Végétarien pour tout le monde | Club Alpin Suisse CAS

Végétarien pour tout le monde Verena Kuhle et Jochen Schirmann, gardiens de la Camona da Medel CAS

A la Camona da Medel, le couple de gardiens Verena Kuhle et Jochen Schirmann cuisine sans viande au moins deux fois par semaine pour tous les clients. Ils réduisent ainsi les émissions de CO2 de la cabane.

Le buffet de gâteaux de la Camona da Medel (Medelserhütte) CAS, située à 2524 mètres, au pied du Piz Medel, est impressionnant. Dans toutes les cabanes, les repas occupent une place prépondérante. Les hôtes ont faim après les efforts fournis pendant la journée, ou alors ils veulent faire le plein d’énergie pour la course du lendemain.

Verena Kuhle et Jochen Schirmann préparent du café, coupent des tranches de gâteau et s’affairent dans la cuisine. Au menu ce soir: des pizzoccheri. Cette spécialité de pâtes du Val Poschiavo, préparée avec des choux et des patates, est un des repas végétariens classiques avec les lasagnes aux légumes. «Comme c’est un plat complet, beaucoup ne remarquent pas qu’il ne contient pas de viande», observe Verena.

Les deux gardiens ont repris la Camona da Medel l’été passé. Une idée qui leur trottait dans la tête depuis longtemps. «Nous étions nous-mêmes beaucoup en cabanes, et nous nous disions que nous pourrions nous aussi être gardiens.» Jochen a suivi le cours de gardien de cabane avant d’effectuer un stage à la Camona da Medel. Lorsque les gardiens de l’époque ont dû arrêter brusquement leur activité pour des raisons financières, ils ont demandé à Jochen s’il voulait leur succéder.

«Tout le monde est content»

Aujourd’hui, le couple de gardiens est aux petits soins pour toutes sortes de clients. La région est connue pour la randonnée et les courses à skis sur le plateau de la Greina, non loin de là. En outre, les gardiens ont équipé à proximité de la cabane une école d’escalade et quelques voies de plusieurs longueurs avec des amis. Dans d’autres domaines aussi, ils ont des idées claires sur ce qu’ils veulent faire. «Quand nous avons commencé à réfléchir aux menus, l’idée de réduire la viande s’est très vite imposée», raconte Jochen. Si les cabanes proposent depuis longtemps un menu végétarien sur demande, ils ont voulu aller plus loin. «Deux fois par semaine, nous cuisinons végétarien pour tout le monde», déclare le gardien. Pour des raisons écologiques, mais aussi parce que cela va de soi pour eux. «Jusqu’à présent, tout le monde était content», fait remarquer Verena. Ils ne veulent toutefois pas exagérer. Par exemple, ils sont prudents avec le curry de légumes et ne préparent ce plat que s’il convient aux clients. «Les jeunes sont plus ouverts», constate Verena.

Denrées fraîches apportées par les clients

L’offre végétarienne doit bientôt être étendue. Cette évolution est facilitée par le fait qu’une part considérable des aliments frais sont désormais apportés à la cabane par les clients. Tout est préparé au magasin du village de Curaglia, et les gens peuvent prendre la marchandise dans leur sac. Verena et Jochen ont eu cette idée après une action de l’organisation de protection de l’environnement Protect Our Winters (cf. encadré).

Originaires d’Allemagne, ils se sont connus en Suisse. Les nouvelles idées, ça les connaît. Après ses études en architecture, Verena voulait partir dans un autre pays, aux Pays-Bas ou en Suisse. Et Jochen, maître d’œuvre de métier, a obtenu une place en Suisse grâce à sa sœur. Ils ont découvert ensemble leur amour des montagnes. Aujourd’hui, tous deux sont naturalisés. «Notre vie sociale est ici», relève Jochen. A la Camona da Medel, en ce moment.

Soucieux de l’avenir climatique, le CAS a décidé en 2019 déjà de soutenir l’initiative pour les glaciers, qui vise le zéro émission nette de gaz à effet de serre en Suisse d’ici 2050. Certains d’entre nous y contribuent déjà, dans leurs loisirs ou professionnellement. Nous leur consacrons une série.

Auteur

Anita Bachmann

Le geste écologique

Selon une étude suisse sur l’empreinte carbone des cabanes, la viande ne représente que 10% de tous les aliments, mais elle est responsable de près de 40% des émissions de CO2 liées à la nourriture. Etude: www.sac-cas.ch/huettenbilanzierung

«La protection du climat dans l’assiette»

En comparaison avec d’autres aliments, la production de viande présente un bilan carbone moins bon. L’élevage cause des émissions directes de gaz à effet de serre, en particulier du méthane. La production de fourrage et la déforestation contribuent aussi à ce bilan négatif. L’organisation de protection du climat Protect Our Winters (protectourwinters.ch) a pris en main cette question et a lancé le projet «La protection du climat dans l’assiette». Dans le cadre de ces actions, des denrées locales et produites biologiquement sont apportées en cabanes par les clients, on cuisine végétarien et le sujet est approfondi lors d’une conférence. De nombreuses cabanes ont déjà participé au projet. En outre, chacun peut opter pour un menu végétarien en cabane et l’indiquer dans le système de réservation des cabanes.

Feedback