Randonnée en Corse. Entre mer et montagnes

LES ALPES 5/2002

solidarité avec les victimes, décide la fermeture de ses bureaux pour la journée. » Affaire interne, se dit-on. Et un vendredi est toujours bon à prendre, ne serait-ce que par solidarité avec le week-end.

Mais tout cela tient de l' anecdote; en général, le Corse est amoureux de son pays et son propos sera de vous en dévoiler quelques caractéristiques qui, sans en avoir l' air, accréditeront les mythes: histoires de chasse et de sangliers, facéties des cochons coureurs, suavité du maquis et des fromages, crues subites, incendies. Vous en savez d' autres: « les nuits bleues » 1, etc. Mais le Corse rétorquera, à raison, que seul ce genre d' actions a su préserver son île des promoteurs. Tant mieux, car c' est la nature et le calme que vous êtes venu chercher ici, sur les sentiers de transhumance, entre mer et montagne. S' il faut en croire Bruce Chatwin 2: « L' homme est fait pour marcher: la sédentarité porte tous les maux dont nous souffrons. »

Au bonheur des sens

Marcher, soit! Mais des jours et des jours, vraiment? Et pour le plaisir? Sur cette île, les soucis ont tôt fait de se mettre au vert. Et à l' ombre, sous les platanes bordant

1 Plasticages en série 2 Ecrivain-voyageur et photographe, 1940–1989 Pho to :A nd ré Gi ra rd LES ALPES 5/2002

l' église de Calenzana. C' est donc à la terrasse du café Royal que commence inévitablement la randonnée. Ça peut prendre du temps. Mais le clocher qui tape les heures et les demies finira bien par vous soulever de votre chaise.

D' abord, il faut trouver un rythme salutaire où l'on ne donne aux arrêts d' autres excuses que le bonheur des sens. Ecouter. Voir. Sentir. Avec humilité devant ce qui existe. Au-dessus du maquis, c' est le ciel, fluide et pur. Quelques pins sont plantés dedans, rescapés du dernier incendie; un faucon pèlerin reste suspendu un instant, immobile avant de piquer.. " " .Surgit alors le chant du coucou qui, pendant tous ces jours, sera l' horloge du maquisard qui sommeille en vous.

Le maquis, c' est cette voûte végétale que les romantiques du banditisme nomment « Palais vert », un palais qui a abrité maintes amours interdites et autant de criminels fuyant la vengeance de frères, de cousins et d' oncles déshonorés. Plus prosaïquement, le maquis est une dégénérescence de la forêt. Quand la forêt originale a disparu, brûlée la plupart du temps, ce sont des espèces arbustives, résistantes à la sécheresse qui colonisent le terrain: buis, myrte, arbousiers, bruyère, genêts, cistes, chênes verts, ronces, etc.

Une fois le rythme trouvé, l' envie fait le reste et l'on avance, enivré de beauté, en suivant les petites balises des cyclamens, pourpres comme des gouttes de sang. Parfois les sentiers sautent à cloche-pied d' une rive à l' autre d' un petit ruisseau qui bruisse dans l' ombre. Et puis débouchent dans une clairière aux odeurs de fenouil et de lavande, toute hérissée de hautes plantes en ombelles: les grandes férules. Tout autour, les insectes à nectar pom-pent à toutes les essences. Pétales jaunes, roses, mauves... Comment s' y retrouver dans ces couleurs?

Fango n' est pas Fangu!

On dit ici: « Un jour de sentier, huit jours de santé!... » A condition tout de même de ne pas abuser de ces produits du terroir qui font si fort l' identité du pays, à croire que le

Casse-croûte Feu de bivouac au sommet du Capu d' Orto LES ALPES 5/2002

fromage, le vin, la charcuterie, la châtaigne, l' huile d' oli, le pastis, le chant polyphonique, Christophe Colomb et le soleil sont corses.

Evidemment, un jour ou l' autre, vous allez retrouver la route et tomber sur un panneau des Ponts et Chaussées criblé de plombs ou corrigé à la peinture. C' est courant, car la fierté corse s' accommode mal d' un Fango lorsqu' il s' agit de Fangu et d' un Capo Rosse quand il faut dire Capu Rossu. Les Corses parlent corse; et ils vous feront l' honneur de parler français avec cet accent ondoyant légué par l' immortel Tino Rossi, musicalité incluse. Mais à dire vrai, on ne rencontre que peu de Corses sur les chemins. Parfois un berger, qui vous donne du lait de chèvre ou vous vend des victuailles. Parfois une bergerie vide. On pousse la porte par curiosité, on distingue quelques bouteilles vides, des boîtes de sardines, des moignons de bougies... Personne! C' est à la fois réconfortant de solitude et déroutant d' absence. La montagne corse serait-elle abandonnée?

Il faut attendre de voir! Et voici dans la descente un homme et une femme qui se rangent sur le côté. – Normalement, priorité à ceux qui montent. – Oui, mais ici, nous sommes dans l' hémisphère sud et tout est inversé, rétorquent-ils.

Ces deux-là sont donc du pays et la situation ravive la mémoire. Par boutade, vous évoquez Prosper Mérimée dans un passage de Mateo Falcone: « La femme s' avançait péniblement courbée sous le poids d' un énorme sac de châtaignes tandis que son mari se prélassait, ne portant qu' un fusil à la main et l' autre en bandoulière; car il est indigne d' un homme ( corse !) de porter d' autres fardeaux que son arme. »

Le pin laricio se caractérise par la droiture de son tronc. Arbre souvent séculaire, il peut dépasser les 40 mètres de hauteur Paysage Ville de Corte, au centre de l' île Pho to s:

An dr é Gi ra rd

– Les temps ont changé, dit-il en riant. Et les gens n' ont plus de raison de marcher, sinon pour le plaisir!...

Le plaisir? Silence et senteurs de fleurs. Apaisement du cœur et de l' esprit. Déjà les connaissances acquises permettent de reconnaître le genêt à son odeur, l' ellébore à sa couleur,de différencier le bruissement de l' eau de celui du feuillage... Hier, après le delta du torrent Fangu, vous êtes arrivés à la mer.. " " L' endroit était charmant; s' y échouaient le torrent apaisé qui formait une lagune et, de l' autre côté de la plage de galets, la mer déchaînée. S' y rencontraient le randonneur et le vacancier. Le goéland et la libellule. C' était un méli-mélo de forêt alluviale et de maquis, d' espaces indécis entre la terre et l' eau, de mares à crapauds et à tortues cistudes.

Menteur comme la bruyère...

Mare e monti, Mer et Montagnes, c' est le nom de l' itiné. Maintenant, ça remonte dans les sous-bois. « Men-teur comme la bruyère ?» assure un dicton d' ici, car c' est une plante qui, après les fleurs, ne donne pas de fruits. De la bruyère arborescente, il y en a partout, et pourtant les étapes de la randonnée tiennent leurs promesses jour après jour.

Ce qu' il faut garder à l' œil, c' est la montagne – capu en corse – sept cents mètres plus haut. Un sommet, c' est tou-

Chèvres dans les rochers de granit polymorphe creusés par l' eau et le vent. Ici, roche en forme de tête de bélier Village de Vestale, dominant le golfe de Porto LES ALPES 5/2002

jours la porte du paradis. De là-haut, on domine la mer. Du bout de la lunette, on caresse le sable blond des criques,on voudrait être grimpeur,botaniste,explorateur à la fois, on voudrait avoir sept vies comme les chats pour pouvoir goûter à toutes les sensations. La vue plonge sur le golfe de Porto, merveille du monde, avec son port et sa tour carrée. Sublime!

Les tours génoises, on les rencontre sur tous les promontoires du littoral. Elles ont été érigées pour lutter contre les invasions de pillards qui, venus d' Afrique du Nord, incendiaient, détruisaient, volaient et réduisaient les habitants en esclavage. Dès que des voiles pointaient à l' horizon, des guetteurs allumaient des feux au sommet des tours pour alerter les villageois qui se réfugiaient dans les montagnes. En 1560, dit-on, il y avait six mille Corses captifs à Alger.

Marcher? Chargé comme ça? Non merci!

Où va le sentier? On ne sait plus. On envoie un éclaireur en reconnaissance. Il disparaît sous la couverture végéta-

Vue du village de Piana à travers la fenêtre d' un taffoni Pho to s:

An dr é Gi ra rd LES ALPES 5/2002

le, criant de temps à autre sa position pour les suiveurs. Et tout ce petit monde déboussolé, sifflant, criant, riant, re-joue sans le savoir un épisode d' Astérix en Corse, où les bulles d' une cohorte romaine égarée s' échappent du maquis:

« Ce n' est pas grave, nous allons retourner sur nos pas. – Où ils étaient nos pasTenons-nous par la main, mes enfants. – Une voie romaine! Qu' on me donne une voie romaine !»

Bien sûr, on sort de là sans sanglier, mais en ayant goûté l' eau étonnement fraîche d' une jolie fontaine qui sonnait clair. Monter, puis descendre vers un village. Un chat se frotte contre les murs lézardés de la première maison. Les volets sont fermés, délavés. Le ciment tombe, la fougère pousse.. " " .Dans chaque village,de nombreuses maisons sont en « indivision », comme on dit ici d' un bien appartenant à plusieurs héritiers. Il faudrait vendre ou restaurer. Entretenir tout au moins. Mais à quoi bon? En hiver, les villages corses sont en catalepsie, il n' y a que l' été pour les ranimer.

Du café, les habitués regardent passer les randonneurs avec des airs étonnés,indifférents ou c' est selon. Ce que l'on dit des Corses, et ce que vous en savez, ils le savent très bien eux-mêmes. Et ils s' en amusent: « Alors monsieur, vous avez bien promené? Dis donc, vous êtes chargé là. Faut aimer ça, hein? Ah moi, vous n' avez pas besoin de m' inviter, hein! Parce que je ne marche pas! Oh non! Chargé comme ça, dans le temps on était bien obligé, mais maintenant... Et lorsque je vois des gars comme vous, à l' époque du progrès... C' est vous qui retournez à l' état primitif! Basta basta !»

Des châtaignes et des moines dévoués

Voici la première châtaigneraie. Les sangliers et les cochons coureurs hantent ces endroits. A l' automne, les chasseurs viennent se poster près de la source: c' est partout labouré, couvert de bogues sèches et de cartouches. Comme dans toutes les châtaigneraies de l' île, il y a ici une petite cabane,ancien séchoir à châtaignes,qui sert jourd' hui de refuge de chasse. L' intérieur est noirci au feu, on distingue à peine une litière, quelques provisions, une lampe à gaz...Et cela suffit à faire surgir des images de « ces bandits d' honneur » qui prenaient le maquis pour échapper à une justice qu' ils réprouvaient pour n' être pas la leur. Le chemin dallé rebondit à côté du torrent,le croise,re-monte, et vous met dans l' axe d' un rocher étrange, en forme de clocheton,qui semble menacer le village d' Ota.. " " .De-puis le temps qu' il est là, les villageois ne le craignent plus et expliquent volontiers que des moines dévoués se relaient pour retenir les rochers avec de très grosses chaînes...

Après une succession de détours dans les plis de la montagne, Ota apparaît enfin. En face, taillée dans ce formidable massif de granit gris, dominateur et chan-

Jeux d' eau dans les torrents corses Chêne vert séculaire. Crête du Capu di Linu, au-dessus de Curzu LES ALPES 5/2002

geant sous la course du soleil et des nuages, il y a la route d' Evisa avec ses échos de klaxon distordus par les innombrables virages.

Evisa, un village de cochons

Il y a des sites à voir absolument, clament les guides touristiques: les gorges de la Spelunca en sont. Pour preuve, l' interminable file de promeneurs sur les sentiers, les encombrements sur les arches des ponts génois, le Ponte Ve-chju et le Ponte Zaglia, que chacun veut photographier. Ce sont là les affres de la renommée. Et la renommée de la Spelunca lui vient surtout de ses facilités d' accès: le promeneur est déposé en haut et repris en bas. L' effort est moindre.

Le randonneur, lui, saura passer vite pour retrouver, après une montée soutenue, Evisa sur son joli balcon ombragé de châtaigniers. « Evisa devient un village de cochons, au propre et au figuré !» prétendent certains natifs qui souffrent de voir que,durant leur absence sur le continent, les porcs prolifèrent alors que la population humaine diminue. De fait, ces pièces de charcuterie insolentes somnolent sous les châtaigniers, attendent en fait le pique-niqueur pour une agression en règle.

Les sangliers? Comme l' ours du Canada,il est rare d' en voir, mais tout le monde en parle. Leur odorat est si subtil qu' ils sentent les humains de très loin et se terrent dans l' épaisseur des fourrés. Les chasseurs du coin, eux, les débusquent avec des chiens et ne peuvent différencier à coup sûr un sanglier pur poil d' un bâtard que lorsque la bête est abattue: le poil du sanglier est fourchu. Tout cela, dès l' au, devient ragoût, gigot, marinade et charcuterie. C' est – entre autres – dans les hauteurs d' Evisa et de Marignana qu' on trouve les artisans qui fabriquent la traditionnelle charcuterie corse: la coppa ( roulade d' échi

Fontaine dans la verdure Les anciens sur la place de l' église Lorsque la nature se fait tableau impressionniste Pho to s: An dr é Gi ra rd LES ALPES 5/2002

ne ), le lonzu ( filet ), le prisuttu ( jambon cru ), le figatellu ( saucisse fumée faite avec les rognons, le foie, le cœur. A griller sur le feu. )

La mer, dans le lointain

A l' aube, un coq a réveillé un chien, le chien a réveillé l' âne et le dormeur a accueilli cette cacophonie avec la philosophie qui convient à ces moments-là.

Vous vous levez.. " " .Le laser rasant du soleil opère déjà une découpe nette dans la montagne d' en face. Très loin sur la gauche, un petit triangle de mer vous fait de l' œil entre l' étau des pics. « Ne pensez pas aux ampoules !» Vous les avez percées hier soir, percées, soignées et pansées. Et ce matin, vous tentez le coup de la double paire de chaussettes, espérant ne rien sentir.

Vous allez vous lancer dans la pente avec l' aisance du marcheur entraîné. Bergeries en ruine. Ruisseau à traverser douze fois.. " " .Petite crête,indique la carte.. " " .Et tout au bout la mer, forcément.

Informations pratiques

Saison

Mai-juin et septembre-octobre sont les périodes idéales pour la randonnée Mare e Monti. Altitude maximale: 1153 mètres. En été, partir tôt. Mare a Mare Sud est praticable toute l' année.

Le gîte et le couvert

Les gîtes d' étape sont des hébergements réglementés par la direction du parc régional de Corse. A disposition: lits en dortoir, douches, toilettes, abri cuisine, cuisinière ou réchaud, ustensiles, couvertures. Parfois, possibilité de camping près du gîte. Prix négociables avec le gérant. Tous les gîtes servent les trois repas. Les réservations ne sont pas indispensables mais conseillées pour les randonneurs qui craignent les imprévus.

Ravitaillement

Provisions possibles dans les villages, uniquement pour Mare e Monti: Calenzana, Galéria, Partinello, Serriera, Ota, Evisa, Marignana ( épicerie du gîte ), Cargèse. En mai et juin, l' eau est abondante sur l' itinéraire du Mare e

Village de Propriano avec son port, à la fois port de commerce, de pêche et de plaisance LES ALPES 5/2002

Monti sauf: étape 4 de la crête de Lucciu à Girolata ( en été, partir très tôt ) et étape 5 de Bocca a Crocce à Curzu. Les fontaines, les sources aménagées sont toutes très bien indiquées sur le topo-guide. Ravitaillement sur le Mare a Mare sud: Porto-Vecchio, Levie, Zonza, Quenza, Serra du Scopamena, Santa Lucia di Tallano. Nombreux torrents, fontaines de village. Pas de problème pour l' eau.

Adresses utiles

Parc naturel régional de Corse, 2 rue Lambroschini. BP 417, 20184 Ajaccio Cedex. Tél. +33 ( 0 ). " " .495 51 79 10

Cartes/guides

Les cartes de randonnée IGN ( Institut géographique national ) sont disponibles dans toutes les grandes librairies. Pour l' itinéraire Mare e Monti, prévoir les cartes IGN au 1:25000 TOP 25 suivantes: 4149 OT / 4150 OT / 4151 OT. Pour l' itinéraire Mare a Mare Sud: 4153 OT / 4253 OT / 4154 OT / 4254 OT. Il existe par ailleurs d' excellents topoguides présentant toutes les randonnées possibles en Corse. Le topo-guide n° 065, CORSE entre mer et montagne, présente les itinéraires suivants: Mare e Monti ( Calenzana–Cargèse ) 10 jours; Mare a Mare ( Sermano– Corte–Cargèse ), 7 jours; Mare a Mare centre ( Ghisonac-cia–Ajaccio ), 7 jours; Mare a Mare sud ( Porto-Vec-chio–Propriano ), 5 jours. Topo-guide A travers la montagne CORSE, réf. 067; topo-guide GR 20 ( Grande Randonnée ) de Calenzana à Conca, 15 jours. a

Phare de Propriano au couchant Clocher de Piana Placette avec l' ombre d' un arbre. Piana, petit village dont les rochers de granit rose ont stupéfait Guy de Maupassant Pho to s:

An dr é Gi ra rd LES ALPES 5/2002

Protection de la montagne

La difesa dell' ambiente

Schutz der Gebirgswelt

Feedback