Nouvelles coordonnées pour la Suisse Peu de changements pour les adeptes des sports de montagne

Entièrement renouvelée, la mensuration de la Suisse par swisstopo est devenue beaucoup plus précise. On peut le constater sur les nouvelles feuilles de la carte nationale, mais cela n’a que peu d’influence dans la pratique.

A regarder de près les coordonnées des feuilles de la nouvelle carte nationale, on peut s’étonner de voir que les nombres habituels sont passés de trois à quatre chiffres. Par exemple sur la nouvelle feuille Aarau (1: 25 000): le point de vue panoramique Gisliflue se situe dans un carré kilométrique dont les bases sont définies jusqu’ici par les coordonnées 650/252. Dorénavant, le même carré aura pour coordonnées de base 2 650/1 252. La raison de ce changement tient à la nouvelle mensuration fédérale introduite en 1995, et déjà reportée sur la carte en ligne map.geo.admin.ch.

Ce nouveau jeu de coordonnées figurera sur toutes les nouvelles feuilles de la carte nationale à paraître dès 2014.

Plus de précision grâce au GPS

Pour les alpinistes et randonneurs, il est réjouissant d’apprendre que les données de mesure ont beaucoup gagné en précision avec la nouvelle mensuration. Les coordonnées en vigueur jusqu’ici pour la Suisse ont déjà plus de 100 ans. Elles ont été déterminées dans le cadre de la mensuration nationale de 1903 (MN03) et sont basées sur les mesures classiques par triangulation. C’est pour les réaliser que l’on a mis en place les petites pyramides comme celle de la Gisliflue.

On ne pouvait pas jusqu’ici mesurer exactement les longueurs sur de grandes distances. Cela explique des différences de 2 à 3 mètres par rapport aux coordonnées actuelles pour les distances de Genève à l’Engadine. Aujourd’hui, le support satellitaire et le Global Positioning System (GPS) ont permis à l’Office fédéral de topographie swisstopo d’améliorer la mensuration nationale1. Au cours des années 1990, swisstopo a déterminé de nouveaux points fixes qui, grâce au GPS, sont localisés avec une précision centimétrique. C’est ainsi que la mensuration nationale 1995 (MN95) a été réalisée.

Les méthodes de mesure améliorées ont entraîné des différences entre les anciennes et les nouvelles coordonnées. Par exemple, les écarts sont de 79 cm/15 cm pour la Gisliflue. Les ­valeurs anciennes (MN03) la concernant étaient 650 536.97/252 948.48. Les nouvelles, plus précises avec MN95, sont les suivantes: 2 650 537.76/1 252 948.6322.

Carte en ligne à jour

Les nouvelles coordonnées sont importantes surtout dans les domaines de l’aménagement du territoire et de la construction, car elles permettent de calculer précisément chaque point du territoire suisse. Pour le reste, il n’y a pas de modifications dans la projection cartographique de la Suisse. Le système des coordonnées nationales garde ses avantages. De plus, les coordonnées géographiques du World Geodetic System 1984 (WGS84) sont représentées avec plus de précision sur les nouvelles feuilles de la CN (voir encadré). Ainsi, la position exact de la Gisliflue est désormais 47° 25’ 31’’ N/8° 6’ 30’’ E.

Conclusion: il n’en résulte aucun changement dans l’utilisation des cartes par les pratiquants de sports de montagne. En effet, les modifications de l’ordre du décimètre sont imperceptibles aux utilisateurs des cartes: une distance de 2,5 m sur le terrain ne se traduit que par 0,1 mm sur la CN 1: 25 000. Comme jusqu’ici, on peut déterminer les po­sitions dans le terrain grâce au qua­drillage kilométrique orthogonal des coordonnées figurant sur les cartes imprimées, ou les lire directement sur les cartes en ligne visualisées à l’écran.

Si, pour déterminer une position, on utilise une carte imprimée récente comportant déjà les nouvelles coordonnées, ou la carte en ligne map.geo.admin.ch, on aura directement les suites de chiffres du système actualisé et l’on saura que la position est établie selon la nouvelle mensuration. On peut aussi utiliser l’ancien système de paires de coordonnées à six chiffres (sans l’ajout E = 2 et N = 1) pour localiser n’importe quelle position avec une précision largement suffisante pour les usages sportifs. Il en ira ainsi aussi longtemps que les appareils GPS d’usage courant ne reconnaîtront ou n’exigeront pas le format étendu3. Même si l’on n’utilise plus que très rarement ces instruments pour déterminer une position sur la carte imprimée, il peut encore être utile de savoir comment s’y prendre: les assistants électroniques peuvent aussi se mettre en grève à l’occasion.

Feedback