Plus de bénévoles que de travail Engagement volontaire dans une cabane du CAS

Nombreux sont les bénévoles qui aimeraient s’engager dans un projet en faveur d’une cabane. Pourtant peu de cabanes profitent de cette opportunité.

L’an dernier, durant quatre semaines, près de 57 apprentis de l’entreprise de construction Frutiger AG ont assaini la terrasse de la Britanniahütte. Au lieu de travailler sur un chantier en ville, ils l’ont fait à plus de 3000 mètres d’altitude. «Les apprentis étaient enchantés», a déclaré Stephan Tschudi, membre de la direction et initiateur de ce projet. Pour Dario Andenmatten, gardien de la cabane, cet engagement s’est aussi avéré payant: «Il s’agissait incontestablement d’une situation win-win».

Il existe en Suisse nombre d’associations, d’entreprises ou de privés qui aimeraient s’engager en faveur de la nature. Depuis une année, le CAS collabore avec le Centre de coordination du volontariat en montagne (CECOVO-Montagne). Assainissements de murs, travaux d’entretien des alentours et des chemins ou déplacements de lignes électriques, il y a suffisamment de travail.

La demande reste modeste côté cabanes. «Seule une petite quantité de projets ont été soumis au CECOVO ou à nous-mêmes», déclare Ulrich Delang, chef du secteur Cabanes du CAS. Beaucoup de demandes sont traitées directement par les sections ou les gardiens de cabane et ne parviennent pas jusqu’à l’Association centrale. A cela s’ajoute un manque d’information évident. «Beaucoup de responsables de cabanes ne savent pas qu’ils peuvent profiter de l’aide de groupes de bénévoles», regrette Ulrich Delang. Plus d’infos sur www.sac-cas.ch -> Cabanes -> Engagement volontaire dans une cabane CAS

Feedback