Les via ferrata de la Videmanette. Un, deux, trois, Rougemont!

Un, deux, trois, Rougemont!

T E X T E Floriane Boss, Fontainemelon

P H O T O S Patrice Schreyer, Outdoorphotography

LES VIA FERRATA DE LA VIDEMANETTE

Arrivés à Rougemont, nous empruntons les remontées mécaniques de la Videmanette puis suivons le sentier qui mène aux panneaux indiquant le début et la diffi culté des voies. Nous ne sommes pas seuls. Les via ferrata semblent bien fréquentées et nous constatons que des personnes de tout âge s' engagent ou reviennent des voies 1, 2 ou 3. Il faut dire que les remontées mécaniques ont tout mis en œuvre afi n que chacun puisse s' initier à cette activité: longes, baudriers et casques sont loués pour une somme modique à la station supérieure des installations. Quant à ceux et celles qui regretteraient la bonne marche d' ap qui met en condition, rien ne les empêche d' em les sentiers en partance de Rougemont pour se rendre au pied des voies. C' est d' ailleurs une bonne manière de découvrir cette fabuleuse région.

Voie 1 et voie 2 pour commencer

La voie 1 du site se prête bien à l' initiation et permet aux débutants de s' adonner à la découverte de ce sport en toute quiétude et en douceur. Quelques rares échelons placés sur ce parcours offrent la possibilité de se familiariser à cette activité. Le câble est présent tout au long de cet

Photos: Patrice Schreyer/Outdoorphotography Floriane juste après le premier ressaut de la voie 3, cotée très diffi cile. Le vide commence à se faire sentir

Un, deux, trois, Rougemont!

LES VIA FERRATA DE LA VIDEMANETTE

ancien sentier réaménagé en via ferrata. Après avoir enfilé baudrier et casque puis vérifié les longes, nous sommes parés pour attaquer la voie 2. Cette voie, où tout un chacun peut trouver son plaisir, permet de faire connaissance avec les câbles, échelons et autres marchepieds. Un début tout en douceur, commun à la voie 1, suivi d' une traversée de quelques mètres où les mains tâtent le rocher par endroits. Mais rassurez-vous, l' itinéraire reste accessible aux novices. Un dernier passage en rocher et nous nous retrouvons sur les sommets herbeux d' où, en quelques mètres de marche, nous atteignons la croix posée au sommet

Le Rübli. Autrefois sommet difficile à atteindre, il héberge aujourd'hui des via ferrata modernes Bien que le sentier de descente ne présente aucune difficulté, il est préférable de s' assurer. Du moment que le câble est là, autant l' utiliser!

Premier passage des itinéraires 1 et 2. C' est l' endroit idéal pour se familiariser avec les mouvements typiques de la via ferrata Photos: P atrice Schr ey er/Outdoorphotogr aphy Dans la dalle raide de l' itiné 2, Floriane passe d' un échelon à l' autre La variante de l' itinéraire 2 n' est pas impressionnante, mais elle donne un bon aperçu de la technique nécessaire à la pratique des via ferrata

du Rübli. La première étape est terminée et nous pouvons admirer le paysage qui s' offre à nous. Quel plaisir de déguster un bout de gruyère et une tranche de pain en admirant la vue sur Rougemont, d' Oex et Gstaad qui s' offre depuis le sommet du Rübli!

Changement de pied périlleux

C' est avec l' estomac quelque peu noué que nous nous engageons ensuite sur la voie la plus difficile. Pour la petite histoire, la voie 3, ouverte en juillet 2002, est l' œuvre de Jakob Reichen, guide de grand talent et montagnard plutôt rapide puisqu' il a gravi la face nord du Cervin en 3 h 30! Le départ de cette nouvelle via ferrata se trouve sur la gauche, à environ 30 mètres en contrebas des deux premières. L' accès se fait par un pierrier. La vigilance est de mise à cet endroit car les chutes de pierres ne sont pas impossibles. Une fois la traversée effectuée, se dresse une des rares échelles de Rougemont. Si le premier passage se transforme en obstacle, songez à rebrousser chemin car le plus difficile est à venir! S' ensuit une traversée tout en sensations fortes. L' omniprésence du vide, 200 mètres sous les pieds et l' espace parfois assez important entre les pitons d' attache dans le rocher contribuent à rendre la voie impressionnante à souhait. Les échelons s' enchaî

Olivier Guyot s' envole dans l' itiné 3. Impressions fortes garanties

nent et nous introduisent dans une portion en surplomb où les bras sont mis à rude contribution. Penser à monter le pied droit plutôt que le gauche afin de ne pas se retrouver en mauvaise posture et devoir effectuer un changement de pied sur un échelon ( bien que cela soit toujours possible ), la progression dans cet itinéraire demande une concentration sans relâche. Le plancher des vaches et ses pentes herbeuses nous fournissent un peu de répit bien mérité. Attention toutefois, l' herbe n' est pas aussi adhérente que le rocher et quelques cailloux en équilibre nous obligent à rester vigilants. Le sommet est presque atteint, reste à rejoindre le sentier de la voie 2 pour arriver

Photos: P atrice Schr ey er/Outdoorphotogr aphy A l' approche de la sortie de la via ferrata 3, le vide se fait prenant Une grande équipe dans le premier ressaut de l' itinéraire 3. Attention à garder la distance réglementaire entre chaque personne!

à 2285 mètres, point culminant du Rübli. De là, nous empruntons à nouveau la voie 1 qui sert d' itinéraire de descente pour toutes les voies. Arrivés dans le bas, nous sommes accueillis par une famille de bouquetins que nous surprenons en pleine sieste.

Fin de journée?

Notre journée semble toucher à sa fin et c' est le sourire aux lèvres et la tête pleine d' images que nous nous rendons à la cabane de la Videmanette qui nous servira de logis pour la nuit. La journée est en fait loin d' être terminée. Après un apéro pris sur la petite terrasse, nous profitons de la convivialité qu' offre cette petite cabane peuplée d' histoires, aux senteurs de bois et de fumée, pour partager les impressions de la journée autour d' une table. Et comment pourrait-on songer à partager un autre repas qu' une fondue?

A la sortie de l' itinéraire 3, le vide est au summum. Le plaisir également L' itinéraire 3 donne un réel aperçu de l' ambiance des grandes falaises d' escalade Pour vraiment bien terminer le séjour, il faut absolument dormir au refuge de la Videmanette: une cabane spar- tiate mais dotée d' une âme incomparable

Informations pratiques

Voie 1: facilelongueur: 500 m. Voie 2: peu difficilelongueur: 380 m. Voie 3: très difficile; longueur: 400 m. Pour toutes les voies, la descente se fait par la voie 1 en 15 min. Parcours: selon les voies, compter entre 1 h et 2 h. Saison: de mi-juin à octobre. Accès: Rougemont est accessible en trainvia Montreux ou Zweisimmen suivant d' où l'on vientpuis en téléphérique jusqu' à la Videmanette. Cartes: CN 1: 25 000 feuilles 1265 Les Mosses, 1245 d' Œx. Hébergement: cabane de la Videmanette; tél. 026 925 87 44; Internet www.videmanette.ch.a

Photos: P atrice Schr ey er/Outdoorphotogr aphy Depuis la Pointe de la Videman, le Rübli se détache au-dessus des Gouilles. Quel calme le soir venu!

Ambiance chalereuse à l' intérieur du refuge de la Videmanette

Faune et flore

Fauna e flora

Fauna und Flora

Feedback