Progression à la corde courte: querelles doctrinales

Autre pays, autres coutumes: alors que la progression à la corde courte est enseignée à large échelle en Suisse, cette technique fait défaut dans le catalogue de formation des Allemands, des Autrichiens et des Tyroliens du Sud. Bruno Hasler (responsable Formation au CAS) et Kurt Winkler (SLF) ont critiqué cet état de fait fin octobre lors de la Foire alpine d’Innsbruck, chiffres à l’appui. Selon eux, l’incapacité de se déplacer à la corde courte joue un grand rôle dans nombre d’accidents mortels en Suisse. «Les alpinistes étrangers ont tendance à effectuer leur ascension trop longtemps non encordés, car ils n’ont pas appris la progression à la corde courte», résume Bruno Hasler. La statistique permet d’en déduire que c’est la raison pour laquelle le nombre de décès accidentels chez les ressortissants étrangers est beaucoup plus élevé que chez les Suisses. «Les Alpes» aborderont le sujet plus en détail dans une prochaine édition.

Feedback