Traversée de l'inlandsis du sud de la Patagonie. Odyssée de deux nomades modernes

TRAVERSÉE DE L' INLANDSIS

pour la plupart, aboutissent de manière spectaculaire dans des lacs ou des fjords au pied des Andes, il faut tout d' abord vaincre une dénivellation de plus de 1000 mètres. Nos deux aventuriers avaient donc l' intention de réaliser cette traversée intégrale sans aucune aide extérieure, projet qui présupposait la résolution de quelques problèmes assez ardus. Tout d' abord, au vu de leur abondant matériel, quatre kayaks furent nécessaires au lieu de deux pour parvenir au pied des glaciers.. " " .Puis,pour la même raison, ils ont transformé deux de leurs embarcations en luges pour grimper jusqu' au plateau central qu' ils ont ensuite parcouru jusqu' à son extrémité sud. De là, leur périple s' est poursuivi à nouveau en kayak jusqu' à son terme. Le passage clé de ce trajet se situe sur le plateau lui-même; en effet, au voisinage de la Fella Reichert, près du Cerro Mayo, la plaine glacée se rétrécit et il faut s' en pour descendre le long d' impressionnantes parois de glace avant de continuer la traversée.

Caractéristiques polaires et alpines

Pour franchir l' inlandsis du sud de la Patagonie en autonomie, l' équipe doit disposer aussi bien de connaissances de varappe pour les passages ardus à caractère alpin que d' une grande expérience des régions polaires. Il faut en effet pouvoir répondre de manière adéquate aux questions suivantes: comment se déplacer sur de vastes éten-

Les deux aventuriers Thomas Ulrich ( à g. ) et Børge Ousland lors d' une journée de repos Pho to s: Thom as Ul ric h

S DU SUD DE LA PATAGONIE

Odyssée de deux nomades modernes

S DU SUD DE LA PATAGONIE

LES ALPES 10/2004

dues de glace, souvent entrecoupées de crevasses, comment se repérer dans le jour blanc ou dans un violent bliz-zard,comment se comporter dans l' humidité créée par les incessantes tempêtes de neige,comment se nourrir en restreignant son matériel de manière supportable, sans être privé du nécessaire? Dans ces conditions extrêmes, la moindre erreur peut être fatale, surtout pour une équipe si réduite!

La collaboration entre Børge Ousland et Thomas Ulrich s' est révélée optimale et indéfectible. Né en 1962, Børge est renommé pour ses explorations polaires. Il a réalisé la première expédition au pôle nord en solitaire sans aucune aide extérieure, ainsi que les premières traversées de l' Antarctique et de l' Arctique dans les mêmes conditions. En 2002, lors de sa tournée de reconnaissance préalable à ce périple à travers l' inlandsis patagonien, il a pris pour la première fois comme coéquipier Thomas Ulrich,de cinq ans son cadet.. " " .Alors que ce dernier recevait du Norvégien de multiples informations sur la progression et le comportement dans les rigueurs extrêmes de l' immensité polaire, Børge bénéficiait de la grande expérience en alpinisme du ressortissant de l' Oberland ber-

Børge Ousland en train de pagayer entre de gros blocs de glace en direction du glacier Jorge-Montt. Trois jours furent nécessaires pour effectuer les 60 km qui séparent Tortel du glacier. Pour le transport du matériel, chacun devait tirer un second kayak qui était transformé ensuite en luge sur l' inlandsis Pho to s:

Thom as Ul ric h LES ALPES 10/2004 Lors du transport du matériel depuis la mer jusqu' au glacier Jorge-Montt, la Huemuel Valley a dû être traversée plusieurs fois. La végétation y est fascinante de diversité Tirer des kayaks, transformés en luges et chargés de 140 kg de matériel, s' est avéré moins épuisant pour Thomas Ulrich et Børge Ousland que ce qu' ils craignaient

LES ALPES 10/2004

nois. Leur association fut un atout majeur,aussi bien pour leur entreprise commune que dans la recherche de com-manditaires. Cette traversée et l' expédition de reconnaissance qui l' a précédée ont été subventionnées par National Geographic, le célèbre magazine géographique 1 qui

en a publié le récit dans ses colonnes.

Départ dans l' hiver patagonien

Le 24 août 2003, en plein hiver austral, nos deux personnages sont partis du village chilien de Tortel.. " " .Après 3 jours et 60 kilomètres en kayak à travers les eaux glacées des fjords, ils atteignent la base du glacier de Jorge-Montt, où se situe l' un des passages les plus astreignants de leur itinéraire. Thomas et Børge doivent tirer avec leurs embarcations devenues luges tout leur matériel,. " " .140 kilos par personne,jusque sur le plateau de l' inlandsis travers des fleuves de glace fortement crevassée.. " " .Thomas en garde jourd' hui encore un souvenir cuisant.. " " .Il leur a fallu 8 jours pour se déplacer de 17 petits kilomètres, parfois à un rythme de 2 kilomètres par jour seulement. Découra-geante et harassante, la recherche d' un cheminement à travers les chutes de séracs a, en outre, exigé une extrême prudence.

Arrivée sur le plateau, notre petite équipe peut avancer plus rapidement. Le 21 septembre, l' alpiniste et le spécialiste des régions polaires atteignent la Fella Reichert, passage clé proche du Cerro Mayo. Lors de la préparation de l' expédition, Thomas avait collecté le plus grand nombre possible d' informations sur ce secteur particulièrement crucial que la plupart des « candidats à l' inlandsis » avaient, avant eux, évité par un grand détour. Le mauvais temps et les manœuvres astreignantes de rappel pour la descente du Cerro Mayo ( 2360 mètres ), en particulier le long d' une paroi de 600 mètres de dénivellation, ont considérablement compliqué leur progression. Nos deux aventuriers ont notamment construit de véritables téléphériques pour leurs luges. A elle seule, cette descente en rappel a nécessité 16 heures. Finalement, avec leurs 90 kilos de matériel chacun, il a fallu 15 jours à Thomas et à Børge pour parvenir au bout des 16 kilomètres du Cerro Mayo, dont 7 à attendre la fin des tempêtes. Par la suite, leur avance s' est accélérée grâce à une nette amélioration du temps. Ils établissent un record lors du 48 e jour de leur expédition: 44,. " " .4 kilomètres en 15 heures, qui leur

1 La « National Geographic Society » a été fondée à Washington en 1888 par 33 personnes, dans le but d' étendre la connaissance géographique de notre planète.

Ambiance idyllique grâce à la courte éclaircie survenue entre les deux parties les plus difficiles du passage clé Installation du camp sur la glace, environ à la hauteur du groupe Paine Pho to s: Thom as Ul ric h Réparation de la toile extérieure de la tente pendant une accalmie. Les bourrasques les plus importantes atteignaient parfois des vitesses de 150 km/h Pho to s:

Thom as Ul ric h LES ALPES 10/2004

permettent d' atteindre enfin l' extrémité du glacier, juste avant une nouvelle détérioration du temps.

Arrivée à l' hôtel en kayak

Après avoir quitté l' inlandsis, les deux aventuriers se rendent au bord du torrent glaciaire et tirent péniblement leurs kayaks d' une pierre à l' autre, à travers l' eau peu profonde, véritable corvée ponctuée de nombreux faux pas. Après une distance considérable, la rivière charrie suffisamment d' eau pour qu' ils puissent lier ensemble les deux embarcations, constituant ainsi un radeau sur lequel ils naviguent en pagayant jusqu' à la mer.. " " .Après deux jours de cet exercice soumis à des vents latéraux parfois assez dangereux, Børge et Thomas parviennent le 15 octobre 2003 à Puerto Natales, ville fondée en 1911 et chef-lieu de la province d' Ultima Esperanza. « Nous avons tiré nos kayaks sur la berge, puis à travers la route jusqu' à l' entrée de l' hôtel où nous avons loué une chambre. » C' est par ces mots que Thomas Ulrich raconte l' étrange fin de leur longue expédition. Un « pisco sour » 2 et une douche vraiment bienvenue, véritable luxe après deux mois de route, concluent leur périple.

Il a fallu à Thomas Ulrich et à Børge Ousland 54 jours pour parcourir les 526 kilomètres de leur itinéraire. Mais ces chiffres ne décrivent que faiblement les exigences physiques et mentales d' une telle entreprise qui s' accomplit dans une solitude absolue. Selon Ulrich, même les jours de repos étaient psychiquement difficiles à supporter. En raison du temps souvent exécrable, ils devaient veiller sans relâche à la stabilité de la tente. Par d' abondantes chutes de neige, la vitesse du vent montait souvent à plus de 100 km/h.. " " .Ces jours-là,. " " .Thomas ressentait fortement le mal du pays. L' utilité de l' expédition lui paraissait alors bien mince quand il recevait des nouvelles de sa famille grâce à son téléphone mobile ou qu' il l' imaginait fêtant l' anniversaire de sa seconde fille.

Cœur de renne et sachets protéinés

Une minutieuse planification est la condition primordiale pour réussir un tel projet.. " " .Les éléments essentiels qui la composent sont une longue correspondance avec tous les « spécialistes de l' inlandsis » connus et atteignables, un entraînement au maniement du kayak et au transport de lourdes charges, une préparation physique optimale, une étude approfondie de photos satellites et de cartes, et un choix judicieux et intelligent du matériel, de la nourriture

2 Le « pisco sour », boisson nationale du Pérou, se consomme aussi dans les autres pays de l' Amérique du Sud. Cet apéritif alcoolisé se compose d' un mélange de « pisco », de jus de citron, de sirop de sucre et de blanc d' œuf.

De la glace à perte de vue. C' est à cet endroit que le champ de glace est le plus étendu Par beau temps, en passant par le Cerro Torre. Thomas Ulrich avait admiré l' inlandsis depuis la paroi ouest de ce dernier et s' était demandé si une traversée était possible

en particulier. Au cours de la traversée, les repas se composent surtout de mélanges alimentaires conservés sous plastique. Les principaux ingrédients sont 17 kilos d' hui, 8 kilos de sucre, 20 kilos de chocolat et 5 kilos de cœur de renne séché. Le plan des menus prévoit chaque soir de la viande séchée, de la purée de pommes de terre, de l' eau et, de temps à autre, un café comme récompense. Thomas appréciait le côté pratique des comprimés vitaminés qu' ils ingurgitaient en remplacement des fruits et légumes.. " " .Pour faciliter ses déplacements,le duo a utilisé une sorte de cerf-volant, leur apportant une aide appréciée dans les montées. Vers la fin de leur aventure, accrochée à un mât de deux mètres et demi, leur toile de tente a trouvé une nouvelle affectation en transformant leurs kayaks en voilier! Cet art de l' improvisation a contribué à l' impressionnant succès de l' expédition de ces deux nomades modernes à travers les étendues glacées de la Patagonie. a

Traduit de l' allemand par Cyril Aubert

Entre le champ de glace et le Rio Gray, il y eut quelques étapes difficiles, surtout lorsqu' il fallut vaincre les nombreuses parties raides Les derniers mètres avant Puerto Natales. Encore une fois, il fut nécessaire de pagayer!

Fella Reichert, le passage clé de l' expédition: descendre en rappel des parois parfois surplombantes avec, en plus, de la glace instable et dangereuse qui ne se prêtait pas à la pose de broches à glace Pho to s:

Thom as Ul ric h LES ALPES 10/2004 Parcourir la distance d' un marathon avec plus de 100 kg de matériel sur une luge. Le 48 e jour de l' expédition, grâce à l' utilisation d' une voile, 45 km ont pu être effectués: un record!

A l' aube, après quatre jours de tempête sur le Cerro Mayo ( à l' arrière, dans l' ombre du Mont Aguileras ) LES ALPES 10/2004

Voyages, rencontres, personnalités

Viaggi, incontri, personalità

Reisen, Begegnungen, Persönlichkeiten

Feedback