Une manière de penser absolument choquante

A propos de l’article «A skis au pays des ours polaires» paru dans «Les Alpes» 2/2018

Partir à la découverte de nouveaux territoires est une tendance qu’on n’arrête plus aujourd’hui, au vu de la mobilité ­actuelle. Il existe toutefois des limites qui doivent être respectées en toutes circonstances. L’obligation d’emporter avec soi une arme à feu pour abattre un ours polaire sur son territoire en cas de nécessité relève d’une manière de penser absolument choquante, et toute personne dotée de bon sens devrait répugner à s’exposer à ce risque. On peut encore comprendre que les locaux, en cas de détresse, doivent opter pour ce moyen en dernier recours. Cependant, des touristes qui s’adonnent seulement à leur loisir et pénètrent délibérément sur le territoire de cette formidable ­espèce n’ont rien à faire là. Et l’argument du tourisme et des recettes pour les locaux serait bien la pire des justifications.

En tant que membre du CAS, j’ai honte à l’idée que la tendance aventurière restreigne non seulement la liberté des bêtes, mais aille jusqu’à les abattre.

Feedback