Renoncer à la viande et au lait pour protéger le climat

A propos de l’article «Nous espérons susciter une large discussion sur les changements climatiques» paru dans «Les Alpes» 5/2019

Je salue le soutien que le CAS veut apporter à l’initiative pour les glaciers. Je suis aussi ravi que, depuis un certain temps, on parle sans cesse des changements climatiques et de l’impact que nous avons en pratiquant des sports de montagne. J’aimerais encore ajouter un élément: quand nous parlons de voyager en transports publics plutôt qu’en voiture, c’est une bonne approche. Toutefois, quand nous sommes en cabane, je suis frappé par un aspect qui n’a pas encore été thématisé: notre consommation de viande, même si c’est peut-être difficile à avaler. Il est clairement démontrable que réduire notre consommation de viande et de lait fera diminuer nettement plus les émissions de CO2 que de renoncer à la voiture. Une alimentation principalement à base de plantes est plus efficace pour protéger activement le climat. Donc, la prochaine fois que nous serons en cabane, au lieu de nous consoler de la fonte des glaciers en mangeant un cervelas, peut-être essayerons-nous les röstis nature?

Feedback