Sac bien fait, plaisir optimisé

Une course en montagne, ça se prépare. Sur la carte, dans un guide, devant son ordinateur, au téléphone, certes, mais aussi entre l’armoire et le sac. Quelques conseils utiles pour économiser son dos… et ses nerfs.

«Allez, ajoutons encore ceci, juste au cas où!» De peur de manquer de quelque chose en course, on se leste souvent de poids inutile. Il ne faut pas oublier qu’un sac qui paraît léger le matin peut se muer en cauchemar après quelques heures sur les épaules. C’est pourquoi il est conseillé de:

– se limiter au nécessaire pour éviter le poids superflu;

– éviter d’emmener des couches de vêtements à double (penser au principe de l’oignon);

– faire une liste de matériel qui servira de check-list.

Le plus lourd près du dos

En remplissant le sac, on tâchera de:

– bien répartir le poids en plaçant le plus lourd près du dos pour éviter tout déséquilibre. Le fond du sac accueillera les choses légères comme les vêtements de rechange;

– répartir le contenu en fonction de sa fréquence d’utilisation. On placera dans la partie supérieure et dans les poches latérales les choses utiles durant la journée. Les objets les plus utilisés ou fragiles prendront place dans la poche supérieure. Les sacs pourvus d’un compartiment inférieur indépendant permettront d’y placer des vêtements utiles durant la journée;

– regrouper les petits objets dans des sachets hydrofuges pour les retrouver plus facilement.

Charger les hanches

Une fois le sac rempli, il est temps de l’ajuster au corps.

On procédera ainsi:

– desserrer toutes les sangles, sauf celles de compression, qui assurent la compacité du sac;

– mettre le sac sur le dos;

– ajuster la ceinture abdominale au-dessus des hanches, qui doivent porter l’essentiel de la charge;

– ajuster la longueur des bretelles, qui doivent mouler les épaules;

– ajuster les sangles de rappel de charge situées en haut des bretelles pour plaquer le sac contre le dos. Plus l’espace entre le sac et les épaules est petit, plus celles-ci sont sollicitées;

– ajuster la sangle de poitrine pour optimiser la stabilité.

30 litres pour un week-end

On détermine la longueur de dos idéale du sac par des essais de portage. Certains modèles existent en plusieurs tailles de dos, voire dans des versions spécifiquement féminines. D’autres sont équipés d’un système de réglage multi-tailles.

En matière de volume, n’oublions pas qu’un sac trop grand gêne les mouvements dans les parties techniques! En règle générale, un sac de 30 litres suffit pour une course d’un week-end, un sac de 40 litres pour une semaine de haute montagne avec nuitées en cabane.

Art_Kasten Titel

Art_Kasten Text

Feedback