Les premières mensurations de la hauteur du Mont Blanc

Remarque : Cet article est disponible dans une langue uniquement. Auparavant, les bulletins annuels n'étaient pas traduits.

Dans l' été de 1776, sir George Shuckburgh, désireux de vérifier les mensurations de la hauteur du Mont Blanc prises précédemment, proposa à de Saussure de l' accompagner dans une excursion au Môle, ce que de Saussure accepta. En 1777 Shuckburg publia le résultat de ses observations. Les chiffres obtenus par sa triangulation étaient 4787 mètres ( 15 705 pieds ). De Saussure, par ses observations barométriques, réussit à arriver à peu près aux mêmes chiffres: 2450 toises ( 4778 m. ). Le premier essai pour mesurer la montagne appelée « Maudite » fut celui de Nicolas Fatio de Duillier qui indique comme hauteur 2000 toises au-dessus du Lac de Genève, ou 15 268 pieds au-dessus du niveau de la mer. Loys de Cheseaux, astronome vaudois ( vers 1774 ), obtint par la trigonométrie une élévation de 2246 toises au-dessus du lac ou de 4752 mètres au-dessus du niveau de la mer. L' ingénieur Martel qui visita Chamonix en 1742 obtint pour le Mont Blanc, par la mesure trigonométrique une hauteur correspondant de très près à celle de Fatio de Duilliers. Dans les premières années qui suivirent 1770 Deluc obtint pour le Mont Blanc environ 4651 mètres. Il y a en ces dernières années beaucoup de déterminations officielles variant légèrement sur la hauteur du Mont Blanc. La plus récente et probablement la plus exacte est celle de M. Joseph Vallot basée sur la dénivellation allant de la Méditerranée à Genève et d' une triangulation très soignée: M. Vallot a obtenu 4807 mètres, seulement quelques mètres de plus que Shuckburgh. La hauteur du capuchon de neige varie probablement de quelques pieds suivant les années et suivant les saisons.

( Extrait de l' ouvrage de D. W. Freshfield, Horace-Bénédict de Saussure. Ed. Atar, Genève, 1924 )

Feedback