Secrétariat, centre opérationnel du CAS (1 : Nature / Infrastructures)

Ve partie: secteur d' activités Nature I Infrastructures Depuis début mars, l' équipe des employés professionnels permanents du CAS occupe de nouveaux locaux à la Monbijoustrasse, à Berne ( voir l' éditorial du numéro de février ). Dans une série de quatre articles, nous présenterons les divers aspects de leur travail. La première partie ci-dessous traite du secteur d' activités Nature / Infrastructures, tandis que nous aborderons successivement dans les prochains numéros les secteurs Alpinisme, Publications et Logistique.

Sous le terme Nature / Infrastructures se cachent trois domaines très différents: sous Nature, la protection de la montagne et sous Infrastructures, les cabanes et le secours en montagne.

Protection de la montagne Qui?

Jürg Meyer, géologue et guide de montagne, en fonction depuis le 1er novembre 1996 ( poste à 80 % ).

Pourquoi?

Le CAS s' est de tout temps engagé en faveur de la protection de la montagne. Par ses statuts, ses lignes directrices et ses règlements, il se fixe la tâche de s' occuper activement de la protection de la montagne ( lire le rapport p. 48/49 ). Témoin de cet engagement, par exemple, la part active prise par le CAS, dans les années 1959-1968, à l' inventaire des paysages d' importance nationale qui devait déboucher sur l' Inventaire fédéral IFP1. C' est grâce à cet engagement que le CAS est aujourd'hui une instance de consultation et de recours reconnue officiellement aux niveaux IFP = Inventaire fédéral des paysages, sites et monuments naturels d' importance nationale.

L' une des tâches du domaine de la protection de la montagne: veiller à protéger la nature et le paysage sans en chasser pour autant les humains!

tions ainsi que de rendre visite à des sections ou de prendre part à des assemblées régionales. Grâce aux responsables de l' environnement des sections, nous disposons d' un réseau sur lequel on peut s' appuyer. La position de ces responsables doit se renforcer, par une information plus régulière et leur association plus effective au travail du responsable de ce secteur d' activité au niveau central. Des informations paraîtront à l' avenir plus fréquemment dans Les Alpes sur les problèmes du moment concernant le thème « environnement et montagne ».

Suivant les situations, les demandes quotidiennes d' autorisations de construire de toutes sortes provenant des cantons ou de la Confédération exigent des réactions. Pour des raisons de temps, nous sommes souvent réduits, dans ces affaires, à nous aligner plus ou moins sur la position prise par d' autres organisations de protection de la nature ou du paysage. C' est pourquoi il est très important d' entretenir avec celles-ci des contacts réguliers. La plupart du temps, les affaires et projets portant sur un assez long terme sont suivis en collaboration avec les groupements les plus divers. Exemples: « Grimsel Ouest », « Espace Mont Blanc », « Héli- Dans le domaine du secours en montagne d' aujourd, hautement développé, la coordination et la formation exigent des structures professionnelles De g. à dr.: Hans Jaggi, administrateur du secours en montagne; Nathalie Murmann, collaboratrice chargée du secours en montagne et des cabanes; Jürg Meyer, délégué à la protection de la montagne ski » ainsi que divers projets de remontées mécaniques et de forces motrices hydrauliques.

Politique alpine Le CAS, enfin, ne peut rester à l' écart de l' élaboration de concepts aussi importants et fondamentaux que, par exemple, la Convention a/p/ne,déterminante pour l' avenir.

point qu' elle ne représente plus aujourd'hui que 7 %. Dans les années d' après, le CAS a mis sur pied dans les montagnes suisses environ 150 postes de secours, tous pourvus d' un matériel abondant et de secouristes formés. Calculé sur de nombreuses années, le nombre des interventions se monte en moyenne à 550 par an. De nouvelles pratiques sportives, qui nécessitent d' autres techniques de sauvetage, représentent pour les secouristes des défis inédits.

Quoi et comment?

Réorganisation et professionnalisation Le domaine du secours en montagne a connu ces derniers mois plusieurs modifications et adaptations aux exigences du temps. Dans la foulée de la restructuration du CAS au niveau central, les procédures ont été unifiées et modernisées.

Soutien administratif de la commission du secours en montagne II ne va aujourd'hui plus de soi que des membres du CAS sacrifient par idéalisme une bonne part de leur temps de loisir pour collaborer au travail de notre organisation de secours. Afin que ces aides bénévoles puissent se concentrer sur la tâche proprement dite, il faut qu' ils soient soutenus de façon optimale sur le plan administra- Secours en montagne Qui?

Hans Jaggi, administrateur du secours en montagne; en fonction depuis le 1er août 1996 ( poste à 100% ).

Nathalie Murmann, employée de commerce et gardienne de cabane ( cabane du Bietschhorn ); collaboratrice pour les domaines du secours en montagne et des cabanes; en fonction depuis le 1er juin 1995 ( poste à 100% ).

Pourquoi?

Dès le début du XXe siècle, le CAS se donnait la tâche de porter secours aux personnes accidentées en montagne. Au début, les interventions se limitaient de préférence aux membres du club; mais au fil des années, la part des membres sur le total des personnes secourues s' est réduite au tif. Telle est la tâche la plus importante de notre bureau: nous préparons des séances, nous nous occupons d' organiser et de visiter des cours de sauvetage, réglons les aspects financiers des interventions et contrôlons le budget.

Matériel de sauvetage Depuis quelque temps, le matériel des postes de secours ( appareils radio, DVA, cordes, treuils à câble, moyen de transport etc. ) est rassemblé et géré au secrétariat de Berne. Le matériel désuet est régulièrement remplacé et nous acquérons de nouveaux accessoires spéciaux, dans la mesure des possibilités budgétaires. Signalons également ici la coûteuse application des nouvelles fréquences d' alarme radio ( Regacom ), qui a lieu ce printemps.

Perspectives Afin que le secours en montagne du CAS reste efficace à moyen et long terme, il doit s' adapter en permanence à un contexte changeant. La pratique d' activités de loisirs toujours plus saugrenues accroîtra sans cesse les exigences qui nous sont posées. Nous devrons continuer à l' avenir de mettre l' accent principal sur la formation et l' équipement des secouristes, condition sine qua non de missions exécutées avec compétence et sans danger.

< M e -j Cabanes Qui?

Nathalie Murmann ( voir ci-dessus « Secours en montagne » ).

Quoi, pourquoi, comment?

Les cabanes sont le symbole le plus connu du CAS et constituent ses infrastructures les plus importantes. qu' à ces derniers temps, presque toutes les affaires qui les concernaient relevaient de la commission des cabanes. Nathalie Murmann peut désormais consacrer une partie de son temps au travail administratif dans ce domaine. Elle est l' interlocutrice à qui l'on s' adresse pour les questions de cabanes, elle aide à l' organisation et au déroulement des cours de gardien de cabane, gère le fichier d' adresses, la statistique annuelle des cabanes et les règlements et directives en rapport avec celles-ci.

Jürg Meyer, Hans Jaggi, Nathalie Murmann ( trad.

Feedback