Souvenir merveilleux d’une ascension du Mont Blanc en 1957

A propos du courrier de lecteur «Le Mont Blanc pour nous tout seuls en 1963» paru dans «Les Alpes»5/2019

J’ai lu le courrier de lecteur de C. Pittet dans l’édition de mai. Cela m’a rappelé une ascension du Mont Blanc que j’ai faite avec un ami en 1957. A 19 ans et après une semaine en camp OJ, nous étions en forme. Nous avons campé près de la station supérieure du Montenvers, au-dessus de Chamonix. Nous avons d’abord essayé de gravir quelques sommets des Aiguilles de Chamonix, mais nous n’y sommes pas parvenus en raison de nos difficultés à trouver le chemin. Nous avons ensuite voulu tenter le Mont Blanc et sommes montés au refuge des Grands Mulets par une chaude journée. Je buvais de l’eau à chaque petit ruisseau, tandis que mon compagnon Ruedi Haenny prévoyait d’étancher sa soif à la cabane. Quand nous y sommes arrivés, nous n’avons trouvé qu’une ruine couverte d’un toit, qui n’était pas gardiennée. Nous nous sommes levés à 2 h du matin et, après un déjeuner frugal, nous avons attaqué la montée par le Dôme du Goûter jusqu’au refuge Vallot. Nous avons croisé les premiers alpinistes qui redescendaient du sommet. Nous avons poursuivi notre chemin par l’arête jusqu’au sommet, où nous sommes restés seuls pendant une heure. Ce 3 août a été une journée magnifique. Deux Suisses sont arrivés par l’Eperon de la Brenva, et nous avons partagé ce que nous avions à boire. Nous sommes ensuite redescendus par le Mont Maudit et le Mont Blanc du Tacul jusqu’à l’Aiguille du Midi, où nous avons tout juste eu la dernière cabine. C’est un souvenir merveilleux que nous gardons précieusement en mémoire.

Feedback