Prévisions fausses

Peter Rauh, Institut suisse de météorologie

C' était la mi-mars; une cordée de trois alpinistes désirait profiter des bonnes conditions d' ennei pour tenter une ascension du Schinhorn ( 3796,8 m ). Mais le temps lui joua un tour: devant la cabane Oberaletsch, la visibilité était nulle en raison des tourbillons de neige et du brouillard. Le retour vers le téléphérique de Blatten ne se serait pas présente de façon si défavorable avec une boussole, mais l'on venait justement de s' aperce qu' on l' avait oubliée à la maison! Il ne restait donc plus qu' à attendre la dissipation du brouillard. Le bulletin météorologique présageait cependant une série de perturbations entraînées vers les Alpes par un courant tempétueux du nord-ouest.

Avant d' aller dormir, on prêta encore une oreille attentive à la dernière prévision valable pour les Alpes et le versant nord des Alpes: Le ciel restera couvert en général et les précipitations continueront, avec de la neige jusque vers 800 mètres. Quelques brèves éclaircies sont possibles tôt demain matin, surtout en plaine. La température... On se glissa dans les couvertures de laine dans l' attente d' une longue nuit reposante. Dehors, le vent continuait de souffler la neige contre la cabane.

Le lendemain matin, tout était étrangement calme, les volets bougeaient à peine. Nos trois skieurs sautèrent du lit; devant eux s' étendait, bien visible, le glacier supérieur d' Aletsch, tout saupoudré de neige fraîche. Départ! On se prépare en toute hâte; si l'on avait su, on aurait tout prépare hier soir. La marche commence, mais des lambeaux de nuages menaçants s' étirent du Schinhorn au-dessus du glacier. A peine la cordée se trouve-t-elle au pied des rochers situés au-des-sous de la cabane que des bancs de brouillard l' en. Il faut rebrousser chemin! Des le retour à la cabane, les critiques pleuvent: On ne peut jamais se fier à la météo, les prévisions sont toujours fausses!

Trois jours plus tard, un hélicoptère vint chercher nos trois touristes. Entre-temps, le chemin conduisant à Belalp était devenu impraticable à cause du danger d' avalanches.

Etait-ce donc réellement une fausse prévision? Que signifient les termes couvert en général? La petite phrase Quelques brèves éclaircies sont possibles tôt demain matin, surtout en plaine aurait-elle dû inciter à mettre le réveil à 5 heures du matin? En effet, il est probable que l' amélioration aurait permis de traverser le glacier, et le reste du chemin n' aurait plus posé de problèmes. Donc, que signifient exactement les expressions utilisées dans les prévisions météorologiques, que recouvrent-elles? Ces questions nous sont posées quotidiennement au téléphone ou dans les discussions par toutes sortes de gens.

Sur la base des informations dont il dispose, le météorologue se représente la façon dont le temps doit évoluer dans les deux ou trois jours à venir, et il rédige le texte de sa prévision. Chaque mot a une signification bien définie. Par exemple, très nuageux indique un temps moins beau que partiellement ensoleillé. Est-ce une finesse? Non, car le temps comporte tant de nuances qu' il n' est pas possible de le schématiser exagérément. Il n' est pas seulement beau ou mauvais. Aussi devons-nous le préciser et le caractériser par telle ou telle expression que le météorologue doit donc connaître, mais également le public.

Il n' est pas question, dans ce propos, de défendre la corporation des météorologues et de lui tres- ser des couronnes. Il y aura encore, à l' avenir, des prévisions fausses, sans nul doute. Mais nous voulons essayer de nous entendre sur une langue commune pour une plus grande compréhension à ce sujet. Et qui n' en parle pas? Quant à nous, c' est notre métier!

LA NAISSANCE D UNE PREVISION L' Institut suisse de météorologie publie chaque jour cinq bulletins météorologiques pour le public, soit à 5 heures, 8 h 30, I I heures, 17 heures et 22 heures. Les premier et deuxième bulletins sont valables pour la journée, les trois autres couvrent aussi le lendemain. Ils sont complétés par une évolution probable qui concerne les deux jours suivants. Tous ces bulletins sont diffusés par la radio et peuvent être obtenus par téléphone ( n° 162 ). Une prévision particulière est élaborée l' après pour la Télévision suisse; les quotidiens utilisent également ces bulletins qu' ils combinent avec la carte météorologique dessinée par l' Institut suisse de météorologie. Mais ce n' est qu' une partie des tâches du service de prévision qui doit aussi fournir des renseignements spéciaux pour les pilotes d' avions privés, de planeurs et de ballons, des avis de tempêtes et, chose particulièrement importante, des prévisions exactes pour les aéroports.

Le météorologue ne peut pas simplement regarder le temps par la fenêtre, s' asseoir et rédiger une prévision pour les jours suivants. Cela pourrait être possible pour un endroit déterminé et pour les prochaines heures, mais nos prévisions doivent s' appliquer à une zone étendue et à un laps de temps le plus long possible.

Il doit donc recevoir des informations adéquates provenant de vastes régions. C' est pourquoi il a besoin de centaines, voire de milliers d' observa de différentes stations d' Europe et des continents et océans avoisinants. Ces observations sont effectuées toutes les trois heures, soit à i heure, q. heures, 7 heures, etc.; elles sont traduites dans un code chiffré, puis transmises aux centres de prévision au moyen d' un réseau complexe de télé- communications. Des indications sur les courants aériens et la distribution de la température en altitude sont également nécessaires à l' estimation de l' évolution du temps. Deux fois par jour, des bal-lons-sondes, mesurant la température, l' humidité et la pression, sont lâchés à certaines stations et s' élèvent jusqu' à des altitudes de 30 kilomètres ou plus. Ces données sont transmises par radio, la direction et la vitesse du vent étant calculées en fonction du déplacement du ballon.

Au Centre national de prévisions du Zurich-berg, les observations de toutes les stations suisses sont disponibles, dessinées par ordinateur sur une carte, septante minutes après l' heure d' observa, et celles d' Europe et de l' est de l' Atlantique, trente minutes plus tard environ. A 8 h I o, le météorologue peut donc commencer l' analyse de la carte suisse de 7 heures et poursuivre avec celle de l' Europe vers 8 h 40. Puis viennent les cartes en altitude, les images satellitaires, puis les cartes donnant les flux prévus pour les trois jours suivants. Vers io heures, le prévisionniste s' est fait une idée générale de l' évolution météorologique pour les trois prochains jours et, à io h 15, il en discute avec ses collègues de Genève-Cointrin et de Lo-carno-Monti, lors d' une conférence téléphonique. Le troisième bulletin est rédigé après cet échange de vues, perforé sur bande et envoyé par télétype de notre centrale de transmission aux studios de radio, à l' Agence télégraphique suisse, à la Direction des téléphones, etc. Il est maintenant I i heures, et la situation a donc pu se modifier entre-temps, espérons-le dans le sens prévu par le météorologue et annoncé dans sa prévision. Le bulletin, lu à la radio à 12 h 30, se fonde donc sur des renseignements vieux de cinq heures et demie. Certes, de nouvelles informations affluent sans cesse qu' au moment de la rédaction de la prévision, vers i o h 30, et l'on en tient compte constamment, mais il est impossible de jeter par-dessus bord le concept général toutes les heures.

EXPRESSIONS GEOGRAPHIQUES En premier lieu, nous devons nous entendre sur la région dont nous parlons. Dans la description de la répartition des pressions atmosphériques, des courants d' altitude et des zones perturbées, nous utilisons des noms de régions européennes. En plus des noms de pays, que l'on trouve dans n' importe quel atlas, apparaissent souvent des expressions se rapportant à des régions géographiques déterminées, indépendantes des frontières politiques. Il s' agit de chaînes de montagnes, de mers ou de parties du continent comme, par exemple, les Balkans, le golfe de Gascogne, les Baléares, l' Europe occidentale, la Baltique, etc. Bien que ces noms soient serinés dans tous les degrés des écoles, on nous demande souvent on se trouve le golfe de Gascogne ou la péninsule Ibérique. Le golfe du Lion est particulièrement peu connu: c' est la partie de la Méditerranée qui s' étend au sud de Marseille. On entend par golfe de Gascogne la portion de mer délimitée par les côtes occidentales de la France et septentrionales de l' Espagne. L' ex mer de Norvège est très souvent sujette à l' incompréhension, peut-être parce qu' elle ne se trouve pas dans l' Atlas scolaire suisse. Il s' agit de la partie triangulaire de l' Atlantique délimitée par l' Islande, l' Ecosse et la Norvège, entre la mer du Nord et l' océan glacial Arctique. La carte I fournit d' autres renseignements sur les expressions fréquemment utilisées.

Nous savons tous que le temps peut être très différent sur de courtes distances. Cela est particulièrement vrai en Suisse à cause de la grande influence de nos montagnes sur l' évolution météorologique. Pour tenir compte de cet état de fait, on a divisé notre pays en trois zones dont chacune est prise en charge par un météorologue qui en assure la prévision. Genève-Cointrin est responsable de la Suisse occidentale, Monti du sud, et Zurich de l' est du pays. La carte 2 indique les limites entre ces régions et leur désignation. Mais c' est là que les difficultés commencent. Où voulons-nous fixer ces limites? Nous faisons appel à notre expérience [2 météorologique et regroupons les régions les plus similaires possibles. L' ouest de la Suisse et le Valais forment une telle unité et peuvent facilement être séparés du reste de la Suisse. Seul le versant sud du Simplon, c'est-à-dire les vallées du Krümm-bach, du Laggin et de Gondo, est incorporé au sud des Alpes.

Le sud des Alpes ne comprend donc pas le canton du Tessin seulement. En plus du versant sud du Simplon, déjà mentionné, il faut y adjoindre les vallées grisonnes ouvertes vers le sud: les vais Mesolcina, Calanca, Bregaglia, de Poschiavo et Müstair.

Le reste de la Suisse est couvert par le centre régional de Zurich. Pour éviter la trop longue enumeration nord-ouest, centre et est de la Suisse, nord et centre des Grisons, on a introduit récemment l' ex Suisse alémanique et Grisons, en modifiant quelque peu la délimitation. A l' ouest, elle suit en gros la frontière linguistique entre l' allemand et le français et, à l' est, l' Engadine a été incorporée à cette région. Il est bien évident que cette simplification ne satisfait pas entièrement un géographe, car on parle aussi allemand dans la vallée de Conches et dans les établissements Walser du Tessin. Les vallées méridionales des Grisons appartiennent politiquement à ce canton et nous les attribuons pourtant à d' autres régions. Nous avons cherché des désignations simples et percutantes et pensons les avoir trouvées ( cf. carte 2, divisions régionales ).

Mais le temps ne se limite pas à des frontières, qu' elles soient politiques ou géographiques. Souvent, il faut regrouper les régions de la Suisse autrement que prévu sur la carte 2. Nous pouvons opposer le nord des Alpes, Valais et Grisons au sud des Alpes ( carte 3, division classique ) ou détacher I' Engadine et la ranger avec le versant sud. Nous distinguons aussi, à l' occasion, dans le nord des Alpes, l' Ajoie et la région de Bàie, le Jura, le Plateau et le versant nord des Alpes ( carte 4, division longitudinale ). Lors de perturbations en provenance du nord-ouest ou du nord et de vents forts en altitude, toute la zone alpine est plongée dans un temps dé- sagréable, tout comme le nord des Alpes. Seuls le centre et le sud du Tessin ( ainsi que les débouchés des vais Calanca et Mesolcina ) jouissent d' un temps ensoleillé ( cf. carte 5, division nord-sud ).

Il est donc important, pour l' auditeur de la radio, qu' il sache à quelle région le lieu on il se trouve doit être attribué. Par exemple, Zurich appartient soit au nord des Alpes ( carte 3 ), sur le Plateau ( carte 4 ), soit à la Suisse alémanique ( carte 2 ). Sion se trouve en Valais ( cartes 2, 3 et 4 ), mais aussi dans la région des Alpes ( carte 5 ). Locarno appartient au centre du Tessin ( carte 5 ) ainsi qu' au sud des Alpes ( cartes 2, 3 et 4 ).

DESCRIPTION DU TEMPS DANS LE BULLETIN Le bulletin météorologique lu à la radio se compose de quatre parties.

Texte court: description brève du temps donnée au début des nouvelles ou dans les flashes; il est valable pour le jour même, et comprend le jour suivant dès le bulletin de midi.

Situation générale: cette partie comprend une description, la plus simple possible, de la situation météorologique, mentionnant la répartition de la pression, le flux d' altitude ou les masses d' air, les courants et leur évolution. Elle est complétée par les conséquences sur le temps en Suisse et, éventuellement, par une indication sur le caractère du temps.

Prévisions: ce texte décrit en détail le temps dans les différentes régions de la Suisse et fournit des indications sur la couverture nuageuse, l' ensoleillement, la pluviosité, la température et le vent. Il comprend aussi l' évolution temporelle et les différences locales de la région concernée; il attire l' attention sur certaines incertitudes et sur des dangers éventuels. Le temps des autres régions est succinctement décrit, le plus souvent sans indication de température.

Evolution probable: elle indique la tendance pour les deux jours suivant la validité de la prévision; elle s' étend, par conséquent, à trois jours au maximum. Les bases dont nous disposons sont moins concrètes et moins précises que celles utilisées pour la prévision du lendemain. Nous décrivons donc le temps de façon approximative et renonçons aux détails.

DESCRIPTION DE LA « SITUATION GÉNÉRALE » On entend par anticyclone ou haute pression une zone on la pression atmosphérique est élevée par rapport aux régions avoisinantes. En général, le temps est sec, souvent beau, au centre d' une haute pression. Mais l'on trouve souvent des zones perturbées en bordure d' un anticyclone. La forme de celui-ci est très diverse, elle décrit rarement un cercle régulier, plus fréquemment un ovale. Il peut s' insérer entre deux zones de basse pression sous forme de crête ou de dorsale anticyclonique ou prendre l' aspect d' une poire. Lorsqu' une zone de haute pression se développe passagèrement entre deux perturbations, on parle à' anticyclone mobile, dont la durée de vie est souvent brève. Ce nom indique qu' il apparaît rapidement et qu' il disparaîtra de même. Il nous apporte, parfois de façon imprévue, une demi-journée ou un jour entier de temps magnifique.

L' anticyclone le plus célèbre est celui des Açores qui stationne durant presque toute l' année sur cet archipel, à quelques courtes interruptions près. Lorsqu' il s' étend suffisamment loin vers l' est, c'est-à-dire qu' il forme une dorsale assez développée, cela implique en général du beau temps pour la Suisse. Mais si elle n' atteint que la France, notre pays reste dans le trajet des zones de mauvais temps.

Un anticyclone peut se former ou se renforcer; il peut être faible ou puissant et stable. Il peut aussi s' affaiblir sur l' une de ses bordures ou s' effondrer et disparaître. L' antonyme de l' anticyclone est la dépression, zone de pression relativement basse. Elle se forme dans la région d' origine d' une perturbation; elle est, par conséquent, associée à du mauvais temps. Elle a souvent un aspect circulaire, mais peut aussi être allongée et former un couloir dépressionnaire ou se composer de différents centres: c' est une dépression complexe. Si une dépression, faible au début, s approfondit rapidement et fortement, elle devient un tourbillon dépressionnaire qui se déplace alors très rapidement et provoque des vents tempétueux. Par la suite, la dépression, même importante, se comble, son mouvement se ralentit, elle s' affaiblit et finit par disparaître.

Quelquefois, la répartition de la pression est uniforme. Nous ne décelons donc aucun contraste important de pression sur une zone assez étendue, sur toute l' Europe centrale, par exemple. En été, ce marais barométrique signifie une forte tendance aux orages.

Par perturbation, nous entendons une zone de mauvais temps. Les perturbations tirent leur origine de différences de température. Elles dépendent d' une zone dépressionnaire qui agit comme centre d' action et elles se déplacent plus ou moins vite selon le vent en altitude. Lorsqu' il souffle du nord-ouest, cela veut dire qu' il vient du nord-ouest et que la perturbation se déplace vers le sud-est. Les faibles perturbations se font remarquer surtout par leur couverture nuageuse, sans apporter de pluie ou de neige, le plus souvent. Mais, en règle générale, il faut s' attendre à des précipitations, particulièrement lors de perturbations actives: c' est pourquoi l'on parle aussi de zones de précipitations. Les perturbations provoquant des orages sont appelées perturbations orageuses. Elles surviennent surtout en été et viennent du sud-ouest, de l' ouest ou du nord-ouest. Si une perturbation ne se déplace plus, on dit qu' elle est stationnaire. Elle peut soit s' affaiblir ou disparaître, soit apporter beaucoup de pluie ou de neige.

A Y arrière d' une perturbation, nous trouvons une autre masse d' air qu' à l' avant. De l' air aux caractéristiques déterminées s' écoule à sa suite. Uair maritime est frais en été et doux en hiver. Au contraire, l' air continental, plutôt sec, est chaud en été et froid en hiver. Nous voyons donc que la désignation des masses d' air se fait en fonction de leur origine. Uair polaire vient des régions froides situées au-delà du cercle polaire, il est toujours froid, mais suivant la route qu' il a parcourue, humide ( itinéraire maritime ) ou sec ( itinéraire continental ). Uair tropical est chaud, et son origine se trouve en Afrique ou sur le sud-est de l' Atlantique. Il est évident que les nuages, les pluies ou les orages seront plus fréquents dans l' air humide que dans l' air sec.

On peut donc décrire le caractère du temps de façon très variée. Le beau temps ne nous pose aucun problème, car chacun sait de quoi il s' agit. En revanche, les difficultés commencent avec son contraire. Nous ne qualifions jamais le temps de mauvais, car des pluies de longue durée peuvent avoir leur bon côté: elles remplissent les lacs de barrage, elles maintiennent la navigation sur le Rhin, elles assurent l' approvisionnement en eau potable, etc. Si nous attendons de la pluie, de la neige, beaucoup de nuages, pas de soleil et une température assez basse, nous parlons de temps maussade ou pluvieux. Si la pluie est absente, le temps est alors gris. Le temps maussade ne peut que s' améliorer, tandis que le beau temps se détériore ou devient changeant ou instable. Nous entendons par temps changeant la suite rapide d' épisodes de temps maussade et beau ( ou agréable ). Il peut évoluer dans deux sens: soit il se stabilise et devient donc agréable, soit évolue vers la pluie. Le temps stable ne se modifie guère.

Les variations de température sont décrites au moyen des qualificatifs frais, doux, chaud ou très chaud. La tendance aux orages que nous avons déjà mentionnée peut être forte, mais associée à un temps changeant, puisqu' une journée orageuse se termine souvent par un beau soleil.

EXPRESSIONS UTILISEES DANS LA PRÉVISION DÉTAILLÉE II nous faut ici traiter chaque élément participant à la description du temps. On ne peut pas toujours les séparer, car l' un n' existe souvent pas sans l' autre. Il en est ainsi de la pluie et des nuages.

Couverture nuageuse Dans cette rubrique, nous tenons surtout compte des nuages épais cachant le soleil. En effet, même si le ciel tout entier est recouvert d' un voile fin de nuages élevés, on considère encore le temps comme ensoleillé. Le tableau ci-dessous fournit toutes les explications concernant le degré de la couverture nuageuse et les différentes expressions utilisées pour la décrire. Il convient de déterminer la portion du ciel couvert par les nuages et, pour ce faire, nous divisons la voûte céleste en huitièmes ou octas.

Il existe, naturellement, des transitions entre les catégories mentionnées dans le tableau i. Lors de passages de bancs de nuages élevés, les rayons du soleil n' en sont guère affectés et cela n' empêche pas les bains de soleil. Des passages nuageux importante cachent le soleil pendant un temps assez bref, mais sont plutôt rares, quand on considère l' ensemble de la journée. Cela tombe à peu près entre les termes peu nuageux et nuageux.

L' état du ciel peut se modifier graduellement. On parle alors d' une augmentation de la couverture nuageuse ou d' une arrivée de nuages lorsque ceux-ci, provenant d' une certaine direction, envahissent Tableau i Désignation Définition Couverture nuageuse en huitièmes clair pratiquement sans nuage 0-2 peu nuageux peu de nuages, minces ou de petites dimensions, ne diminuant guère le rayonne- 2-3 ment solaire nuageux nuages assez nombreux, de dimensions plus grandes, mais laissant de grands espa- 3—6 ces entre lesquels le soleil brille encore longuement très nuageux beaucoup de nuages et peu de ciel clair, peu de soleil 6-7 couvert couverture nuageuse continue, pas de soleil 8 couverture nuageuse alternance rapide entre une couverture nuageuse faible et importante donnant, en 2—7 changeante moyenne, un ciel nuageux progressivement le ciel. La situation contraire est décrite par diminution de la nébulosité. Si cette dissipation ne se fait que lentement, ou si la durée en est brève, on parle d' éclaircies.

Selon leur forme, nous distinguons les nuagescu-muliformes et stratifiés. Les nuages d' orage sont cumuliformes et très développés. Le brouillard élevé est un nuage stratifié typique. Sa limite supérieure est très basse, comprise souvent entre 800 et 1500 mètres d' altitude. Au-dessus, le ciel est serein et le soleil brille. Au début de l' automne et au printemps, le brouillard élevé disparaît au cours de la matinée ou vers midi, tandis qu' il ne se dissipe que rarement en arrière-automne et en hiver. Il peut s' introduire jusque dans les Alpes par les grandes vallées, mais il reste en général localisé au Plateau. Le brouillard ou les bancs de brouillard sont aussi des nuages qui reposent sur le sol.

Nous avons donc vu que l' ensoleillement dépend des nuages. C' est pourquoi, nous allons comparer les expressions utilisées pour la description de l' ensoleillement et les mettre en relation avec la couverture nuageuse.

L' unité de grandeur qui précise ces termes est le pourcentage de l' ensoleillement attendu exprimé par rapport à la durée possible de l' ensoleillement 12 Gemswurz-Kreuzkraut ( Senecio Doronicum ) 13 Clusius' Gemswurz ( Doronicum Clusii ) 14 Graues Kreuzkraut ( Senecio incanus ) Photos: Ruben Sutter, Bern 15 Les « bancs de nuages » élevés diminuent l' ensoleillement de manière moins sensible qu'«un ciel peu nuageux » ( photo: horizon occidental du Säntis, le soir ) Lorsque ces nuages élevés, constitués de cristaux de glace, s' épaississent à partir de l' ouest, il convient d' être prudent: cela annonce souvent l' approche d' une perturbation 16 L' aspect d' un nuage, vu de l' intérieur, est bien connu des alpinistes. Mais, même les montagnards chevronnés peuvent perdre le sens de l' orientation dans le « brouillard » 17 « Ciel peu nuageux » signifie toujours que le temps est encore beau ou ensoleillé en général, faiblement influence par de petits nuages cumuliformes ou moyens ( photo: val de S-charl, en direction du nord ) 18 L' expression « ciel nuageux » s' emploie lorsque la moitié environ de la voûte céleste est couverte de nuages. Cela correspond aux termes « assez ensoleillé » ( photo: grand glacier d' Aletsch vu de Belalp ) Photos: Peter Rauh, Illnau ZH 19 Photo prise par le satellite HCMM de la NASA le 2g mai igj8 à 12 h 52 TMG. On reconnaît de façon frappante le relief, les lacs et certains cours d' eau; les Alpes sont encore recouvertes de neige, tandis que le Jura n' en a presque plus. Les résidus d' une perturbation, s' éloignant vers les Balkans, sont visibles sur les Alpes orientales, tandis que des petites formations cumuliformes se développent de façon très marquée sur la France. L' expression « ciel peu nuageux » convient parfaitement à ce type de temps Les images de ce satellite américain ne sont pas captées en routine à l' ISM, mais proviennent de négatifs établis à des fins de recherche. Le pouvoir de résolution est de 500 mètres 20 Par « couverture nuageuse importante », il ne faut s' attendre qu' à peu de soleil. Selon l' altitude de la base des nuages, les montagnes peuvent être partiellement ou complètement cachées par ceux-ci, c'est-à-dire plongées dans le brouillard ( photo prise du Nesthorn en direction du sud, vers le Valais ) Photo: Peter Rauh, Illnau ZH 21«Ciel couvert » signifie que la voûte céleste est entièrement couverte de nuages ( photo prise près de S-charl, en direction du Piz Sesvenna ) Photo: Peter Rauh, Illnau ZH 22 De petites « éclaircies » ou des déchirures dans une couche nuageuse compacte sont les bienvenues pour s' orienter ( photo: val S-charl vu du Piz d' Imez ) Elles peuvent être passagères ou devenir plus belles. C' est alors le début d' une...

23 « diminution de la couverture nuageuse » qui, après le passage d' une perturbation, annonce le retour du beau temps ( photo: S-charl vu du sud, au fond le massif du Pisoc ) Photos 39 et 23: Peter Rauh, Illnau ZH 24Le globe vu d' un satellite ) Photo prise à 36000 kilomètres d' altitude environ par le satellite météorologique européen Meteosat, le 22 avril igj8. Jusqu' à la fin de igjg, ce satellite a fourni toutes les heures des images sur lesquelles étaient visibles, non seulement les continents et les océans, mais aussi les systèmes nuageux. On utilisait, pour les besoins du service de prévision surtout, des agrandissements du quart supérieur de cette image. Mais l'on reconnaît, même à cette petite échelle, le contour de l' Espagne, les Pyrénées quelque peu enneigées et le manteau neigeux des Alpes, encore important à cette saison. Un œil exercé peut distinguer les grandes vallées alpines, le Valais par exemple. A l' ouest de la Grande-Bretagne, on aperçoit très distinctement, sur l' est de l' Atlantique, les nuages d' une perturbation, particulièrement la couverture nuageuse discontinue de fair froid qui a progressé au centre de l' Atlantique presque jusqu' à l' équateur. Dans le courant de ig8i, le successeur de Meteosat sera lancé sur une orbite géosta-tionnaire. De son emplacement apparemment fixe au-dessus de l' équateur, il fournira des images de même qualité 25 Le Kande Hiunchuli ( 6625 m ). Versant ouest vu de la vallée de la Chaudhabise Khola 26Vue de la jonction Chaudhabise—Kande Khola ( env. 3850 m ) sur des sommets sans nom. Cependant, le sommet de gauche est certainement le Bijora Hiunchuli ( 6386 m ), atteint en igj4 par une expédition japonaise 27Une équipe de coolies ( porteurs ) au dernier camp de la marche d' approche 16 dans la saison considérée. Un jour sans soleil donne o%, et nous avons 100% lorsqu' il brille sans interruption. Toutes les valeurs intermédiaires sont possibles.

L' ensoleillement et la couverture nuageuse forment donc un tout. Il peut arriver que le météorologue fournisse ces deux indications de la façon suivante: temps partiellement ensoleillé par couverture nuageuse changeante. Couverture nuageuse et ensoleillement s' équilibrent alors. Si l'on juge la situation de façon prudente, on décrira plutôt la couverture nuageuse. Mais si le prévisionniste est optimiste, il mettra en évidence des expressions ensoleillées. Temps ensoleillé ou généralement ensoleillé ne s' emploient que pour un temps favorable jusqu' au lendemain soir.

Précipitations On comprend sous ce terme, la pluie, la neige, la bruine et la grêle, bref, tout ce qui tombe sous forme d' eau ou de glace. La bruine est une pluie très fine, à peine sensible, produite par des nuages bas. Le grésil, ces petites boules blanches qu' on voit durant la saison froide, est analogue à la grêle. Cette dernière est plutôt transparente ou translucide et n' apparaît que durant la belle saison. Selon sa grosseur et sa violence, elle peut occasionner des dommages considérables.

En fonction du genre de nuages, nous faisons la' 7 distinction entre les pluies ou chutes de neige continues ( nuages stratifiés ) et les averses ( nuages cumuliformes ). Au contraire de la pluie continue, une averse de pluie, de neige ou de grésil ne dure que peu de temps ( quelques minutes à deux heures environ ). La chute est plus intense, mais plus courte. La grêle ne tombe que sous forme d' averses. De même, il est fort rare que des orages soient associés à de la pluie continue. Les seuls adjectifs permettant de décrire la quantité des précipitations sont abondant ou important. Ils annoncent beaucoup de pluie ou de neige.

Il est souvent difficile de prévoir s' il va pleuvoir ou pas. Mais comme cet élément influence ou entrave au maximum l' homme dans ses activités, le météorologue prend de grandes précautions à son égard. Si la pluie n' est pas tout à fait exclue, nous ne disons pas qu' il va pleuvoir, mais nous mentionnons cette minime probabilité. Si celle-ci est plus importante, quoique assez faible, nous parlons de quelques pluies possibles. En revanche, si nous comptons sur de la neige, mais entrevoyons la possibilité d' une autre évolution du temps, la prévision parle de chutes de neige probables.

Nous devons envisager des différences locales et temporelles à cause du relief tourmenté de notre pays. Le temps d' avril ne s' observe pas qu' en avril seulement, mais peut survenir en toutes saisons. On entend par là une alternance rapide entre un soleil splendide et une forte nébulosité ( composée Tableau j: Variations temporelles Expression Définition Représentation graphique pluies occasionnelles pluies courtes et rares.. quelques pluies pluies assez brèves, plusieurs fois par jourpluies temporaires pluies d' assez longue durée, séparées par des interruptions importantespluies fréquentes pluies de courte durée, avec de brèves interruptions, mais importantes prises dans leur ensemble durables Tableau 4: Variations spatiales Expression Définition Pourcentage par rapport à toute la région pluies isolées pluies brèves en quelques endroits bien délimités jusqu' à 20% pluies locales pluies sur de petites régions 20—30% pluies régionales pluies sur quelques grandes contrées de plusieurs centaines de kilomètres 30—70% carrés pluies généralisées pluies sur presque toute la région 70-90% de nuages cumuliformes ), associée à des averses ou à des giboulées. Nous parlons alors à' éclaircies alternant avec des averses ou d' une couverture nuageuse importante. Ce temps particulier n' est pas lié à une saison, mais caractérise la traîne d' une perturbation.

Vent Le vent est de l' air en mouvement. Nous indiquons la direction d' où il vient. Un vent du nord-ouest apporte des masses d' air ou des perturbations en provenance du nord-ouest. Le vent du nord-est est aussi appelé bise. Si le vent est faible et qu' il change fréquemment de direction, on dit qu' il est variable. Un changement graduel de direction, du sud-ouest au nord-ouest, par exemple, est dési- 18 Tableau5: Vitesse du vent faible jusqu' à 20 km/h modéré 2O~45 km/h fort 45~7° km/h tempétueux ou 70-110 km/h violent gné par une expression précise: le vent tourne au nord-ouest.

La direction du vent nous intéresse donc, mais également sa force ou sa vitesse. Le tableau suivant révèle les rapports entre les mots utilisés et les chiffres.

Un vent fraîchissant signifie que sa force augmente. Lorsque celle-ci diminue, il faiblit. Les rafales sont des coups de vent brefs et impétueux dont la force dépasse de 20 km/h au moins la vitesse moyenne du vent. On les rencontre fréquemment au voisinage des orages et des averses. Mais il n' est guère possible de préciser où et quand ces phénomènes surviendront, en raison de la configuration de notre pays. Mais, nous savons que les nuages d' orage se développent de préférence sur les collines et les montagnes.

ht fœhn est connu pour son entêtement et jouit d' une mauvaise réputation. C' est un vent sec et chaud descendant d' une chaîne montagneuse vers la plaine. Le profane désigne par ce nom le vent qui souffle du sud à travers les Alpes seulement. Mais nous devons faire la distinction entre le fœhn du sud et le fœhn du nord. Celui du nord procure au sud des Alpes un temps sec et ensoleillé, il souffle du Saint-Gothard vers le lac Majeur par la Léventine. En revanche, le fœhn du sud retient, au nord des Alpes, les perturbations en dehors de la Suisse, tandis que les nuages s' amoncellent sur le versant sud en donnant d' abondantes précipitations. Les vallées à fœhn les plus importantes sises au nord de la crête des Alpes sont le Valais, la vallée de l' Aar jusqu' à Thoune, la vallée de la qu' à Lucerne, la vallée de la Linth et celle du Rhin jusqu' au lac de Constance. Malgré les études scientifiques en cours ou déjà achevées, il reste toujours extrêmement difficile de prévoir le début ou la. fin du fœhn, et surtout quelle influence il va exercer sur l' évolution météorologique, d' où la possibilité de nombreuses prévisions réellement fausses.

Température Nos indications de température concernent toujours les régions basses; au nord des Alpes, il s' a des vallées du Plateau, de la vallée du Rhin, de Bàie jusque vers Thusis, des vallées de la Linth, de la Reuss et du Rhône jusqu' à une altitude de 650 mètres sur mer environ. On ne fournit aucune donnée concernant les montagnes et les collines, car les différences sont très grandes en fonction de l' altitude. Pour le sud des Alpes aussi, on ne tient compte que des fonds des vallées et aucune prévi- sion de température n' est élaborée pour l' Enga.

Les endroits exposés auxquels font allusion les avis de gel sont les combes, les vallées ou les dépressions fermées sur deux côtés et ne présentant pas de pente. L' air froid est lourd; il s' écoule comme l' eau vers le point le plus bas du reliefet s' y accumule. Les avis de gel ne sont émis qu' au printemps lorsque la végétation est particulièrement sensible à ce fléau. En effet, selon leur stade de développement, les plantes peuvent déjà subir des dommages par température faiblement négative.

La température la plus basse de la journée se mesure, en règle générale, peu après le lever du soleil et le maximum survient entre 14 et 16 heures, à peu près. On donne toujours une plage de 5 degrés afin de tenir compte des différences locales.

Pour les régions montagneuses, l' estimation de la température se fait par l' indication de l' isotherme de zéro degré. C' est l' altitude à laquelle les sondes de température envoyées par ballon mesurent o degré dans Y air libre. L' air, au contact du sol, se refroidit beaucoup plus durant la nuit qu' en atmosphère libre, et il se réchauffe aussi davantage durant la journée grâce au rayonnement solaire. Si la limite de zéro degré se trouve vers 2000 mètres d' altitude, par exemple, il gèlera à pierre fendre tôt le matin, dans une vallée sise à 1000 mètres sur mer et la température s' y élèvera jusque vers 10 degrés dans l' après. Ces amplitudes journalières dépendent donc de la température de départ, de la couverture nuageuse et du vent.

La température diminue avec l' altitude de 0,6 à 0,7 degré par 100 mètres, en moyenne. Mais, après une nuit claire, tout l' air froid s' est accumulé dans les vallées et l'on s' aperçoit, en montant, que la température augmente brusquement. La variation de celle-ci est exactement contraire à celle qu' on attend: il s' agit d' une inversion.

En automne, lorsqu' une nappe de brouillard élevé recouvre le Plateau, l' air, antérieurement refroidi, le reste, car l' énergie solaire ne peut atteindre le sol et le réchauffer. En revanche, les pentes des montagnes emmagasinent beaucoup Carte de l' Europe de chaleur et, durant la journée, la température y devient

La relation entre l' isotherme de zéro degré et la limite des chutes ne neige est évidente, puisque ces phénomènes se déroulent précisément dans l' at libre. En règle générale, la limite des chutes de neige se situe 200 à 300 mètres plus bas que l' isotherme de zéro degré. Si elle se trouve au-dessous de 500 mètres sur mer, nous annonçons de la neige jusqu' en plaine.

20 Description du relief Comme déjà mentionné, les indications de température ne se rapportent qu' aux régions basses. Dans la description du vent, nous distinguons souvent la plaine de la montagne, la limite entre les deux se situant vers 1000 à 1500 mètres.

Certaines régions de la Suisse sont citées avec précision lorsqu' un élément du temps s' y rapporte particulièrement. Nous utilisons alors des noms tels que Alpes, Jura, Préalpes, que tout le monde se doit de connaître depuis l' école. Le versant nord des Alpes comprend les Préalpes et les Alpes au nord d' une ligne Dents du Midi-Saint-Gothard— Piz Kesch, et le versant sud les régions au sud de cette ligne.

Expressions utilisées pour l' évolution probable Les documents de base du prévisionniste sont des cartes de flux calculées par ordinateur pour les trois jours à venir. Les différents modèles utilisés ne peuvent pas décrire en détail tous les phénomènes physiques de l' atmosphère, car le temps de calcul s' allongerait et l'on prendrait du retard sur les développements météorologiques réels. Mais chaque nouvelle génération d' ordinateurs permet d' améliorer les méthodes. Malgré la confiance accordée aux cartes numériques prévues, leur interprétation est difficile. Le problème du météorologue restera donc toujours la représentation concrète du temps à venir. C' est pourquoi, dans l' évolution probable, nous préférons nous limiter à des tendances générales.

De même, en raison de l' incertitude de la prévision, la division du pays est moins précise. Nous ne parlons que de Y ouest, du nord et de l' est de la Suisse. Le nord comprend les deux régions de la carte 2 situées au nord des Alpes, Valais et Grisons y compris. Seule cette région est subdivisée en ouest et est. Le sud désigne le sud des Alpes dans son ensemble.

Les frontières qui les délimitent ne sont pas des lignes, mais plutôt des bandes larges de plusieurs kilomètres. L' est ne commence vraiment qu' à l' orient d' une ligne Lucerne—Brougg, l' ouest à l' occident de la vallée de l' Aar les deux, une large région, densément peuplée, occupe une position intermédiaire. Le temps le moins favorable des deux régions règne sur une zone diffuse coïncidant avec les Alpes.

Les mêmes expressions que celles des paragraphes précédents sont utilisées pour la description du caractère du temps, de la couverture nuageuse, de I' ensoleillement et des précipitations. Les indications de changement de température ( baisse ou hausse ) ou les données subjectives ( très chaud, chaud, doux, frais, froid ) ne peuvent guère s' ex par des chiffres; on apprécie l' impression qui s' en dégage selon la saison ou par comparaison avec le temps qui a précédé.

Il a surtout été question d' expressions décrivant le temps. Elles appartiennent presque toutes au langage courant et ne sont ni techniques, ni insolites. Il importe donc d' en bien connaître le sens.

La bibliographie ci-dessous, loin d' être exhaustive, est susceptible de fournir des renseignements sur la météorologie en général.

Traduit de l' allemand par Cyril Aubert W. Atkinson: La Météorologie. Collection: « Techniques d' aujourd », Larousse, Paris 1970.

D. Thomson, O' Brien et al.: Le Temps. Collection: « LIFE Le monde des sciences », 1966.

Heinz Weichter: La Météorologie. Editions Flammarion, International Library 1974.

J. Bessemoulin et R. Clausse: Vents, nuages et tempêtes. Editions maritimes et d' outre 1978.

Max Bouët: Climat et météorologie de la Suisse romande. Editions Payot, Lausanne 1972.

Feedback