Respecter, c’est protéger – aussi pour les grandes manifestations

Zones de tranquillité: deux poids, deux mesures

A mi-mars, nous avons fait des courses à skis dans la région du Wildstrubel en même temps que se déroulait le Skimarathon de Kandersteg. C’est avec une grande admiration que notre groupe a regardé courir ces athlètes avalant en quelques heures des distances que les autres randonneurs à skis mettent des jours à parcourir.

Désabusés, nous avons cependant constaté, dans le cadre de notre planification de course, que le tracé du marathon passait par le Leiterli, au-dessus de la Lämmerenhütte, à travers une zone de tranquillité. Bien que nous aurions aussi aimé emprunter ce raccourci, nous y avons renoncé par égard pour la protection de la faune.

Les zones de tranquillité débouchent toujours sur des restrictions pour les adeptes des sports de montagne, c’est dans la nature des choses. Mais si de grandes manifestations échappent à de telles restrictions grâce à des permissions spéciales, cela donne un mauvais signal et torpille la motivation des autres randonneurs à renoncer à un itinéraire au profit de la protection de la faune.

Nous suggérons de ce fait que les autorités compétentes autorisent le passage de tous les randonneurs à skis dans des itinéraires comme celui du Leiterli ou que, logiquement, ils exigent aussi des grandes manifestations qu’ils respectent la faune.

Feedback