Sombre passé

A propos de l’article «Clubiste assidu aux sombres idées», paru dans «Les Alpes» 11/2020

Il est absurde que nous nous sentions obligés aujourd’hui de nous excuser pour le comportement de membres du CAS d’il y a un siècle, de renommer des montagnes, voire de changer l’histoire. Les lois, la manière de penser et le comportement de la population étaient différents à l’époque, et les personnes incriminées auraient déjà été critiquées alors si le sens de la justice avait correspondu au ressenti actuel. Quelques siècles auparavant, on se tuait encore massivement, les va-t-en-guerre traversaient le pays, non sans vols ni violences. C’est bien que nous ayons évolué, arrêtons avec cette moralisation hypocrite des temps passés selon les normes actuelles. Le CAS en particulier ne devrait pas s’occuper de réécrire l’histoire, mais plutôt regarder vers l’avenir.

Feedback