditions défavorables de temps ( 3 ) ou la maladie de l' observateur ( 2 ) n' ont pas permis la visite. Les vols photogrammétriques sur 4 glaciers raides appartenant au réseau de la SHSN et sur 5 autres glaciers raides ont servi aux recherches spéciales du groupe pour les glaciers dangereux ou aux études de problèmes pratiques, faites aux VAW sur demande de tiers. La V + D n' a pas pu répéter le vol annuel sur to glaciers raides à cause de la maladie subite de l' opérateur. Les vols du Service topographique, destinés à la mise à jour de la carte nationale de la Suisse, ont assuré l' observation avant tout des Alpes tessinoises et de la partie méridionale des Alpes valaisannes ( environ 600 unités soit presque un tiers des glaciers énumérés dans l' inven des glaciers suisses ).

Le réseau d' observation de la SHSN s' est accru d' une unité et a atteint un nombre total de 117 glaciers. Le glacier d' Orny dans le val Ferret, autrefois régulièrement contrôlé ( 1880-1885, 1915-1936 ), figure à nouveau dans les tableaux 2 et 5; les observations actuelles se limitent provisoirement aux vues aériennes prises en 1971 et 1977.

°c 0 -10 -20 -30 Jung TEMPE I I i frauj' ratur

I '

och E moy | i 35 en 7 ne 6r i Ti.

DU S. rn m.

□ lier i e

L

1

1 1.

H1\

1

! 1 ,moye

nne 1936

I,

160

J

J

1

J

1

}

1

|I

Ì

1

!

1

1

1

I

1!

I

Sep t.

3c r Dec

.

J an F év Mars Avr 1 ^a J uir l j uil Août S ept.

Oct Payeme A91 m.S.m. ( Rodiosondages 13 heures ) ALTITUDE DE L' ISOTHERME °C m.s.m.

4000 Jan. Fév. Mars Avril Sentis 2500 m.s.m.

-50 S io n 5 A.

ì

S .m P RÉ Cl PI TA TI 3N S s 3 m m e Ol jrr îa iè re i

1

J

1

L

,1

J

h 1 1 tfll,;.

1

1

I i, h

1

Sept.

Oct.

Nov.

Dec.

iJan.

Fév.

Mars A vr l 1 Ma J uin.

ui.

A OL t 1 s ept.

Oct PRÉCIPITATIONS somme journalière 50 A la fin de l' année 1977, M. Peter, inspecteur forestier à Brigue, a pris sa retraite. Nous lui devons notre reconnaissance pour ses fidèles mensurations, souvent assez difficiles, aux glaciers de Kaltwasser, Lang et Rossboden; nous avons d' ores et déjà signalé dans l' avant rapport la collaboration de son successeur officiel M. Borter. Comme nouveau collaborateur nous saluons également M. V. Bregy, le nouvel inspecteur du district forestier de Susten, succédant à M. Borter. M. Hans Meyer est décédé après une grave maladie, peu de temps après sa mise prématurée à la retraite; nous lui devons de nombreuses et excellentes prises de vues qu' il effectua en qualité d' opérateur de la V + D, parfois aussi, lors d' opérations spéciales, dans des conditions difficiles; les vues obliques du glacier de l' Aar inférieur et de celui de l' Eiger, qui figurent dans notre 95° rapport, témoignent de ses aptitudes particulières dans ce travail. La Commission des glaciers remercie tous les^>bservateurs et institutions qui, d' une façon ou d' une autre, ont contribué à nos travaux.

Comme dans nos précédents rapports, nous donnons ci-après un aperçu de quelques projets de recherches.

Au cours de ces dernières années, l' étude de l' écoulement de l' eau de fusion dans et sous le glacier a pris plus d' importance; on s' intéresse particulièrement à la relation entre la pression de l' eau du système d' écoulement et le glissement du glacier sur son lit. Les rapports 94 et 96 contiennent les projets de recherches sur ce point concernant les glaciers d' Aletsch supérieur et du Gorner. Pendant l' année du rapport, on a entrepris des mesures à buts différents, mais toutes en relation avec ces problèmes, aux glaciers de l' Aar inférieur, de Breney et d' Aletsch.

La campagne, effectuée en mai à l' Aar inférieur par les VAW en collaboration avec l' Institut de Géophysique de l' EPFZ, devait surtout étudier le comportement du glacier au printemps, lors du début de la fonte. Il apparut qu' avec le premier apport sérieux des eaux de fonte, toute la langue glaciaire commençait à progresser rapidement; en même temps, la glace fut fracturée par de nombreuses crevasses atteignant même la surface de la couche de neige, épaisse de 2 à 4 mètres, tandis que des mares superficielles se vidaient par ces crevasses ou par de plus petites fentes. Simultanément, on observait une forte augmentation de t' activité sismique du glacier. De plus, des essais de coloration ont montré que, peu après le début de la fonte, près de l' axe médian de la langue, un ruisseau de fond de 5 kilomètres de longueur conduisait directement au portail. Le maximum de vitesse du printemps, qui est lié à un gonflement de la langue glaciaire de plusieurs décimètres, observé depuis quelques années déjà et sur d' autres glaciers également, est du vraisemblablement à des cavernes remplies d' eau, qui se forment au début de la fonte au niveau du lit rocheux et se vident ensuite. Des sondages effectués en juillet et en août au glacier de Breney, dans le val de Bagnes, ont montré la variation locale et momentanée de la pression de l' eau dans la nappe phréatique du glacier; ces variations diurnes se sont révélées concordantes dans les différents trous de sondage.

A la suite des recherches sur la nappe d' eau de l' Ewigschneefeld ( Aletsch, voir rapport 1975/76 ), terminées pendant l' année du rapport, les VAW, en collaboration avec l' Institut géographique de l' Université de Berne, ont entrepris des essais de coloration. 25 kg d' uranine, introduits le 18 août 1976 dans un trou de sondage situé au milieu de l' Ewigschneefeld, ont coloré trois semaines plus tard l' effluent du glacier d' Aletsch. Un deuxième essai avec 5 kg de sulforhodamine eut lieu le 15 septembre au-dessous de Concordiaplatz, où le colorant fut place dans un ruisseau de surface, près de son entonnoir; il réapparut après 6 à 7 heures dans le torrent émissaire du glacier.

Il est intéressant de mentionner dans le même ordre de faits que le lac du Gorner, contrairement aux autres années, s' est vide deux fois, en juin et en septembre.

Le 14 juillet 1977, un gros éboulement de glace s' est produit sur le flanc nord-est du Weisshorn; en glissant sur le névé, la plus grande partie de la masse a traverse le grand creux à 3700 mètres et s' est arrêtée sur le replat à 3400 mètres, tandis qu' une petite partie est tombée sur la langue terminale.

b ) Bilan annuel de masse Le tableau 3 présente le bilan de masse des trois dernières années pour 4 glaciers contrôlés par les VAW. Le bilan total indique le gain ou la perte en volume de glace. Le bilan spécifique représente l' épaisseur de la couche d' eau que produirait ce gain ou cette perte répartis uniformément sur la surface totale du glacier. Le bilan spécifique permet de comparer directement les résultats obtenus pour les différents glaciers.

Pour faire fondre l' épaisse couche de neige Tableau 1 ' .Somme des moyennes journalières positives de la température ( EC ) de mai à septembre Station Altitude mètres sur mer a ) Stations a"observation Gütsch2287 Säntis22500 Weissfluhjoch2667 Jungfraujoch ( Sphinx ) 357^ Payerne ( 700 mb)3 3100 Munich ( 700 mb)33100 Milan ( 700 mb)33100 b ) Extrapolations pour les névés de Clariden42700 Clariden42900 Silvretta5 2750 Jungfraufirn ( P, )335° 1 Extrait de A. Lemans, « Der Firnzuwachs pro 1976/77 in einigen schweizerischen Firngebieten », 64. Bericht, Zurich ( en préparation )

2 Valeurs corrigées par A. Lemans et qui sont comparables avec les longues séries d' avant ig6o.

3 Observations dans l' atmosphère libre, faites au moyen de radiosondages au niveau 700 mb — environ 3100 mètres sur mer ( valeurs moyennes des sondages de 1 heure et 13 heures, calculées par G. Gensler ).

4 Valeurs extrapolées d' après Gütsch.

5 Valeurs extrapolées d' après Weissfluhjoch.

6 Valeurs extrapolées d' après Jungfraujoch ( Sphinx ).

hivernale — en certains endroits, la quantité de neige a été deux fois plus forte que dans les années ordinaires - la quantité d' énergie reçue, nettement inférieure à la moyenne de la période 1931/ 60, a été bien trop faible; toutefois, entre 3000 et 3300 mètres surtout, les poussières sahariennes déposées en mars et en mai ont accru sensiblement le pouvoir absorbant de la neige et favorisé la fusion. Malgré cela, dans les bassins versants à régime typiquement glaciaire, l' écoulement estival est resté inférieur à la normale. L' accroisse hivernal extraordinairement fort et l' abla anormale de l' été ont eu pour conséquence un gain important de masse sur l' année. Pour les glaciers de Gries et d' Aletsch, ce gain s' est révélé plus élevé qu' auparavant; l' excédent par rapport aux valeurs maximales préalables, c'est-à-dire celles du bilan 1964/65 ( resp. 924e! 1178 mm ), a atteint 37 % pour le premier et 25 % pour le second. De la septembre' 975 Z+-C Mai/septembre 1976 z+ c Mai/septembre 1977 2+ C 834 810 689 686 589 497 625 508 441 48 28 33 231' 93 185 241 59 186 305 217 205 526 488 375 39° 352 252 567 454 388 100, 7' 74 sorte on constate un accroissement moyen deactuel n' est qu' au 6e rang; pour ces deux glaciers masse de plus d' un mètre pour la première foisles valeurs actuelles restent nettement au-dessous depuis le début des mesures ( en 1961 ) au glacierresp. 29 et 54% ) des valeurs maximales, obser- de Gries, pour la seconde fois dans la périodevées en 1964/65 ( resp. 924 et 1338 mm ).

remontant à 1922 au glacier d' Aletsch. Au nordLes mensurations photogrammétriques effec- des Alpes et dans l' est du pays, l' augmentation detuées par A. Flotron aux glaciers de l' Aar ne se masse est notable, mais moins spectaculaire qu' aurapportent qu' à la partie inférieure de ceux-ci, sud. Au glacier de Limmern, où les mesures se fontDepuis le début des observations en 1928, le depuis 1959, l' accroissement se signale par levolume a constamment diminué dans la zone deuxième maximum delà série; à celui de la Siiobservée, excepté en 1974/75, ou est apparu un vretta, contrôlé depuis 1959 aussi, l' accroissementmodeste accroissement de 1,5 million de mètres Tableau 2. Variations de longueur des glaciers 1974/75 à 1976/77 Récapitulation 1974/751975/761976/77 Réseau d' observation Nombre de glaciers115116117 Non observés Nombre de glaciers8il8' Observés Nombre de glaciers107105109 Incertains Nombre de glacierso212 En régime connu Nombre107100,0103100,0108100,0 ) EncrueNombre5652,32322,352s48,1 ) StationnairesNombre1110,3109,714413,0 ) EndécrueNombre40. ( 37,47068,042 s38,9 ) Variation moyenne Mètres par glacier5ô615,410,41 de longueur ( Nombre de glaciers569086Remarques: Les notes 1 à 6 se réfèrent aux glaciers qui, au tableau 5, ont le numéro suivant:

1 46 49 56 92 93 loi 110 115.

2 119.

312710111320232526 27 28 37 39 4142 43 47 48 50 53 54 57 59 60 62 63646667687074757780 81 85 87 89 gì g6 97 99 100 104 107 108 109 117 118 120.

468912303472737898 103 105 m 114.

5345H5167181921 22 29 31 32 3334 35 36 38 40 44 45 51 52 55 58 61656971767982838486 88 90 94 95 102 106.

Pour le calcul de la variation moyenne de longueur, on n' a pas tenu compte des résultats de 22 glaciers. Ils ont été éliminés pour les raisons suivantes:

- Contact avec un lac d' accumulation.

- Valeur pour 2 ans:23 76 82 102.

- Valeur pour 3 ans:95.

- Valeur pour 4 ans:13.

- Valeur pour 6 ans:108.

- Valeur estimée:117 118 120.

- Non chiffré:2 8 9 12 55 64 98 103 104 107 114.

cubes. Dans l' intervalle du io octobre 1976 au 8 septembre 1977, on a constaté à l' Unteraar une perte de volume d' un million de mètres cubes et de 1,3 million de mètres cubes à l' Oberaar; pour ce dernier, les pertes de l' année précédente sont inclues dans les secteurs non mensurés en 1976. En définitive, les deux glaciers présentent un bilan à peu près équilibré pour l' année du rapport.

c ) Variations des fronts glaciaires Les résultats obtenus des observations du réseau de la SHSN figurent dans les tableaux 2 et 5; le tableau 2 donne le résumé des observations et des Tableau 3. Bilans annuels de masse de quelques glaciers Glacier Année de bilan 3 Grics 18.10. 74- 6. io. 75 6. io. 75-30. 9. 76 30. 9.76-29. 9.77 5, 6 et 106 Alctsch I. 10. 74-30. 9. 75 3O9' 76 1. 10.76 30. 9.77 78 Ijmmern et 1 14 Plattalva 3. 9. 74- 9. 9. 75 9- 9-75 89-76 8. 9.76 8. 9.77 90 Silvrelta...

17. 9.74- i6. 9.75 16. 9. 75- 16. 9. 76 16. 9.76 15. 9.77 1 Valeurs déterminées pour Aletsch selon la méthode hydrologique, pour les autres glaciers par intégration des zones à bilans spécifiques égaux en admettant une densité de la glace de 0,9 g/cm3. 1 Valeurs obtenues par la répartition du bilan total sur la surface glaciaire: 1 kg/m- correspond à 1 millimètre d' eau.

3 Surfache estimée pour le 6 octobre 1975.

4 Surface estimée pour le 6 octobre 1976. s Surface estimée pour le 4 octobre 1977.

fl Surface estimée pour le 11 septembre 1975.

7 Surface estimée pour le 9 septembre 1976.

8 Surface estimée pour le 8 septembre 1977. « Surface du n septembre 1959.

. ' " Surface du 12 septembre 1973.

variations des trois dernières années; le tableau 5 réunit les données de l' année du rapport et de la précédente en groupant les glaciers par bassins. Pour 10 des 109 glaciers contrôlés en automne 1977 on ne connaît que la direction ( signe ) de la variation; pour 98 autres, on en a déterminé les valeurs numériques également. Dans 94 cas, ces résultats reposent sur des mesures directes ( 89 ) ou sur des clichés photogrammétriques ( 5pour le reste il s' agit d' estimations sur place ( 3 ) ou sur photos ( 3pour 8 glaciers non dégagés de neige et certainement pas raccourcis, on a extrapolé sur la base du comportement du front pendant la période de mesures précédente. Dans le cas du Surfaces Bilans Bilans Ligne glaciaires totaux spécifiques d' équilibre B:*'mètres km2 io6 m1 de glace kg/m- sur mer 6,28 3,954 + 280 2720 6,27t — 7-356 — 1 056 3090 6,27a + 8,793 + 1 263 2510 .28,45« + 79,839 + 559 128,4298,230 688 128,36 » + 210,740 + I477 3,29 "

+ 2,095 + 573 2420 3,293,523 — 964 2900 3,292,407 + 658 2540 3, " 52,769 + 791 2580 - 1,787 — 5'« 2860 3.'5 ' "

+ 2,17.

+ 620 2665 Cavagnoli, encore enneigé et après une seule mesure préalable, on ne peut dire s' il a progressé ou non.

Grindelwald Bort ...15707. 11. 6.5.18111317. 1.34628.2.

Grimse1197029.10.13.6.22843315.. 4.Stoos129014.11.25.3.13212017. 1.2331.2.

Andermatt14408. 1 r. 7.5.18112318. 1.3331.3.

Trübsee 18004.11.14.6.22327016. 4.795I7-5- Schwägalp129014.11. 2.5.17016817. 1.4134.3.

Braunwald132020.11. 6.5.16815016. 4.29516.2.

Malbun 160014.11. 3-4-149113.12.17816.2.

Ulrichen3458.11.11.5.18514426.+ 27.2.45415-3- Zermatt 16104.11.I9-416710325.2.+2.3.264I5-3- Bourg-St -Pierre165014. 11.22.3.129 7014. 1.1661.3.

Mauvoisin18407.11.22.5.19314810. 4.466 14.4.+ 3.5.

Klosters EW120012.11.30.4.17011713.12.3131.3.

Davos-Flùelastrasse155012. n.30.4.1701013. 3.2801.3.

Zervreila 173530.10.17.5.20013816. 4.4205-4- Weissfluhjoch254014.10.13.7.27330416. 4.100316.5.

La Drossa171030.10.H-519412725. 2.3292.4.

Pontresina 18408.11.28.4.17214025. 2.Berninahäuser204928.10.17.5.20215025.2.+ 29.3.Simplon-Hospiz200029.10.13.6.2282801. 5.Ambri10001.12. 2.4.12310425. 2.Bosco-Gurin151029.10.26.4.18020022. 3.32026.2.

Poschiavo1014i.n.25.3.115 9015. + 16.1.San Bernardino-Dorf163029.10.18.5.20224325. 2.57921.3.

Maloja181029.10.18.5.20224425. 2.56315.3.

1 Dernier jour d' enneigement 1 " mai, mais 4 avril sans neige. Hauteur maximale de la couche de neige: 104 cm le 16 avril. 154 celles-ci ont marqué la dernière période de crue générale vers l' année 1920.

Parmi les 52 glaciers en crue, 18 étaient en crue l' année précédente déjà, 17 ont poursuivi leur croissance interrompue en 1976 et 16 ont recommencé à progresser après plusieurs années de décrue ou d' immobilité. Le glacier d' Orny, qui n' a plus été observé au sol depuis 1936, a nettement progressé depuis 1971. Malgré les conditions climatiques de l' année écoulée, favorables à la Tableau 5. Variation de longueur des glaciers 1976/77.

N° Glacier Ct. Variations en mètres 1975/76 Bassin du Rhône ( II ) i e Rhone VS18,315,4 2e MuttVS2,1.+ x ( sn ) 3e Gries ( Aegina)VS35,64,7 4e FiescherVS20,612,8 5e Grosser AletschVS9,827,1 106e MittelaletschVS67,610,2 6e OberaletschVS7,2st 7e KaltwasserVSio,75i62 8e TällibodenVS22,5st ( sn ) 9e OfentalVSnst ( sn ) ioe SchwarzbergVS2,313,1 ue Allalin VS17,13,5 12e KessjenVS12,4st ( sn ) 13e Fee ( Nordzunge)VS7 ca.46,6« 14e GornerVS47,83,0 15e ZmuttVS4629,5 16e FindelenVS6,322,0 107e BisVSstx 17e RiedVS4,34,7 18LangVS1733 19e Turtmann ( West ) VS3,83,1 20e Brunegg ( Turtm.Ost ) VS3,35,2 21 e Bella TolaVS23,910,1 22 e ZinalVS31,625,2 23e MorningVSnI42a 24e MoiryVS6,525e FerpècleVS3,826e Mont Miné VS6,227e Basd'ArollaVS628e Tsidjiore NouveVS1029e CheillonVS19,07,0 30e En Darrey VS36,50,7 31e Grand DésertVS413,0 32e Mont Fort ( Tortiti)VS62,6 33TsanfleuronVS1548 34e OtemmaVS17,518 35 e Mont Durand VSg5 36e Breney VS305,5 37e GiétroVS0,46,4 38e Corbassière VSo8 Altitude m s. m.

977 d lour et mois d*e ll' observation 1975' 976 1977 2125 2626' 6 2374,3 " 1660,5 506,5 224g74 2136,9 1980 2628,876 2658,9 2316,4 2851,2 2010 2062 2247 2482,26I 2047,3 2010' 6 2265 2464 21. 9.

21. g. 8.10. 1.10.

n. 9.

n. g.

17- 9- 2. 10.

29- 9-n 26. 9.

22. 9.

23- 9- 2.10.

30.10.

19. 8. 12. 9.

2.10.

27- 9-19.10.

4.10. 4. 10.

20. 9. 1.10. 4.10.

24. 10. 2.10. 2.10. 3.10.

3. 10.

27- 9-26. 9.

8.10.

8.10.

27- 9- 17- 9-18. 9.

17- 9-6.10. 8. 9.

25. 8.

25. 8. 6.10.

8. 9. 9- 9- 6. 9.

11. 9.

2. 9.

2gg- n 27- 9-10.10. 21. g. 10.10. 6.10.

24. 8. 24. g. 10.10.

25- 9-24.10.

25- 9-25- 9- 1.10. 20.10.

n 1.10. 28. 9. 28. g.

2.10.

2. 10.

26. 9.

25- 9-24. 9.

4.10.

9.10.

9. 10. 9.10.

10.10. 10.10. 9- 9- 18. 9.

18. 9.

4.10.

7- 9-8. 9.

5- 9-9- 9- 29. g-3.10.

15- 9- 279- 39- 26. g.

14. 9.

99- 11. 8.

6.10. 20. 7.

1.10. 18. 9.

27- 9-27- 9-20. 9.

5- 9->5- 9- 26. g.

1.10.

1.10. 3°- 9- 30. 9- 2.10. 1.10. 7.10. 1.10. 6.10.

1.10. 2.10. 1.10.

.'5- 9- 31. 8.

231568 2438 e7 2iioca.76 i960 ca.76 2150 2262 6« 0.5 5,2 19 8 16 24752800 64 274067 24176g 242072 2290 " 257065 2480 ca. 2ig6 N° Glacier Ct.

Variations en mètres Altitude 975/76 1976/77 m s. m.

977 e e d + 3.5 + 1,2 2395 — 9.0 — 4,0 2425 + 7.5 + 2,6 2602 + 8,5 + 6,5 1710 + ca. 30te2,8 + 4,6 1764 + 6,43a — 6,7II,23a — 8,2X n7,2 + 3,04 ca.

+ 6,0x n ,__.

39e ValsoreyVS 40e Tseudet VS 41e Boveyre VS 42e SaleinaVS 108 e OrnyVS 43 e TrientVS 44PaneyrosseVD 45Grand Plan Névé VD 46 MartinetsVD 47 e Sex RougeVD 48e PrapioVD 49 PierredarVD Bassin de l'Aar ( la ) 50 e OberaarBE 51e Unteraar BE 52Gauli BE 53SteinBE 54e SteinlimmiBE 55e TriftBE 56 RosenlauiBE 57e Oberer GrindelwaldBE 58e Unterer Grindelwald BE 59e EigerBE 6oe TschingelBE 61 e Gamchi BE 109e Alpetli ( Kanderfirn)BE 110LötschenBE 62 e SchwarzVS 63 e LämmernVS 64 e BlümlisalpBE 111 e AmmertenBE 65RätzliBE Bassin de ta Reuss ( 1b ) 66e TiefenUR 67e St.AnnaUR 68e ChelenUR 69e Rotfirn ( Nord)UR 70e Damma UR Jour et mois de l'observation 19759761977 7.10.

11.10.

7.10 7.10.

11.10.

7.10 7.10.

11.10.

7.10 8.10.

22.10.

7.10 n n' 4 9 22.10.

22.10.

27- 9 6.10.

9.10.

15.10 6.10.

9.10.

3.10 6.10.

11.10.

n 20. 8.

24. 8.

8.10 26.10.

17.10.

22.10 6.10.

11.10.

n 0 + 7,o 2299,9 22.

9- 10.

10.

8.

9 ,6,5 - 8,9 907,3 22.

9- 10.

10.

8.

9 12,25 2220 2.

9- 25- 9- 27.

9 6 + 7 935 11.

9- 20.

9- 20.

9 17 + 2 2092 11.

9- 20.

9- 20.

9 xX — 23- 9- 25- 8.

5- 9 n n — n n n 0 + 12 1230 ca.

16.

11.

1.

10.

29- 9 8 — 4 123070 23- 9- 20.

8.

12.

10 10,0 + 8,4 2130 24.

9- 7- 9- 26.

9 2,4 + 2,3 2270 25- 9- 8.

9- 27- 9 2,8 — 2,7 1990 20.

9- 25- 9- 27- 9 0 + 2,8 2240 11.

9- 16.

9- 20.

9 n n — n n n 4,o + 2,5 2240 11.

9- 10.

9- 8.

9' 16 + 1.5 2504 16.

9- 9- 9- 9- 9 x2a + x — n, 8.

10.

6.

9' 9 — 0,8 2345 ca- 4- 9- 5- 9- 2.

10.

7,9 — 2 2336 3- 10.

20.

10.

28.

9- 7,3 + 5 2492 "

20.

9- 21.

9- 3- 9 4,5 + 4 2592bl 18.

9- 26.

9- 11.

9 ,0,8 + 5,4 2090 7- 9- 21.

9- 26.

9 3,8 — 6,0 2031' 7 9- 21.

9- 26.

9 8,7 + 5,2 2044 7- 9- 21.

9- 26.

9 N° Glacier Ct. Variations en mètres 975/76 71 e WallenburUR + 3,52a7,22260 72 e Brunni UR — 25,50,52310 73e Hiifï UR — 38o1640 74e Griess ( Unterschachen ) UR — 5,41,02213 75e FirnalpeliOW — 38,82276e Griessen ( Obwalden ) OWnI.82Bassin de la Limmat ( le ) 77e BifertenGL 78 e Limmern GL 114e PlattalvaGL 79e SulzGL 80e GlärnischGL 81 e PizolSG Bassin du Rhin fld ) 82LavazGRn 83 e Punteglias GR1,0 84e LentaGR7,0 85e VorabGR12,7 86e ParadiesGR371 87e SurettaGR128 88e PorchabellaGR20,0 115Scaletta GRn 89c VerstanklaGR6,5 90e SilvrettaGR1,8 91 e SardonaSG9,6 Bassin de Thin ( V ) 92RosegGR 93TschiervaGR 94 e MorteratschGR 95 e CalderasGR 96e TiatschaGR 97e Sesvenna GR 98e LischanaGR Altitude m s. m.

.'977 d Jour et mois de l' observation 975976977 976/77 9- 9- 27- 9- 14.

10 2.

10.

10.

10.

5- 9 3- 10.

24.

9- 29- 9 23- 9- >3- 9- 8.

9 4- 9- 26.

9- 11.

9 28.

9- n 6.

9 - 4.6 + 4,i 1920,9 18.

9- 28.

9- 27- 9 — ii,4 — o,7 2243,4 1.

9- 30.

8.

31- 8 - 7,6 st ( sn ) 2546,0 "

7- 9- 5- 9- 6.

9 + 4,4 — 0' 790 5- 9- 22.

9- 2.

10 + 4.0 + 5,6 2295 7- 9- 25- 9- 7- 9 — 43,6 + 9,o 2560 9- 9- 9- 9- 20.

9 —108,70 2245 — 3,5 23412,3 2280 + 11,343 2391 + 71 2175 - 8,5 2598 n6,5 2395 — 10,2 2428,9 + 2,2 2500 2.

10.

n 16.

9 7- 10.

10.

3- 10' 9 11.

10.

4- 10 2.

10.

11.

10.

5- 10 23- 9- 21.

9- 29- 9 18.

9- 20.

9- 3- 9 18.

9- 30.

9- 28.

9 n n n 3- 9- 27- 9- 6.

9 20.

9- 18.

9- 9- 9 22.

9- 30- 8.

16.

9 3,4 n 2170 3- 11.

21.

10.

n 34,5 n 2170 3- 11.

21.

10.

n 26,8 — 5,2 2000 7- 10.

.'9- 10.

13. + 25.10 n — 33,23a 2700 n n 6.11.

0 + 1,2 2555 3- 10.

8.

9- 29- 9- 2,5 + 1,6 2745 7- 10.

7- 10.

20. 9.

n st ( sn ) 2810« 9- 9- n ( 30. 9- ) Glacier Ct. Variations en mètres 975/761976 -7 Bassin de l' Adda ( IV ) 99e Cambrena GR + 100e Palü GR + 101ParadisinoGR 102 e FornoGR 2,5 3,9 Bassin du Tessiti ( III ) 120e CornoTI 117e ValleggiaTI n8e Val TortaTI 103 e BrescianaTI 119e CavagnoliTI 104 e BasodinoTI 105RossbodenVS Remarques valables pour tout le tableau ou au moins pour plusieurs glaciers.

a Les numéros de ce tableau correspondent aux numéros du graphique 2 du rapport 1963/64.

b Si un glacier s' étend sur le territoire de plusieurs cantons, nous mentionnons celui dans lequel se trouve la langue terminale mesurée. c Si la valeur de la variation est valable pour une période de plusieurs années, on a noté le nombre d' années comme il suit:

Exemple: - 13,6-la = recul de 13,6 mètres en 3 ans. d Altitude en mètres ( au-dessus du niveau de la mer ) de la langue terminale mesurée. Dans tous les cas où l' altitude n' a pas été déterminée dans Tannée indiquée en tète de colonne on a noté l' année des mensurations comme il suit:

Exemple: 2220"7 = altitude de 2220 mètres sur mer. déterminée en 1967. e Une note explicative avec le numéro de ce glacier sera publiée dans lèdi t ion complétée du 98*'rapport de la Commission des glaciers. n Non observé sn Sous neige + En crue st Stationnaire — En décrue x Valeur non chiffrée? Résultat incertain ca. Valeur approximative Altitude m s. m.

977 d our et mois de ll' observation 976' 977 + 8.5 + 8,3 n — 27,0 * 2490 ca. *355 2230 28.

9- 12.

10.

6.

10 3'- 10.

22.

10.

4- IO n 27- 9- n m.

10.

n ;.

1 1 12,8 + ca. 40 2500 9- 9- 19. 8.

24.

8 0,1 + ca. 40 2350 3- 9- 20. 8.

6.

9 44, "

+ ca. 40 24907fl IO.

9- 18. 8.

6.

9 n st ( snn n 9- 9 — sn 2560 ca.76 27. 8.

ca.'5- 9 3 + X 2520 ca.

10.

IO.

26. 8.

"'5- 9 7' 95 "

8.

IO.

18. io.

21.

9 crue, 5 des 23 glaciers précédemment en crue se sont raccourcis. De même, 12 langues, encore en crue il y a deux ans, n' ont plus poursuivi leur avance depuis l' interruption de Tannée dernière; elles ont, à parts égales, ou reculé ou bien sont restées stationnaires.

A la suite de la brièveté et de la fraîcheur de l' été, la fonte a été notablement plus faible que pendant les années normales; par conséquence, chez un bon nombre de langues glaciaires, on a pu constater une avance indiscutable, bien que les mesures de vitesse, exécutées par les VAW sur plusieurs glaciers, aient mis en évidence un ralentissement du mouvement glaciaire par rapport aux années précédentes; de ce fait, les avances, dues au glissement proprement dit de la glace, sont restées faibles ou modérées. Parmi les 44 crues que nous estimons réelles, 16 langues ont progressé de moins de 5 mètres, 18 de 5 à io mètres et 6 seulement de lo à 20 mètres en une année; pour les 4 autres, l' avance n' a pas été déterminée en chiffres. Parmi les 8 glaciers allongés par accumulation de neige ou de coulées d' avalanches, il faut citer ceux de Kaltwasser et de Suretta, qui, avec respectivement 62 et 71 mètres, accusent l' allongement le plus grand.

Les reculs les plus importants ont été constatés aux glaciers de Lavaz ( 109 m en 2 ans ), de Tsan- fleuron ( 48 m ) et de Paradies ( 43 mils doivent résulter avant tout de circonstances locales, telles que la réduction d' un névé ancien recouvrant le front glaciaire, la disparition d' une partie marginale amincie de la langue dans un site découpe ou la dissolution d' une langue terminale insuffisamment alimentée. Le recul de 5 glaciers de vallée en Valais, raccourcis de 20 à 35 mètres, est également important.

Calculé sur 86 glaciers^ la variation moyenne de la longueur ne diffère que peu de zéro; ce chiffre correspond - peut-être plutôt par hasard - au fait que la part de glaciers en crue comprend à peu près la moitié des glaciers contrôlés. Ces deux valeurs caractérisent assez bien la situation actuelle. A partir de l' année 1964, qui marque la fin d' une longue période de décrue, on constate une augmentation du nombre de glaciers qui ont vu leurs dimensions s' accorder avec les conditions climatiques, devenues favorables à la crue. Dès que le régime sera adapté aux nouvelles conditions climatiques, un nombre égal de glaciers en crue et en décrue devrait se maintenir; la variation moyenne de longueur devrait alors s' appro de zéro. Les observations de ces dernières années semblent bien confirmer la tendance vers un tel équilibre.

Légendes des figures 4 à wo 94: Poussière saharienne sur le glacier de Breney. Cliché H. Röthlisberger, VA W, le 24 juillet 1977.

Des poussières soulevées par des tornades du Sahara sont transportées par de forts courants d' altitude jusqu' en Europe centrale et septentrionale. Un cas de rare intensité, du 19 mai 1977, a gratifié les Alpes d' une « neige jaune » caractéristique. La comparaison de la neige fraîche du premier plan avec la surface souillée de poussière du centre de la figure montre à quel point cet apport solide diminue I' albedo de la neige. Dans la zone d' accumulation du glacier, la couche polluée, ensevelie sous des couches de névé plus récentes, donnera un horizon-repère idéal pour la datation des séries stratigraphiques du névé.

9597' Recherches sur l' écoulement de l eau de fusion et le mouvement de la glace au glacier de l' Aar inférieur 55: Puits de sondage pour mesurer la pression de l' eau à 335 mètres de profondeur. A l' arrière le Studerhorn. Cliché H. Röthlisberger, VA W, le 25 mai 1977.

96 et 97: Enregistrement de l' activité sismique naturelle du glacier. Clichés N. Deichmann, EPFZ, mai 1977.

96: Dispositif d' enregistrement. Les ébranlements du glacier mesurés en différents endroits sont enregistrés simultanément sur bandes graphiques ( sismo gramme s ) ou sur bandes magnétiques. Au fond les Lauteraarhbrner.

97: Le géophone ( microphone du sol ), installé au fond du puits à la surface de la glace, enregistre la fréquence et l' intensité des secousses qui ébranlent le glacier en ce point. Au printemps, lors du maximum de vitesse du mouvement glaciaire, l' activité sismique du glacier augmente fortement. A l' arrière l' Altmann et le Studerhorn.

98: Rigoles d' eau de pluie et de fonte sur le glacier de Breney. Cliché H. Röthlisberger, VA W, le 23 juillet 1977.

99: Eismeer supérieur le 8 octobre 1976. Cliché M. Aellen, VA W.

Au Zäsenberg l' Eismeer supérieur ( à gauche ) rejoint le Fieschergletscher de Grindelwald ( à droite en bas ). Jusqu' au milieu du siècle environ, ces deux langues réunies formaient celle du glacier de Grindelwald inférieur, connue sous le nom de V Eismeer inférieur. A la suite de la décrue, I' Eismeer supérieur est devenu indépendant; en automne 1966, son extrémité atteignait tout juste l' endroit de confluence. Notre cliché de l' automne 1976 montre ce glacier en crue, rejoignant à nouveau la langue principale.

100: Langue terminale du glacier de Grindelwald supérieur le 1 r août 1977. Cliché M. Aellen, VAW.

Au printemps 1976, le glacier, en crue depuis 1959, a rejeté une moraine récente contre le versant garni de buissons. Au cours de l' été chaud qui a suivi, le front convexe du glacier, exposé au rayonnement direct et encore au rayonnement reflété du versant, est devenu concave. Les personnes visibles sur la moraine récente reviennent de la grotte bleue, creusée dans la glace à l' endroit signalé par le drapeau.

94 160

-M

„ jr

101 En montant au Gross Fiescherhorn ( 4048 m ) par le Fieschergrat 102 Le Trugberg projette sa grande ombre sur le glacier de l' Ewigschnee dominé par le Mönch. Seule la partie supérieure de la face sud et rocheuse de l' Eiger est ensoleillée 103 Du col inférieur du Mönch, nous montons à ski vers le sommet, le long d' une arête ourlée de corniches

Feedback