Petites montagnes, vastes forêts Randonnées à skis en Forêt-Noire

Les randonnées à skis en Forêt-Noire font découvrir des pentes faciles et des petits parcours. Voici quelques charmantes excursions à découvrir au nord de Bâle.

Lorsqu’ils sont passionnés de montagne, les habitants du nord de la Suisse sont attirés au sud par le massif des Alpes où se cristallisent leurs nostalgies. Si l’on quitte Bâle en direction du nord, on tourne définitivement le dos au monde alpin. Enfin, pas tout à fait: on aborde à peu de distance un paysage de collines boisées dont l’hiver blanchit les coiffes. C’est la chaîne de la Forêt-Noire, ou Schwarzwald, giron velu de l’Allemagne.

Son manteau de forêts laisse au jour de belles bosses où s’agrippent les nombreuses remontées mécaniques de stations de ski telles Feldberg, Stübenwasen, Toter Mann ou Schauinsland. On y trouve aussi la plus haute cascade du pays, qui semblerait bien modeste dans les Alpes. Comme tout le relief de cette région.

Brèves montées, sereines descentes

Il ne faut pas chercher ici l’aventure alpine. Les randonnées à skis sont courtes et les parcours souvent vallonnés, par monts et par vaux à travers des forêts enneigées. Ici et là, on côtoie des hameaux dont les cheminées soufflent une trace de réconfort dans le ciel glacial. Les hauts plateaux sont souvent essartés en vastes plaines ou en discrètes clairières. Lorsque la bise les balaie, il n’y a plus que la vue des Alpes dans le lointain pour rappeler que l’on se trouve en Allemagne et non en Finlande.

Le bon accueil n’est pas un vain mot dans la région. Il s’inscrit en grandes lettres, visibles de loin sur la façade de la Todtnauer Hütte: «Il est temps de se rentrer». Un bon feu éclaire le séjour, et la carte propose un festival de somptueuses spécialités locales: soupe au pois avec du lard indigène, pâté chaud en tranches ou palette rôtie. Et la fameuse forêt-noire n’est jamais aussi délicieuse, le café aussi réconfortant que lorsque les flocons se collent en blancs essaims sur les vitres givrées.

Patrie de Saint Nicolas et du Père Fouettard

Saint Nicolas habiterait dans cette mythique forêt avec son âne et le Père Fouettard. C’est ce que l’on raconte aux enfants du nord-ouest de la Suisse. Même si l’on a enfoui dans son jardin d’enfance le conte des deux barbus et de leur âne, on ne sera guère surpris de les voir ressurgir ici, dans ce décor féérique dominé par les grands résineux en habit d’hiver, couverts de cristaux de givre scintillant sous la lune. Le silence opaque et la solitude font oublier que l’on se trouve à 50 kilomètres à peine de Bâle.

Comme une cloche de verre

On ne serait donc pas étonné de voir apparaître Saint Nicolas et sa suite. En tous cas, on comprend alors pourquoi ces personnages de la légende bâloise ont élu domicile dans la Forêt- Noire. Lorsque le soleil rase l’horizon et plonge les sapins dans une lumière irréelle, on se sent plus proche des grands espaces nordiques que du monde industriel germanique. Celui-ci n’est pourtant pas loin. Pour se rendre de Bâle à la Forêt-Noire, il faut traverser des agglomérations et zones industrielles typiques de l’Allemagne actuelle: un paysage caractérisé par les boutiques de kebabs et les silos de parcage. Rien n’y prépare à l’échappée en pleine nature, si proche pourtant. Comme protégée par une cloche de verre, la Forêt-Noire vit son éternité épargnée par l’agitation du monde voisin.

Feedback