Tables glaciaires, moraines médianes et glaciers «emballés». Changements glaciaires dus au rayonnement et à la chaleur

Tables glaciaires, moraines médianes et glaciers « emballés »

Tous ceux qui ont marché sur un glacier alpin ont pu voir ces blocs de rocher et ces dalles posés sur un socle de glace et qu' on appelle généralement des tables glaciaires. Que cache ce phénomène et qu' a à voir avec les glaciers « emballés » de feuilles de plastique pour retarder leur fonte?

Diverses formes caractéristiques apparaissent à la surface de la glace du fait de l' érosion ( ou ablation ), c'est-à-dire la réduction d' épaisseur due à la fonte ou à la sublimation de la neige, du névé ou de la glace, réduction provoquée par le rayonnement solaire ou par l' arrivée d' air chaud. C' est particulièrement sur les langues glaciaires fortement érodées que se rencontrent les formes les plus intéressantes provoquées par l' ablation. Elles sont créées par des différences à faible distance des conditions environnementales. On distingue entre l' ablation avec couverture et l' ablation ouverte, selon que le phénomène se produit avec ou sans couverture de la glace par un quelconque corps étranger. Les blocs rocheux, les éboulis et le sable sont des corps étrangers naturels. Selon l' épaisseur et l' étendue de ces corps, des formes convexes ou concaves apparaissent. Les corps de petite dimension, mais aussi les couches sédimentaires de faible épaisseur, se réchauffent sous l' in du rayonnement solaire en raison de leurs albédos 1 différents et de leur conductivité thermique supérieure à celle de la glace environnante; ils s' enfoncent donc dans cette dernière. Les corps de plus grande dimension, en revanche, Une plaque rocheuse qui se trouvait à la surface au printemps 1938 se retrouve, en été, sur un socle de glace, formant ainsi une table glaciaire La plaque rocheuse arrive enfin à la surface et s' immobilise L' été suivant, une nouvelle table glaciaire a vu le jour Cette plaque rocheuse se déplace en direction du sud Les tables glaciaires doivent leurs célèbres formes à la réduction d' épaisseur de la glace due à la fonte ou à la sublimation de la neige, de la glace ou du névé, réduction provoquée par le rayonnement solaire ou par l' arrivée d' air chaud. Elles suivent un cycle d' apparition et de disparition périodique Photos: R eto Florin 1 L' albédo, du latin albidus, blanc, est une mesure de la capacité, pour une certaine surface, de renvoyer le rayonnement incident. protègent leur soubassement du rayonnement, de telle sorte que les surfaces environnantes qui sont enneigées ou recouvertes de glace fondent plus vite.

Les tables glaciaires avancent avec la glace

Les formations les plus connues engendrées par ce type d' ablation sont les tables glaciaires; leur soubassement de glace est protégé du rayonnement solaire par un bloc ou une dalle. Ils peuvent atteindre des hauteurs étonnantes, hauteurs qui dépendent de la grandeur du bloc, des conditions climatiques mais aussi de la course du soleil. Dans les hautes latitudes, en effet, où le soleil reste bas, ce phénomène ne se produit pas. Les tables glaciaires suivent un cycle d' apparition et de disparition: en effet, à partir d' une certaine hauteur, dépendante de l' angle d' incidence du rayonnement solaire, la fonte du pied de la table s' accuse et la plaque de couverture commence à pencher en direction du soleil. Finalement, elle tombe et le processus recommence. Une table glaciaire, ou plus précisément le bloc de couverture, est transporté comme un bateau à la surface du glacier. C' est en suivant son mouvement qu' on peut tirer des enseignements sur la vitesse d' écoulement de la glace.

Des pyramides posées sur de la glace

Un phénomène parent, dans les Alpes, peut être observé fréquemment: celui des cônes d' érosion ou pyramides. Il suffit parfois de quelques millimètres de sable pour qu' il se manifeste. Le matériel de couverture est, dans ce cas, apporté à la surface par l' eau de fonte et déposé dans les petites cavités. Que cette eau de fonte disparaisse ou prenne un autre chemin et commence alors, lentement, la formation d' un cône. Lorsque le sable protecteur ne suffit plus à recouvrir tout le cône ou lorsque ses flancs deviennent trop raides, apparaissent alors des entailles dans la glace et la pyramide se met à fondre puis disparaît.

Moraines médianes, trous et pénitents

Lorsqu' il n' y a pas seulement du sable mais une couverture complète de la surface par des débris de roche, les conséquences sont les mêmes. C' est cette couverture qui est responsable du fait que les moraines médianes peuvent émerger de plusieurs mètres et dominer tout le glacier. Dans la plupart des cas, la couverture a une épaisseur de quelques centimètres à quelques décimètres seulement et le cœur consiste en de la glace. Le matériel rocheux ne parvient à l' inté du glacier que dans les zones de fracture et seulement de quelques mètres. Ce matériel revient d' ailleurs par la suite en surface en raison de l' ablation qui progresse en sens contraire du mouvement d' écoulement du glacier. Contrairement aux phénomènes décrits qu' ici, les trous dits cryoconites ou trous de midi, sont des formes d' érosion par formation d' une cavité. Ils sont engendrés par de petits tas de poussière ou de sable fin qui absorbent plus fortement le rayonnement solaire et creusent ainsi de petits trous dans la glace. En raison de l' arc que dessine la course apparente du soleil, ces trous ont une forme semi-cir-culaire et leur fond est tourné côté nord. Un autre phénomène encore de l' abla sélective est représenté par les pénitents, ces lames pyramidales de neige ou de glace, typiques des massifs subtropi- Cette rangée de pyramides s' est formée à partir des eaux de fonte Une pyramide de sable qui a atteint la taille d' un homme Les trous dits cryoconites ou trous de midi, sont des formes d' érosion par formation d' une cavité. Ils sont engendrés par de petits tas de poussière ou de sable fin qui absorbent plus fortement le rayonnement solaire caux ou continentaux comme les Andes ou l' Himalaya. Ils se forment sans qu' in un corps étranger. L' accumu de chaleur dans les basses couches de surface conduit à la fonte et à la sublimation de la glace ou du névé. L' humi qui est ainsi libérée se sublime à son tour dès qu' elle monte. Ce processus de fonte et de sublimation engendre une surface fortement hérissée de sortes de lames ou de dents.

Glaciers emballés

L' ablation d' un glacier peut également être ralentie par une couverture artificielle. Tous les alpinistes qui ont dressé leur tente sur un glacier ont pu en effet constater, au bout de quelques jours, qu' ils devaient monter d' un pas pour entrer dans leur tente. La réduction de l' ablation à des fins touristiques a attiré l' attention des médias au cours des derniers mois. Les exploitants d' installa touristiques ont en effet commencé à recouvrir avec des films de plastique les abords de diverses installations posées sur des glaciers ainsi que des sections de pistes 2. On utilise pour ce faire des toiles ou des bâches spécialement développées ainsi que de la sciure de bois. Cette expérience de couverture n' est pas du tout nouvelle. En effet, lors de l' été particulièrement chaud de 1947, la surface de la grotte glaciaire du Jungfraujoch avait déjà été recouverte de sciure pour réduire sa fonte. On peut voir aujourd'hui encore cette couche de sciure prise dans la glace de la grotte. Un geste aux résultats inverses semble être aujourd'hui devenu inutile; on a en effet pendant longtemps utilisé l' épan de cendres pour accélérer la fonte de la neige et de la glace. a Reto Florin, Coire, Andreas Bauder, VAW, EPF Zurich ( trad. ) 2 Cf. l' article page suivante Une tente sur la surface du glacier empêche la glace de fondre Des parties de glacier recouvertes à la fin de l' été 2004, Autriche Photo: ar chiv es VA W/W. Schmid Photo: màd./A. Fischer, Innsbruck

Montagnes et environnement

Montagne e ambiente

Berge und Umwelt

Feedback