Une aventure Kirghize Notre série consacrée à des clubistes qui se sont lancé les défis les plus fous.

En été 2013, Romaine et Thomas Salamin ont gagné le Kirghizistan en train. Ils y ont marché durant 50 jours, sur quelque 750 kilomètres.

Vu de notre fief de Vercorin, le Kirghizistan évoquait l’inconnu. Un moteur pour les assoiffés d’aventure que nous sommes. Un brin de folie et quelque 120 heures de train plus tard, nous faisions le buzz sur un marché de Karakol. Des Européens qui achètent un cheval et une chèvre? Pour repartir à pied? Un cheval, ça se monte! Le premier nous a coûté toutes nos économies, remplaçant l’âne que nous nous étions imaginé pour porter notre matériel. Mais il n’y a pas d’âne chez les Kirghizes, peuple de cavaliers! Quant à la chèvre, des nomades se sont fait une joie de l’adopter au bout de dix jours de marche. Epuisée, elle n’avait plus de lait! Pour gagner Och à pied, nous avions choisi la voie des montagnes. Il nous est arrivé de marcher durant 17 jours avant de croiser un village, synonyme de ravitaillement. Seuls au monde, nous avons passé des cols à plus de 4000 mètres, fait la rencontre d’un loup, partagé de précieux instants avec les nomades, grâce à quelques mots de russe. Des rencontres pleines de spontanéité, au bord d’une route autour d’une vodka, ou dans une yourte autour d’une cuve de lait de jument fermenté. Aurions-nous fait la fine bouche à la vue de ce breuvage infect si nous avions su ce qui nous attendait en gagnant les plaines arides? La soif d’aventure s’y est transformée en soif tout court, nous obligeant à nous rapprocher de contrées plus peuplées, avant de mettre fin à notre périple à Uzgen, quelque 60 kilomètres avant Och. Mais quel périple, et que de belles émotions!

Refaire la course

En bref:Karakol – Och, 750 km, 50 jours

Accès: En train jusqu’à Bishkek via Moscou, puis en bus jusqu’à Karakol.

Cartes (à acheter sur place): Feuilles au 1 : 200 000, éd. Goskartografia; 1 : 100 000, Kyrgyzstan Trekking Union (partie orientale)

Feedback