Un monstre

A propos de l’éditorial «Pas de libre accès dans le Parc Adula», paru dans «Les Alpes» 11/2015

Le projet de nouveau Parc national Adula entre dans une phase décisive. Au début de l’été 2016, les 17 communes concernées par le périmètre doivent donner leur aval à ce projet. C’est du moins ce qu’espèrent les promoteurs du parc. Les nerfs sont à vif, on soupçonne toute personne critique de vouloir y faire obstacle.

Aussi l’éditorial de René Michel, chef du domaine Environnement au Comité central, a-t-il suscité quantité de réactions dans la presse régionale et nationale. Cependant, les dispositions font mouche au cœur même du parc avec une très grande précision. Le règlement des parcs est un monstre et la zone centrale une victime. Cette dernière, il faut le souligner, constitue aujourd’hui déjà un morceau de nature à l’état pur. Aucune menace ne plane sur elle loin à la ronde. Mais voilà, comme toujours, les perspectives d’un développement économique et de nouvelles places de travail en ont déjà fait craquer plus d’un. Il ne reste plus qu’à espérer que le marchandage qui a eu lieu tienne ses promesses. Personnellement, j’en doute fortement.

Feedback