Zurich perd des plantes alpines

Quand on parle des montagnes du pays zurichois, on ne se limite habituellement pas à celles du canton qui n' offre pas de sommet très élevé: celui qui atteint la plus grande altitude est le Schnebelhorn avec ses 1292 mètres. Pourtant, on trouve des plantes alpines dans le Tössbergland environnant, mais le nombre d' espèces diminue. C' est ce qui ressort d' une étude menée par deux biologistes suisses, John H. Spillmann et Rolf Holderegger 1. Sur 100 espèces de plantes alpines étudiées, 16 ont disparu entre 1905 et 2005 et 42% des espèces sont devenues plus rares dans les sites historiques de leur découverte. La comparaison sur l' espace d' un siècle a été rendue possible par la description systématique et détaillée que fit Gustav Hegi de la région, dans son travail de doctorat de 1905. Parmi les espèces disparues, on compte l' orchis vanillé ou nigritelle noire ( Nigritella nigra ) et le cirse épineux ( Cirsium spinosissimum ). Il est étonnant de constater qu' aucune différence ne s' est manifestée, quant à la diminution des espèces, entre les divers biotopes que sont les rochers, les prairies maigres, les autres espaces verts et la forêt. La diminution du nombre d' espèces pourrait être attribuée, selon les auteurs, à l' obscurcissement des forêts ainsi qu' aux modifications et à l' intensifica des modes d' exploitation agricole. Le mode d' exploitation du Tössbergland conditionnera l' évolution future de sa flore. Il semble certain que les Zurichois devront sortir de leurs frontières cantonales pour admirer des plantes alpines qui autrefois étaient indigènes dans leur canton. a Christoph Meier, rédacteur ( trad. )

Feedback