Säntis

Toponymie des cimes

Beaucoup de noms de sommets désignaient initialement des pâturages alpins et furent attribués plus tard aux montagnes. Ce fut le cas du Säntis, nom qui apparut extraordinairement tôt. Mentionné pour la première fois en l’an 850, on trouve en 1155 déjà «ad alpem Sambatinam», vers l’alpage de Sambatin. Celui-ci tirait apparemment son nom d’un propriétaire de l’époque, dont le nom latin devait être quelque chose comme Sambutin(us) ou Sambatin(us). Ce nom était très courant en ce temps-là, on en trouve la trace dans des listes de moines du couvent de Pfäfers. Il signifie «celui qui est né un samedi». Contrairement au nom du propriétaire de l’alpage, le nom de l’alpe lui-même n’est probablement pas latin, mais issu d’une déclinaison de la tournure «des Sambutins Alp». La seconde partie de ce nom se perdit au fil du temps et, progressivement, «Sambutines» est devenu Sämbtis, puis Sämtis et enfin Säntis. Un alpage au nord-est du sommet s’appelle aujourd’hui encore Sämtis, et Säntisalp, une alpe située sur son versant sud-ouest. Aujourd’hui cependant, plus personne ne sait qui était Sambutins, mais sa propriété montagnarde est appréciée loin à la ronde.

Feedback