Péril sur nos cabanes

Le quatrième album des cabanes du CAS de 1927 répertoriait déjà 106 cabanes. Aujourd’hui, elles sont 153. Ainsi, la plupart des cabanes du CAS datent d’un siècle ou plus: un bilan impressionnant pour ces constructions réalisées dans un environnement de haute montagne exposé à des conditions météorologiques extrêmes et à des dangers naturels. Manifestement, leurs emplacements ont été choisis avec discernement.

Lorsque j’ai intégré la commission Cabanes et Infrastructure en 2008 en qualité de géologue, tout allait encore bien, même si les dangers naturels, le pergélisol et l’image encore tabou des «montagnes qui s’effritent» occupaient souvent le premier plan dans les médias. Une étude interne que j’avais réalisée pour les 15 années précédentes montrait qu’il y avait relativement peu de processus naturels représentant une menace pour les cabanes. Toutefois, j’avais prédit de grosses difficultés pour 25 cabanes accessibles par un glacier en raison du recul de la glace, et j’avais recommandé de faire des réserves financières. Depuis 2008, les sections du CAS ont investi 54 millions dans la rénovation des cabanes, mais seulement 1,5 million pour faire face aux dangers naturels. Des événements récents tels que les éboulements au Piz Cengalo en 2011 et en 2017, ainsi que les mouvements de terrain à la hauteur de Bim Spitze Stei, au-dessus de Kandersteg, témoignent de la vulnérabilité des accès aux cabanes. Les éboulements au Piz Cengalo avaient ravagé le Val Bondasca, rendant la Capanna Sasc Furä CAS temporairement inaccessible et coupant jusqu’à nouvel avis l’accès à la Capanna di Sciora CAS. A Kandersteg, un scénario similaire se prépare: les éboulements et les laves torrentielles à Bim Spitze Stei pourraient rendre impraticable l’accès à la Fründenhütte SAC pendant des années. Ces 20 dernières années, les environs de la Mutthornhütte SAC, construite en 1895, ont connu des éboulements (voir. p. 38), en partie à cause du recul marqué du glacier. Désormais, un important mouvement de roches à proximité directe de la cabane menace son existence. Il n’y a pas de doute, tous ces phénomènes sont liés au réchauffement climatique. Le siècle de tranquillité qu’on a connu est révolu. Le CAS devra-t-il, pour la première fois de son histoire récente, abandonner certaines cabanes?