Plaidoyer pour les transports publics.

Une enquête a été effectuée en 1998 auprès des sections du CAS sur le thème de la mobilité. D' après cette enquête, la part des courses de section faisant appel aux transports publics variait entre 70% pour la section de Bâle et 0% pour celle des Diablerets.

Depuis, deux hivers ont passé. Deux hivers qui m' ont permis de vivre de superbes traversées à ski, toutes réalisées grâce aux transports publics.

Au cours de ces balades, il m' est arrivé souvent d' être le seul client du bus, en début ou en fin de ligne, voire sur la totalité du parcours. Même le dimanche. Il m' est aussi arrivé de monter dans un bus vide pour le retour en plaine, alors qu' un ou plusieurs groupes conduits par des guides attendaient au même endroit un taxi commandé dans le même but. Ou encore de rencontrer des skieurs qui avaient effectué la même traversée que moi, sauf qu' elle était « agrémentée » d' impressionnantes navettes à plusieurs voitures.

Nous avons la chance, en Suisse, de disposer d' un réseau de transports publics dont les ramifications touchent les coins les plus reculés du pays. Les horaires sont bien faits, facilement disponibles et respectés. Les correspondances sont satisfaisantes à de rares exceptions près. Le matériel roulant, en grande partie modernisé, est confortable. Ce réseau est une véritable carte de visite pour notre tourisme. Malheureusement, en dehors d' une courte période estivale, les ramifications terminales sont nettement sous utilisées. Connaissant les pressions actuelles visant à démanteler les services publics, il y a un risque de les voir disparaître ou de voir les cadences sérieusement réduites.

Voici donc mon appel aux chefs de course ( l' appel s' adresse aussi aux guides et aux « individuels » ):

Essayez de prévoir au moins une ou deux traversées par saison en utilisant les transports publics. Vous ne serez pas déçus. A part la satisfaction de contribuer, même modestement, au maintien de nos lignes, vous y trouverez les avantages suivants:

- Par rapport au traditionnel « sommet et retour », la traversée procure une impression plus marquée de vivre un voyage, au sens profond du terme.

-Arrivé au point culminant du parcours, vous êtes encore libre de choisir le point d' arrivée.

-Vous contribuez à réduire la pression sur notre environnement. Comme membre d' un club militant pour la protection du milieu alpin, cet aspect ne devrait pas vous laisser complètement indifférent.

- Les trajets sont relax et peuvent être occupés agréablement.

- Les traditionnels bouchons de la route du Valais sont plaisants à regarder depuis le train. Pas besoin d' hypo le dimanche après-midi par peur d' être piégé par lesdits bouchons.

A l' usage, je suis persuadé que vous y trouverez d' autres avantages. Avantages qui, je l' espère, vous amèneront à multiplier les infidélités à votre sacro-sainte voiture.

La saison d' été qui s' annonce est aussi propice à ce genre d' escapades, que ce soit à pied, à pied encore mais avec le parapente sur le dos, en courant ou à vélo.

Feedback