Les montagnes en mode numérique

Le portail des courses du CAS grandit et prospère. Quelque 5000 courses sont déjà en ligne. Derrière ce projet se cache un énorme travail, fourni notamment par des auteurs comme Oliver Neumann.

Depuis son balcon à Neuchâtel, Oliver Neumann jouit d’une vue imprenable sur les Préalpes fribourgeoises. C’est là-bas qu’il passe presque toutes ses journées libres, à pied ou à raquettes. Une région rapidement accessible, des sommets exaltants et des paysages magnifiques : que demander de plus ? Mais depuis deux ans, Oliver Neumann a une autre raison de parcourir les montagnes entre le Kaiseregg et la Dent de Lys : il fait partie de la trentaine d’auteurs qui décrivent et documentent des itinéraires pour le portail des courses numérique du CAS.

En cette belle journée d’été, son objectif est le Teysachaux, un sommet de 1909 mètres non loin du Moléson. Parti juste après 5 h, Oliver Neumann aimerait arriver assez tôt sur place afin de tirer parti de la douce lumière matinale pour ses photos. Il traverse les villages endormis de Gruyère dans sa petite Ford Fiesta, troque ses sandales légères contre des chaussures de montagne, met son sac sur le dos et entame la montée sous les premiers rayons de soleil.

Les Alpes fribourgeoises en format numérique

Daniel Anker et Manuel Haas ont certes déjà décrit en détail les sommets des Alpes fribourgeoises dans le guide du CAS paru en 2014. Toutefois, pour alimenter le portail des courses, il ne s’agit pas simplement de reprendre ce qui figure dans les guides. Il faut tracer des itinéraires sur la carte numérique, actualiser les descriptions, les préparer numériquement et, surtout, les documenter. Alors que les guides papier traditionnels n’offraient de la place que pour quelques photos, en ligne, tous les passages importants d’une course peuvent figurer en image.

Voilà précisément le travail d’Oliver Neumann: il doit transposer les Alpes fribourgeoises en format numérique pour le CAS. «Les livres sont d’excellente qualité, souligne l’auteur, mais la version en ligne offre des informations plus nombreuses et mieux connectées.» Par exemple, il est possible d’afficher des informations actuelles relatives à la sécurité et de réserver directement des nuitées en cabane. Oliver Neumann n’entend pas copier les descriptions existantes, mais apporter ses propres expériences, ajouter de nouvelles variantes, vérifier les cotations et faciliter leur comparaison. En fin de compte, même la classification n’est pas une science exacte. «Les passages sur rocher ou dans un terrain herbeux et escarpé sont cotés différemment par les auteurs du livre», remarque-t-il.

Oliver Neumann, 51 ans, a découvert sa passion pour la montagne il y a 20 ans. Après des débuts en escalade à Stuttgart, où il a grandi, il s’est mis aux treks en cabane, à l’alpinisme et aux courses à raquettes. Cet ingénieur en mécanique et gestionnaire de projets vit à Neuchâtel depuis 2006. Une entreprise internationale l’a recruté pour s’occuper de clients germanophones en Suisse romande. A l’époque, il ne parlait pas encore français. Mais les terrains inconnus l’ont toujours fasciné, que ce soit dans son métier ou en montagne.

Retour au Teysachaux, que nous arpentons aujourd’hui. Cette montagne n’a rien d’un sommet solitaire. Bien qu’un petit passage d’escalade y mène, c’est surtout le chemin le long de l’arête depuis le Moléson que les randonneurs apprécient. Effectivement, depuis la croix sommitale en fer forgé dressée en 1956 par la section Dent de Lys du CAS, la vue s’ouvre à 360 degrés sur les Alpes, le lac Léman et la chaîne du Jura presque en entier. Oliver Neumann immortalise les passages-clés et le panorama avec son appareil photo, avant de brièvement dégainer sa gourde.

Partager les expériences en montagne

Au stade final, le portail des courses du CAS comprendra des milliers d’itinéraires de randonnée, d’escalade, de randonnée à skis et à raquettes. En outre, pas moins de 900 itinéraires ainsi que tous les accès aux cabanes sont gratuits, tandis que les autres peuvent être consultés moyennant un abonnement. Actuellement, plus de 5000 itinéraires se trouvent en ligne, dont quelque 150 portent la signature «Oliver Neumann». Le portail des courses du CAS a réussi son départ grâce à des auteurs comme lui. Oliver Neumann s’est joint au projet dès la première heure. Il a d’abord été membre du sounding board, l’organe qui a permis à la direction du projet d’impliquer des membres du CAS, avant d’endosser le rôle d’auteur. Depuis son lancement en octobre 2018, le portail des courses du CAS n’a cessé de s’enrichir de nouvelles fonctions, s’établissant peu à peu aux côtés des autres plateformes. Il recense environ 40 000 pages consultées par jour, et la tendance est à la hausse.

Oliver Neumann a toutefois acquis bien plus tôt son expérience dans l’univers des itinéraires numériques. Sous le pseudonyme poudrieres (à Neuchâtel, il habite à la rue des Poudrières, où se trouvait un magasin de poudre), il publie régulièrement des descriptions de courses sur hikr.org depuis 2011. Aujourd’hui, il en compte pas moins de 691. Il était également actif sur camptocamp.org. Chef de course de la section Neuchâteloise, Oliver Neumann se sent particulièrement lié au CAS. Pour lui, aider à la création du portail des courses était une évidence. «J’ai tout simplement du plaisir à partager mes expériences en montagne avec d’autres.»

Feedback