Les mêmes droits pour tous?

Le jeudi 4 mai 2000, nous avions l' in d' effectuer une randonnée à ski de Zermatt au Petit Cervin, sous la conduite d' un guide. A la caisse du téléphérique, nous apprenons que le tronçon Trockener Steg-Petit Cervin n' est pas en service pour cause de travaux de révision urgents, bien que la révision ne soit mentionnée qu' après le 25 mai dans l' indicateur officiel. La caissière nous fait remarquer que nous pouvons faire le trajet en ratrac à partir de Trockener Steg pour 25 fr., une solution que nous adoptons d' emblée. Mais une fois les billets achetés, nous apprenons que ce moyen de transport est réservé aux groupes accompagnés d' un guide de la place! Nous rendons donc les billets et prenons le téléphérique qu' à Trockener Steg. Après un courte montée en remonte-pente - qui nous a coûté 10 fr. nous sommes à 3200 m. Nous collons les peaux et montons la piste pendant que les guides de Zermatt amènent leurs clients d' une traite jusqu' au plateau du Breithorn. Les deux heures de montée que nous avons perdues nous obligent à renoncer au sommet, à cause de la température élevée. Nous effectuons ensuite la descente du Schwarztor dans quarante centimètres de neige mouillée et montons à la cabane Monte-Rosa en plein après-midi, sous une chaleur écrasante. Les autres randonneurs sont installés depuis longtemps à la cabane et boivent une bière après avoir fait un sommet. Frustrés, nous sommes obligés de constater qu' il y a manifestement plusieurs catégories d' hôtes. Même les guides de montagne suisses sont discriminés, s' ils n' ont pas l' avantage d' être du coin.

Elisabeth Schmid-Fischer, Umiken ( trad. ) M

Feedback