Un perpétuel dilemme : protéger ou exploiter ? Parcs naturels

Les parcs naturels poussent en Suisse comme des champignons, il faut s' adapter à la tendance « nature » du tourisme.. " " .Voici une discussion contradictoire sur l' équilibre à maintenir entre l' exploitation et la protection.

Ne nous inquiétons pas trop d' emblée: les montagnards sportifs comme les simples promeneurs ne subiront pas de restrictions supplémentaires du fait des nouveaux parcs naturels régionaux. Selon Stephan Walder, chef de la section « Paysages d' importance nationale » à l' Office fédéral de l' environnement ( OFEV ), il n' y aura pas de nouvelles interdictions. Lorsque les parcs comprennent des zones déjà protégées comme les hauts-marais, les règles appliquées ne changent pas. Il est par contre envisageable, selon Stephan Walder, que la direction du parc s' entende avec les autorités locales pour limiter à l' intérieur du parc, si nécessaire, les déplacements des visiteurs. Ce pourrait être le cas par exemple si un nombre croissant de touristes, attirés par le label « parc naturel », mettait en danger les écosystèmes fragiles du parc. Par exemple, la circulation de piétons et cyclistes pourrait être déviée par une signalisation ou des barrières, dans un secteur où la végétation sensible au piétinement comprend des plantes classées sur la liste rouge.

La loi fédérale sur la protection de la nature et du paysage ( LPN ), qui réglemente les parcs naturels régionaux, justifie de telles mesures. Il y est dit que la qualité de la nature et des paysages doit être maintenue et si possible améliorée. Si la notion de maintien est évidente, que peut bien signifier l' amélioration? Stephan Walder avance quelques exemples: plantation de haies, renatura- La contribution de Roman Signer à l' exposition d' art du CAS, près de la Capanna Basòdino, s' intitule Windstille.

quelle Roman Signer a emprisonné le mât d' un drapeau de la Capanna Basòdino pour lui assurer le repos estival. A mi-juin, on a pu constater à l' ou de l' exposition ( généreusement soutenue par Axpo Holding AG, Pro Helvetia et d' autres donateurs ) que l' un des vœux d' Andreas Fiedler, commissaire de l' exposition, avait été exaucé: les interventions ont donné lieu à des discussions. Celles-ci n' ont toutefois pas été aussi insipides que certains médias de tendance fleur bleue ont bien voulu le suggérer.

L' exposition d' art est à portée de randonnée, visible jusqu' à la fin du mois de septembre. Les Editions du CAS ont publié en guise d' accompagnement un guide de randonnée et artistique: But de randonnée: vue imprenable sur l' art a Christoph Meier, rédacteur ( trad. ) Photo: Mar co Volken tion de cours d' eau, entretien de pâturages. Dans les régions habitées, l' amé du territoire devrait être conçu par-dessus les frontières communales afin d' éviter le détestable mitage du territoire.

Renforcer l' économie régionale

L' article 23g de la LPN, qui traite du maintien et de l' amélioration, mentionne encore un deuxième objectif assigné aux parcs naturels régionaux: « renforcer les activités économiques axées sur le développement durable qui sont exercées sur son territoire et encourager la commercialisation des biens et des services qu' elles produisent ». La compatibilité des exigences de conservation et de promotion a fait l' objet du troisième « Swiss Outdoor Forum », organisé à Viège à la fin du mois de mai dernier. Ce forum est la plateforme nationale de ré-seautage des acteurs de la branche « Outdoor » en régions de montagne. Parmi ses objectifs figure l' évaluation du développement durable et du tourisme « de nature ». Le CAS est partenaire du Swiss Outdoor Forum.

L' organisation de protection de la nature Pro Natura est à l' origine des parcs voici dix ans. Son secrétaire central Otto Sieber a qualifié les attentes contradictoires concernant les parcs de « perpétuel dilemme »: « Les visiteurs exigent une nature intacte, la population locale veut un développement régional. » Il estime les deux exigences justifiées, mais craint que la notion actuelle de protection soit trop sommaire. La planification des parcs n' a pas tenu compte de la manière dont la nature et le paysage pourraient être mis en valeur, ou alors on n' a pas prévu les moyens nécessaires à la réalisation de cet objectif. A la longue, on doit s' attendre à des difficultés: les touristes fuiront les parcs dont les promesses ne seront pas tenues. Pour résumer ses opinions: « Si l'on met la nature en vitrine, il doit y en avoir aussi dans la boutique. » Urs Zenhäusern, directeur de Valais Tourisme, pense par contre que l'on accorde trop d' importance à la protection: il reste suffisamment de nature et de paysage intacts. Il conviendrait seulement de les rendre accessibles. « A quoi sert une belle nature, s' il n' y a personne pour l' admirer? » demande-t-il. Il faudrait aussi une accessibilité raisonnable au trafic dans les parcs naturels. La gastronomie ne devrait pas en être exclue. « Après tout, la nature n' appartient pas qu' aux alpinistes au meilleur de leur forme. » Otto Sieber se défend contre le reproche que l'on fait aux organisations de protection de la nature de vouloir verrouiller les paysages à l' abri de toute intervention humaine. « En règle général, déclare-t-il, les paysages sont protégés et mis en valeur avec, et non contre la société humaine. » En effet, c' est bien l' agriculture traditionnelle qui a donné aux paysages leur diversité d' aspect et d' espèces, c' est elle aussi qui fait l' attrac d' une région. Sans une telle exploitation, on aboutirait à une morne banalisation du paysage.

Situation win-win?

Andreas Weissen, secrétaire général du réseau des parcs suisses, qui regroupe vingt-sept parcs et projets de parcs, a pour sa part insisté sur le fait que les parcs sont des espaces de vie naturels, mais aussi aménagés par l' homme. Ils offrent à leurs visiteurs des vues sur la nature, mais aussi sur les témoins de l' histoire, ils sont des lieux de contact avec la population, ses savoir-faire et ses spécialités culinaires, ses histoires et ses La réserve de biosphère UNESCO de l' Entlebuch, dans le canton de Lucerne, est jusqu' ici le seul parc naturel régional reconnu. Elle comprend la zone du Schrattenfluh au-dessus de Sörenberg.

Photo: swiss-image.ch/Max Schmid La nouvelle loi sur la protection de la nature et du paysage est en vigueur depuis décembre 2007. Elle défi nit trois catégories de parcs: parc national, parc naturel régional et parc naturel périurbain. On trouvera d' autres informations sur le site internet du réseau des parcs suisses ( www.paerke.ch/fr ) et sur celui de l' OFEV ( www.ofev.ch ).

Parc national Un parc national est une région assez étendue, dans la zone centrale de laquelle la nature et le paysage peuvent évoluer hors de toute intervention humaine. La zone centrale est entourée d' une zone périphérique dans laquelle s' appliquent les mêmes règles que dans les parcs naturels régionaux. Il existe actuellement un seul parc national, dans les Grisons. Il a été fondé en 1914. Deux autres parcs nationaux sont en projet, l' un aux Grisons ( Parco Adula ) et l' autre au Tessin ( Parco nazionale del Locarnese ).

Parc naturel régional Un parc naturel régional est une région de campagne assez étendue, partiellement habitée, qui se distingue par d' importantes valeurs naturelles et paysagères, et dont les constructions et aménagements font partie du caractère de la région et de son image. Le seul parc naturel régional reconnu à ce jour est la réserve de biosphère UNESCO de l' Entlebuch. Huit régions ont obtenu de l' OFEV le label de candidates ( Parc Ela, Biosfera Val Müstair, Naturpark Thal, Regionaler Naturpark Gantrisch, Regionaler Naturpark Diemtigtal, Naturpark Thunersee Hohgant, Landschaftspark Binntal, Parc régional Chasseral ). Sept autres projets ont fait l' objet d' une requête d' aménagement d' un parc, et des travaux préparatoires sont en cours dans sept autres régions.

Parc naturel périurbain Un parc naturel périurbain est, dans une région densément peuplée, une zone laissée à l' état naturel. Elle est destinée à la mise en valeur des processus naturels et à l' amélioration de la qualité de vie de la population citadine. Le parc naturel périurbain de Zurich s' est vu accorder le label de candidat, et deux autres régions préparent des dossiers de candidature.

secrets. Les offres touristiques originales et authentiques attirent les voyageurs et sont source de revenus sous forme de nuitées, repas et randonnées ou courses guidées de toutes sortes. Une situation qu' il estime profi table à tout le monde: « La mise en valeur de la nature et du paysage profi te à l' économie régionale. Il y a beaucoup de régions qui réunissent les qualités et le potentiel voulu, et l' idée du parc jouit d' une grande popularité. Nous redessinons deux fois par année la carte des projets de parcs, l' évolution est si dynamique! » La promotion touristique des parcs est également très bonne, à la suite de la création d' une plateforme de marketing par Suisse Tourisme. Quoique: « La vague de promotion es un peu prématurée pour la plupart des parcs. » En effet, l' offre touristique n' est pas assez élaborée en beaucoup d' en, où l'on se trouve encore en phase d' aménagement. Celle-ci est particulièrement exigeante pour ce qui concerne l' élaboration des concepts et des rapports à livrer à la Confédération pour obtenir le label de parc.

Pas de parcs imposés d' en haut

Stephan Walder a expliqué, au nom de l' OFEV, la procédure de reconnaissance d' un parc. La Confédération, et c' est un point important, ne reconnaît que des parcs proposés à l' initiative de structures régionales bénéfi ciant de l' appui de la population locale. Il n' existe ainsi pas de parc né d' un diktat administratif. Il se pourrait ainsi que l'on voie échouer le projet de nouveau parc national dans la région locarnaise, car la commune de Cevio s' est prononcée négativement. Les chasseurs, les pêcheurs et les propriétaires fonciers craignent d' excessives restrictions à leurs droits: perpétuel dilemme de satisfaire les désirs des voyageurs et de ceux qu' ils visitent.

Les discussions ne manquent pas non plus au CAS

Le CAS n' est pas à l' écart de ce champ de tensions, et il le connaît bien. On le perçoit actuellement dans les discussions autour du projet « Paysage alpin ». Il neRéseau des par cs suisses. Etat mai 2009. Périmètr e: schématique, en par tie pr ovisoir e. Base de la car te: Atlas mondial suisse 2004. Dessin: L es Alpes /CH.. " " .H.G RAF IK © Netzwerk Schweizer Pärke | Stand: Mai 2009 Perimeter: schematisch, teilweise provisorisch Kartengrundlage: Schweizer Weltatlas 2004 Zeichnung: ALPEN / CH.. " " H. GRAFIK Nationalpark: Kandidat Nationalpark: anerkannt Regionaler Naturpark: anerkannt Regionaler Naturpark: Gesuch oder Idee Regionaler Naturpark: Kandidat Naturerlebnispark: Kandidat Naturerlebnispark: Gesuch oder Idee Parc national: reconnu Parc national: candidature Parc naturel régional: reconnu Parc naturel régional: candidature Parc naturel régional: projet Parc naturel périurbain: candidature Parc naturel périurbain: projet

La posta dei lettori

Leserbriefe

Courrier des lecteurs

Feedback