L’étrange univers des gneiss tessinois Le Basòdino (3273 m)

Les gneiss tessinois sont très réputés. Pourtant, derrière cette dénomination se cache une grande variété de roches. On en trouvera une particulièrement exotique au Basòdino.

Le Basòdino est une montagne bien connue des skieurs. Mais pour gagner sa cime, il faut enlever les skis sous le sommet et escalader les rochers. Des rochers composés d’une matière étrange, que j’aimerais vous présenter ici. En été, on la trouve déjà plus bas sur les dalles érodées par le glacier.

A première vue, ces rochers peuvent sembler typiques: plutôt clairs, gris, compacts ou formant des plaques épaisses – un gneiss tessinois, justement, donc une roche fortement métamorphique. En soi, c’est correct! Mais si tu regardes de plus près, tu verras vite qu’il ne s’agit pas d’un gneiss normal. On dirait un méli-mélo de roches. Des morceaux de roche de l’ordre du centimètre au décimètre, généralement clairs, parfois foncés, parsèment une matrice granulaire grise. Ces morceaux peuvent être ronds, anguleux ou aplatis comme de la pâte.

Si tu veux observer des roches comparables sans un chevauchement métamorphique aussi marqué, rendez-vous dans les Alpes glaronnaises au Haut lieu tectonique Sardona, un site inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO. On y trouve des roches semblables, si ce n’est qu’elles ne sont pas grises, mais brun rouge. C’est là leur teinte originelle, qui, au Tessin, s’est perdue au cours du métamorphisme. Elles font partie d’une série de roches appelée «verrucano», qui s’est formée pendant le Permien, il y a 250 à 280 millions d’années, dans des fossés continentaux bordés de volcans. Le verrucano contient des roches volcaniques, mais surtout des dépôts sédimentaires provenant des environs des volcans. Lors d’éruptions qui rejettent beaucoup de matériaux, ceux-ci sont liquéfiés par les fortes chutes de pluie qui accompagnent ces phénomènes et glissent dans les environs sous forme de coulées de boue. Il en résulte des dépôts chaotiques semblables à du conglomérat. Les galets proviennent de couches plus anciennes, traversées par les cheminées volcaniques. Il s’agit principalement de granites clairs.

Près d’un volcan grondant

Au cours de la formation des Alpes, les conglomérats de gneiss ont plongé à des profondeurs de 20 à 25 kilomètres, où régnaient des températures de 600 °C et des pressions de 7000 bar. Les nappes qui se trouvaient en surface à l’époque ont été arasées lors du soulèvement des montagnes tessinoises, et on trouve aujourd’hui leurs galets dans les dépôts de molasse sur le Plateau et sous la plaine du Pô.

Les gneiss du Basòdino appartiennent à la nappe du Lebendun, qui s’étend de la région de la Capanna Cristallina CAS au Basòdino, au Val Formazza et jusque vers le col du Simplon. Pour observer ces roches, il n’est donc pas nécessaire de gravir le Basòdino, car elles se trouvent aussi au sud-ouest de la Capanna Cristallina. Lorsque tu as sous tes mains ces rochers de gneiss, imagine ce qu’était le paysage à l’époque: un climat désertique chaud et sec, à proximité de l’équateur, et, à peut-être 30 kilomètres de là, un volcan actif qui gronde.

La géologie des Alpes suisses

La géologie des Alpes est terriblement complexe, et la diversité des roches quasi infinie. Néanmoins, de nombreuses montagnes connues offrent des phénomènes géologiques intéressants et spectaculaires, faciles à reconnaître et à comprendre, même pour les novices en la matière. Jürg Meyer (www.rundumberge.ch), guide de montagne et célèbre géologue qui aime transmettre ses connaissances, nous en parle dans cette série.

Conseil pratique pour déterminer les roches→ Le canif

Le canif devrait faire partie du matériel de tout randonneur en montagne. Le couteau suisse est une des inventions les plus merveilleuses: il est utile pour pique-niquer, réparer des objets, donner les premiers secours... et examiner des roches! Il permet de vérifier la consistance des composantes de la roche, leur dureté, leur clivage, de gratter la patine due à l’érosion, d’extraire des morceaux, etc. Bref, toute une série d’éléments potentiellement essentiels pour examiner en détail des roches et en parler.

Feedback