Randonnées alpines autour des lacs de Thoune et de Brienz. Sommets à enchaîner dans l'Oberland bernois

Sommets à enchaîner dans l' Oberland bernois

Randonnées alpines autour des lacs de Thoune et de Brienz

Au printemps, le vent et les nuages créent une lumière différente à chaque instant. En été, le soleil fait scintiller les lacs au loin dans la plaine. En automne, les sommets sont souvent seuls à dépasser de la mer de brouillard. A toutes ces saisons, les montagnes alentour des lacs de Thoune et de Brienz ont quelque chose à offrir au randonneur.

Interlaken, ville située à l' intersection des deux lacs, est le centre touristique de la région. Elle a attiré les voyageurs dès les débuts du tourisme: ils s' y arrêtaient pour explorer les montagnes et les vallées environnantes. Ainsi, le compositeur allemand Felix Mendelssohn Bartholdy aurait dit, au XIX e siècle: « Qui n' a pas vu la région d' Interlaken, ou ‹ Bödeli ›, ne connaît pas la Suisse. Cette région située entre les lacs de Thoune et de Brienz est ce qu' il y a de plus admirable dans ce pays d' une beauté inouïe. » Pour les voyageurs, les randonneurs et les alpinistes, Interlaken est restée attrayante grâce, notamment, au décor majestueux que constitue la Jungfrau. Lorsque, un soir de printemps ou d' automne, l' ombre d' une croix sommitale est dessinée par le soleil couchant sur le flanc de cet imposant sommet, personne, sans doute, ne reste de glace. Mais Interlaken n' est pas la seule destination possible dans les environs: une multitude de petits villages offrent des hébergements de toutes catégories, à l' écart des foules. La région entière est Vue plongeante du Morgenberghorn sur les lacs de Thoune ( à g. ) et de Brienz. A l' avant s' étire le Leissiggrat, parcouru par un itinéraire très délicat ( T6 ) Extr ait de la CN 1: 200 000 publié av ec l' autorisation de swisstopo ( BA071468 ) Photo: Fr edy Joss Les itinéraires décrits :MorgenberghornLobhörner et Höje SuleggJustistalAugstmatthornAxalphorn Les variantes sont indiquées en pointillés très bien desservie par les transports publics.

Le bonheur à 2000 mètres

Nul besoin de monter à 4000 m pour admirer le paysage: autour des deux lacs, des sommets escarpés, parfois exposés, offrent autant de vues panoramiques. Ils prouvent, si besoin est, que le bonheur se trouve à toutes les altitudes. A l' écart des glaciers et des itinéraires alpins, on y trouve des variantes cotées T5, voire T6. Pour le randonneur, le défi est comparable à une course de haute montagne du degré AD.

Surplomber le lac de Thoune

Le Morgenberghorn, par exemple, est une pyramide massive qui domine la partie supérieure du lac de Thoune. Plus pointu que le Niesen, sans téléphérique ni restaurant, il est réservé aux randonneurs qui n' ont pas peur des sentiers raides et des passages exposés. La vue circulaire est à couper le souffle. Les deux lacs sont à nos pieds, la vallée de l' Arve débouche sur le Mittelland, et au-delà des Préalpes, la vue s' étend jusqu' aux géants de glace des bernoises et des valaisannes. Un coup d' œil sur cette splendeur se mérite par quelques En route vers le Morgenberghorn: dans le Saxettal, peu avant d' arriver au RenggliPass Du RenggliPass, la course se poursuit par l' arête sud du Morgenberghorn: un parcours panoramique et parfois exposé Sur l' alpe de Brunni, à l' ouest du Morgenberghorn, une buvette accueille les randonneurs le week-end. Au fond à gauche, le Niesen Photos: Fr edy Joss passages délicats: si les voies normales de montée et de descente ne dépassent pas le T3, elles recèlent quelques vires rocheuses, heureusement équipées de câbles. Après ces efforts, la fin de la randonnée, qui mène de la crête du Morgenberghorn jusqu' à Aeschiried, fait figure de cerise sur le gâteau. Cette crête ensoleillée est un souvenir des dernières glaciations – une ancienne moraine médiane qui s' est formée là où les glaciers de la Kander et de l' Aare s' unissaient jadis. Pour qui cherche la difficulté, l' arête Leissiggrat est, elle, cotée T6. Extrêmement exposé, le sentier est entrecoupé de passages délicats dans un rocher peu stable, mêlé d' herbe. Sommet, arêtes, nature à profusion: le Morgenberghorn est riche en découvertes.

Paradis des orchidées et de la faune

Le Suldtal, au sud-ouest du Morgenberghorn, est un autre exemple: à la période de la floraison, cette vallée recèle des trésors de toutes les couleurs. Une grande diversité d' orchidées, dont le splendide sabot de Vénus, l' ancolie des Alpes et le lis de saint Bruno, partagent le terrain avec une multitude d' autres fleurs. Le Lever de lune derrière le Morgenberghorn Imposant et sauvage, le Morgenberghorn est réservé aux personnes qui n' ont pas le vertige Suldtal accueille divers tétraonidés, le lynx s' y cache et on y aurait même observé des ratons laveurs qui, à dire vrai, ne sont pas une espèce indigène. Tout au fond de la vallée se trouve le Pochtenfall, une imposante chute d' eau de 80 m de haut.

Le Morgenberghorn n' est qu' un des nombreux sommets qui attendent le randonneur près des lacs de Thoune et de Brienz. Parmi d' innombrables options, nous vous présentons cinq itinéraires possibles, dont certains relient plusieurs sommets.

A la conquête des sommets

Le Morgenberghorn ( 2248,. " " .8 m )

Magnifique traversée au départ de Saxeten, village qu' on atteint en bus depuis Wilderswil. Suivre le balisage jusqu' au RenggliPass, longer l' arête sud jusqu' au sommet. Descendre vers l' ouest, sur l' alpe de Brunni, Greberegg, puis Aeschiried ( bus ). Difficulté T3, montée 3 h, descente 2 h ½. CN 1: 25 000, feuille 1228 Lauterbrunnen; variante: depuis Saxeten, montée au sommet par le Leissiggrat: T6, 3 h

Le Lobhörner ( 2566 m ) et le Höje Sulegg ( 2412,. " " .9 m )

La Sulegg est un point de vue classique mais sa traversée est rarement entreprise. De Lauterbrunnen, prendre le car postal jusqu' à Isenfluh et le téléphérique qu' à Sulwald ( petit restaurant ). Par une forêt de conte de fée, relier l' alpe de Suls, puis Sousegg. Le sentier contourne par le sud les formes improbables des Lobhörner. Rejoindre le Klein Lobhorn ( P. 2519, sans nom ) à l' ouest des Lobhörnerascension facile par le versant ouest. Un sentier peu marqué longe l' arête de Sulegg, presque horizontale, en descendant de temps à autre dans le versant est. Depuis Höje Sulegg, descendre sans chemin Le Höje Sulegg reste accessible jusque tard dans l' année: promenade par temps agité, un matin d' automne Photo: Fr edy Joss Bibliographie Fredy Joss, Berner Hausberge, éditions AT, Baden 2005. Ueli Mosimann, Alpinwandern in den Voralpen, zwischen Saane und Reuss, éditions du CAS, Berne 2006. Daniel Anker, Berner Oberland West/Berner Oberland Ost, Bergverlag Rother, Munich, 2001 et 2006 ( en allemand uniquement ) jusqu' au Schärihubel, où l'on retrouve un semblant de sentier qui mène à la Lobhornhütte. Retour à Sulwald par l' alpe de Suls. Si l'on décide de passer la nuit à la cabane Suls-Lobhorn du CAS, parcourir l' itinéraire en sens inverse. Difficulté T3, montée par le Klein Lobhorn jusqu' à Höje Sulegg 4 h, descente 2 h. CN 1: 25 000, feuille 1228 Lauterbrunnen

Le tour du Justistal

Cette longue épopée enchaînant plusieurs sommets dans un intéressant paysage karstique commence en douceur: de Beatenberg, rejoindre le Niederhorn ( 1932 m ) en téléphérique. Longer le Güggisgrat jusqu' au Burgfeldstand, puis au Gemmenalphorn ( 2061,. " " .3 m ) où, le matin, se tiennent souvent des bouquetins. Certains passages sont un peu exposés: du côté du Justistal, la pente est raide. Depuis le Gemmenalphorn, descendre au nord et rejoindre l' alpe d' Oberberg, au pied des Sieben Hengste. Jusqu' à ce point, l' itinéraire est balisé. D' Oberberg, monter sans chemin pour rejoindre, vers 1840 m, l' arête sud de la Schibe. De là, un sentier à peine discernable descend dans le versant ouest, puis longe le bas des falaises vers le nord, jusqu' à un collet appelé Sichle. Descendre au collet et remonter dans le versant opposé, sans chemin, en direction des barres de rocher au Le tour du Justistal est une longue épopée: ici, le Sichle, collet qui sépare le Burst ( à g. ) des Sieben Hengste Les indicateurs de direction le prouvent: depuis le Gemmenalphorn, les options sont nombreuses Vue le long de l' arête, du Burst au Sigriswiler Rothorn pied du Burst. Suivre des traces indistinctes pour les surmonter en direction du sud-ouest. Poursuivre sa montée, toujours sans chemin, jusqu' au sommet du Burst ( 1968,. " " .5 m ). Longer l' arête Sigriswilgrat, sur l' autre versant du Justistal, en direction du lac de Thoune. Ici, le chemin est balisé de panneaux indiquant le Sigriswiler Rothorn, qu' on atteint après l' avoir contourné. Descendre à Sigriswil ( bus ) par Oberbergli, Unterbergli et Wilerallmi. Difficulté T4–, Nie-derhorn–Sigriswil 8 h ¼. CN 1: 25 000, feuille 1208 Beatenberg

L' Augstmatthorn ( 2137 m )

Une randonnée d' arête d' une beauté extraordinaire mène de l' arrivée du téléphérique de Harder Kulm jusqu' au point culminant de l' Augstmatthorn. Ici vit la plus grande colonie de bouquetins des Alpes bernoises; on en voit souvent. La descente est raide jusqu' à Bodmisegg; le dernier tronçon, jusqu' à Habkern ( car postal ), est plus facile. Difficulté T3, montée 4 h, descente 3 h. CN 1: 25 000, Paysage karstique sous le sommet du Sigriswiler Rothorn. Au fond, le lac de Thoune et le Stockhorn Un choucas de passage sur le Sigriswiler Rothorn Photos: Fr edy Joss feuille 1208 Beatenberg. Variante: descente plus intéressante mais très raide par le Blasenhubel jusqu' à Oberried ( gare ). Passages munis de chaînes sous le sommet de l' Augstmatthorn. T4–, 3 h ½. Pour cette descente, CN 1: 25 000, feuille 1209 Brienz

L' Axalphorn ( 2321 m )

Des parois rocheuses imposantes donnant sur le lac de Brienz, des vallées solitaires et un petit lac: l' Axalphorn se situe dans un coin de montagne resté sauvage, qui fait rêver malgré les traces d' une présence militaire. D' Axalp ( car postal ), monter par Chüemad et le Tschingel et passer près des bâtiments de l' armée au P. 2242. Un sentier étroit mène au pied de l' Axalphorn. En été, on trouve ici des edelweiss. Les derniers mètres, exposés et raides, se parcourent en grimpant plutôt qu' en marchant. A la descente, contourner l' Axalphorn par une crête appelée Sattel et descendre à l' alpage d' Urserli. En revenant d' Urserli à Axalp, passer par le lac Hinterburgseeli. Pour s' informer des dates de tirs à Axalp: tél. 033 972 64 01 ( en principe, pas de tirs entre juin et septembre ). Difficulté T5, montée 2 h ½, descente 2 h ½. CN 1: 25 000, feuille 1209 Brienz Variante: l' Oltschiburg ( 2234 m ), sommet voisin de l' Axalphorn, s' atteint également depuis Axalp, via Urserli et Arven. D' Arven au sommet, il n' y a quasiment pas de chemin; escalade facile par endroits. T5, montée 2 h ½, descente 2 h a Fredy Joss, Waldegg-Beatenberg ( trad. ) Vue du sommet de l' Augst: le Brienzergrat s' élève au-dessus des brumes, pareil à un dragon Sur le chemin de l' Augstmatthorn, on tombe souvent nez à nez avec des bouquetins. Le respect impose alors d' attendre qu' ils se retirent de leur plein gré Départ en douceur dans des vallées solitaires: en route vers l' Axalp, près de Chüemad. A droite, le Faulhorn Photos: Fr edy Joss

Cabanes et bivouacs

Rifugi e bivacchi

Von Hütten und Biwaks

Le CAS investit dans ses cabanes

Pourquoi construire coûte-t-il si cher?

Au cours des trois dernières années, au moins 20 millions de francs ont été investis dans les cabanes du CAS. Les sections ont porté le gros de cette charge, l' Association centrale ayant contribué à un quart du montant environ. Ci-dessous, des explications sur la destination de ces fonds.

Les dépenses consenties pour les cabanes du CAS servent avant tout à les préserver pour les générations futures. A haute altitude, plus qu' ailleurs, si l'on renonce à certains travaux, les bâtiments perdent très vite leur valeur. On estime que les 153 cabanes du club représentent des im-mobilisations de 200 millions de francs environ 1. Par ailleurs, les investissements permettent d' augmenter le nombre de places, l' espace disponible et le confort, de fournir aux gardiens un environnement de travail moderne, de mieux respecter les impératifs d' autonomie et d' écologie dans l' approvisionnement en énergie et, enfin, de mettre en place des solutions plus propres pour l' évacuation des eaux usées.

Des cabanes-villages

De tous temps, le manque d' espace a été la principale cause de travaux. Jusque dans les années 1980, on se contentait souvent de construire une annexe à côté de la cabane. Certaines cabanes finissaient par ressembler à de petits villages: un abri en bois pour la génératrice à 20 mètres de l' édifice principal, un cabanon pour stocker les boissons, une réserve de bois jouxtant la cuisine, un petit bâtiment abritant les W.-C. et le lavabo... Le résultat n' était ni esthétique, ni viable à long terme. Ces bâtiments devaient fréquemment être remplacés ou déplacés car, en hiver surtout, les intempéries y laissaient leur trace. L' Association centrale était submergée de demandes de subventions pour des montants modestes – il fallut trouver des solutions plus rationnelles.

Les cantons plus exigeants

A la même époque, les cantons émirent des règlementations plus strictes, entraînant toutes sortes d' adaptations. Désormais, si l'on souhaite agrandir un peu la cuisine ou la salle commune, le canton compétent réexamine la cabane dans son ensemble. En conséquence, à chaque demande de construction ou de travaux d' entretien, l' Assemblée centrale, elle aussi, réévalue la situation globale. qu' on révise le système d' approvisionne en énergie, on essaie d' optimiser dans le même temps l' évacuation des eaux et la cuisine.

Ces dernières années, quatre domaines étaient au centre des préoccupations: le manque d' espace, la cuisine, l' énergie et les eaux usées. C' est rarement l' agrandissement qui coûte le plus cher. Améliorer le rapport entre places assises et places couchées, élargir les couchettes de 60 à 70 cm au moins, diviser les an- Pour des raisons de manque d' eau en hiver, des solutions temporaires doivent être étudiées pour l' aménage des W.C. Ici des toilettes Toi-Toi devant la cabane de Chanrion Cuisine indépendante de la Fergenhütte. Lorsqu' une cabane non gardiennée doit l' être à cause d' une augmentation du nombre de visiteurs, il devient difficile de concocter de manière efficiente des repas, la plupart des cuisines étant trop petites 1 Pendant les cinquante premières années de son existence, plus de 30 % du budget du CAS étaient consacré à la construction et l' entretien des cabanes. Actuellement, cette part se situe entre 15 et 20 %.

Photo: Remo Kundert ciens dortoirs en chambres de quatre à douze lits; tout cela ne pèse pas lourd sur la facture.

Des exigences croissantes

La cuisine, elle, a pris une place beaucoup plus importante. Fini le temps où l'on s' estimait heureux de pouvoir consommer une soupe chaude et une tranche de pain. Les clients viennent d' horizons plus variés et leurs exigences ont changé. Le législateur a lui aussi voix au chapitre: comme tous les restaurateurs, les cabanes doivent respecter la chaîne du froid et des règles relatives à l' aménagement intérieur et au choix des matériaux. Si une cabane accueille des promeneurs pendant la journée, elle pourra difficilement se passer de lave-vaisselle, et pour que celui-ci fonctionne, un élément est indispensable: l' électri.

Or, rares sont les cabanes qui bénéficient d' un raccordement au réseau public. Il faut donc amener du bois ou du gaz pour le chauffage et la cuisine, et du carburant pour la génératrice. L' alterna serait de produire du courant sur place, en utilisant idéalement une turbine à eau. Mais s' il n' y a pas suffisamment d' eau ( ce qui est de plus en plus courant ), on doit recourir à des options plus complexes et plus onéreuses. L' énergie éolienne ou solaire peut suffire pour l' éclairage, le téléphone, la ventilation, les petits appareils ménagers, mais pour les périodes de pointe, une génératrice, fonctionnant le plus souvent au diesel, s' avère indispensable.

La Leglerhütte, dans les Alpes glaronnaises, a choisi une voie novatrice: on y installe cet été une centrale de chauffage à distance alimentée à l' huile de colza. Les génératrices ordinaires laissent échapper jusqu' à 70 % de l' énergie produite sous forme de chaleur; cette énergie sera réutilisée pour chauffer de l' eau. La chaleur restante servira pour le chauf- La cuisine de la Capanna Cristallina est spacieuse et bien équipée. Elle permet ainsi de satisfaire les appétits féroces et d' assouvir les grandes soifs Simples, sobres, fonctionnelles, faciles à nettoyer; voici les particularités qui caractérisent les installations sanitaires de la Chamanna digl Kesch Les nouvelles cabanes recèlent des technologies modernes. Traitements des eaux à la Capanna Cristallina Photos: Marco Volken

Feedback