Randonnées hivernales avec des organisateurs commerciaux. Secteur environnement du CAS

Randonnées hivernales avec des organisateurs commerciaux

Le programme du CAS « Courses hivernales respectueuses de l' environne » entame sa quatrième saison. Une enquête menée auprès de cinq organisateurs commerciaux confirme que la multiplication des randonnées à raquettes va augmenter le potentiel de conflits d' intérêts. Ces organisateurs avancent diverses propositions pour la poursuite du programme du CAS et rendent compte de leurs expériences en matière de randonnées « douces ».

Les cinq entreprises Berg&Tal ( B&T ), Bergpunkt ( BP ), Höhenfieber ( HF ), Per Pedes Bergferien ( PPB ) et WeitWandern ( WW ) 1 ont toujours souhaité offrir un peu plus que de la montagne. Leurs réponses à la question de savoir ce que signifie pour elles l' environnement alpin et la nature le montrent bien. Pour B&T, « la nature est le fondement de notre entreprise. Elle est à notre disposition gratuitement et nous devons la traiter avec respect et ménagement ». Pour BP, « la nature alpine est un terrain de jeu, une salle d' école et une matière d' enseigne. Elle a souvent sur nous un pouvoir calmant et libérateur; elle constitue parfois un défi et peut même nous faire peur. Mais nous l' aimons »! HF est conscient du fait que « la nature est notre plus grand bien mais aussi notre lieu de

1 Les sites Internet des sociétés citées sont « Berg&Tal »: www.bergundtal.ch; « Bergpunkt »: www.bergpunkt.ch; « Höhenfieber »: www.hoehenfieber.ch; « Per Pedes Bergferien »: www.ppb.ch; « WeitWandern »: www.weitwandern.ch 2 On entend par là les journées d' étude du CAS sur la nature hivernale et les règles à suivre par les organisateurs commerciaux, les chefs de course et les guides de montagne.

travail; c' est pourquoi nous nous efforçons de la protéger ». Pour la société PPB, le monde de la montagne c' est « le délassement, la rencontre, l' étonnement et le plaisir ». Quant à WW, elle souligne que « l' environnement alpin est un milieu très sensible pour les hommes, la faune et la flore qui y habitent. Nous avons le droit de jouir de ses richesses, mais sans oublier que nous ne sommes que ses hôtes, et nous devons tout faire pour préserver son équilibre ». Avec leurs réponses, ces entreprises fournissent des bases sur lesquelles des offres de courses respectueuses de la nature peuvent être organisées.

Raquettes: croissance attendue Quatre des cinq entreprises interrogées estiment que les randonnées à raquettes vont continuer à se multiplier. WW prévoit, pour les cinq années à venir, une augmentation aussi forte que celle observée jusqu' à maintenant, considérant que « chaque adepte de randonnées est un randonneur à raquettes potentiel ». PP estime pour sa part que « la plupart des régions qui se prêtent aux raquettes ont déjà été sacrifiées aux remontées mécaniques et au ski. Comme les autres régions sont fermées en raison de l' ap de lois destinées à la protection de la nature, certaines zones vont être soumises à d' énormes pressions ». B&T donne un exemple: « Il y a dix ans, nous étions les premiers organisateurs commerciaux de randonnées à nous rendre sur la Schwarzwaldalp avec des raquettes. Aujourd'hui, les gens s' y marchent dessus. » Lors du lancement de son programme de sensibilisation, le CAS a donc évalué correctement la situation: une croissance du nombre d' adeptes de raquettes – qui entendent tous jouir de « la tranquille nature hivernale » – va inévitablement accroître la charge qui pèse sur l' environnement.

Conflit d' intérêts? Pour les sociétés commerciales, certains conflits d' intérêts peuvent survenir entre les sports de plein air et la protection de la nature. Elles soulignent toutefois le fait que l' homme fait partie intégrante de la nature. Il faut dès lors aménager les activités de telle manière que « l' équilibre soit maintenu à long terme entre tous les acteurs » ( BP ). Selon le principe: « aussi peu que possible, autant que nécessaire » ( B&T ), des limitations sont indispensables et doivent être définies dans le cadre d' accords et de règles de comportement. WW et PPB ont une longueur d' avance: elles ont intégré à leurs offres de randonnées un ensemble de règles; WW, par exemple, a pour principe de « ne parcourir, dans la mesure du possible, un certain itinéraire qu' une seule fois dans l' année ». PPB s' astreint à respecter le code du CAS pour les courses hivernales.

Améliorations possibles Les cinq organisateurs commerciaux sont d' avis que le CAS, avec son programme, a « enfoncé des portes ouvertes ». Ils jugent positivement la campagne de sensibilisation menée auprès des membres et des sociétés commerciales, notamment par le biais de « circulaires et des cours d' introduction du CAS » 2,

comme le dit WW.

A titre d' amélioration, il a été proposé, entre autres, de délimiter les régions particulièrement sensibles – dans lesquelles des itinéraires obligés devraient être respectés – et celles qu' il faudrait éviter et épargner. Les discussions entre organisateurs commerciaux et protecteurs de la nature devraient par ailleurs aider à éviter la multiplication d' interdictions inutiles. C' est au moment de l' achat de raquettes que des feuilles d' information pourraient être distribuées « puisque ce sont les randonneurs individuels qui représentent la plus lourde charge pour la nature » ( PPB ). Pour les projets en cours, il est nécessaire que des milieux plus larges soient contactés et impliqués, notamment les milieux politiques, les chasseurs, l' Office fédéral de l' aviation civile ( aviation légère ), les autorités responsables des routes ( motos, motoneiges ). En tant qu' organisateur de randonnées hivernales soucieux de l' environnement, « on a parfois l' impression d' être un idiot

Pho to :W ei tWa nd er n LES ALPES 2/2003

quand on se rend compte de ce que d' autres se permettent », affirme WW.

Application pratique Sur la question d' un label spécifique à la branche, lié au respect de l' environne et comparable aux labels de production biologique dans l' agriculture, les opinions divergent. Elles vont de « c' est une bonne idée » à « en principe, oui, mais cela ne devrait pas être nécessaire » en passant par « puisque ce n' est pratiquement pas vérifiable, ça ne vaut rien ».

Toutes les sociétés attirent l' attention de leurs clients sur la fragilité de la nature durant l' hiver. Cet objectif est atteint notamment par l' observation des animaux, par le choix délibéré et discuté d' un itinéraire dans certains passages ou par la présentation du code du CAS et de ses règles de comportement. En font également partie les excursions thématiques orientées vers l' environnement ( PPB ), le « temps de regarder, d' entendre, de sentir » ( BP ) ou la découverte de la faune, mais en évitant dans la mesure du possible les endroits les plus sensibles ( WW ).

A notre avis La large reconnaissance du code du CAS montre que les professionnels sont disposés à prendre en compte les besoins de l' environnement. Comme l' a montré l' enquête, le programme n' a toutefois pas encore réussi à toucher un large public à l' extérieur du CAS. Mais cela est-il possible? Et la voie choisie est-elle la bonne? Dans tous les cas, nous renvoyons la balle aux sociétés commerciales. Si celles-ci parlent d' emblée du code et de ses règles avec leurs clients et organisent ensuite une petite discussion à ce propos, elles contribueront à augmenter l' attention et la sensibilité portées à ce sujet. L' enquête a clairement mis en évidence qu' il incombait au guide de faire comprendre les exigences de la nature et ce qu' elle était en mesure de supporter. Or – l' ex le montre – les formations dans ce domaine sont inégales et les investissements à consentir dans ce sens sont importants.

La question d' un label ou d' une certification doit encore être étudiée. Pour l' heure, il est sûr que le CAS ne peut en prendre seul l' initiative. Le soutien d' autres associations, notamment l' As des guides, l' Association suisse des écoles d' alpinisme, la Swiss Outdoor Association ( SOA ) et celui des autorités est indispensable. La valeur d' un label dépend en effet de sa reconnaissance et de la manière dont l' application de ses principes peut être vérifiés. a

Jürg Meyer, préposé à la Protection de l' environnement ( trad. ) La randonnée à raquettes: une manière de profiter pleinement de la nature Le Hohgant est un paradis pour les amateurs de raquettes, mais c' est aussi un espace vital pour le tétras-lyre et le tétras En hiver, dans la forêt, il est important d' être bien guidé Pho to :W ei tWa nd er n Photo: Berg&Tal

Feedback