L’UIAA contre le ferraillage de l’Everest

L’Union internationale des associations d’alpinisme (UIAA) ne soutiendra pas l’installation de structures d’aide permanentes sur l’Everest. Réunis en Assemblée générale en octobre à Flagstaff, en Arizona, les représentants des fédérations membres ont réagi à l’intention du Gouvernement népalais d’installer des échelles métalliques et des cordes fixes sur l’Hillary Step (8760 m). Dernière difficulté technique située 90 mètres sous le sommet, ce passage de 12 mètres est à l’origine d’encombrements importants sur la partie sommitale de la voie normale.

Le texte voté à Flagstaff stipule que l’ascension du Toit du monde «devrait être réservée aux personnes ayant acquis les compétences et l’expérience nécessaire». Selon le même texte, l’ajout de structures permanentes sur l’Everest «en dévaloriserait l’ascension, gâcherait l’aventure et encouragerait à abuser de ce lieu sacré».

Pour beaucoup de Népalais cependant, la pose de structures supplémentaires permettrait de développer le tourisme à l’Everest tout en limitant les risques pour les sherpas et leurs clients. «La voie normale change, il y a plus de roche, moins de glace et de neige, c’est très dangereux», avait confié Pertemba Sherpa en mai 2013 au quotidien britannique The Guardian.

Le fait est qu’il y a toujours plus de monde sur l’Everest. 810 personnes se sont lancées à son assaut par le versant népalais en 2013. Un record depuis sa première ascension en 1953.

Feedback