Son nom enchanteur laisse présager un joyau ­d’alpinisme. C’est ce qu’espérait Hans Baer avant de signer la première de son arête est en 1937. Le Gross ­Diamantstock ne l’a pas déçu. Et la qualité de son granit fait des heureux aujourd’hui encore­.