Chronique himalayenne 1979

Hinweis: Questo articolo è disponibile in un'unica lingua. In passato, gli annuari non venivano tradotti.

Treior Brahflm, Lausanne* NÉPAL

Au total, 48 expéditions « alpines » ont visite le Népal, soit 21 dans la période d' avant et 27 dans celle d' après. Les pays représentés étaient le Japon ( I expéditions ), l' Angleterre ( 7 ), les USA ( 5 ), la Pologne ( 4l' Allemagne, la France et l' Autriche ( 3 chacunela Suisse, l' Italie, l' Es et la Tchécoslovaquie ( 2 chacunel' Ar, la Norvège, la Nouvelle-Zélande et la Yougoslavie ( 1 chacune ).

Avant la mousson, le temps a été très favorable, avec un mois de mai exceptionnel et libre de grosses chutes de neige, bien que des vents violents aient sévi en haute altitude. Après la mousson, le temps a été excellent pendant la plus grande partie d' octobre et tout le mois de novembre.

Un nombre toujours plus grand d' expéditions n' ont pas eu recours aux sherpas plus haut que leur camp de base, ni à l' oxygène.

Le gouvernement du Népal accepte à présent des demandes pour des expéditions hivernales, et une expédition polonaise 1979/80 a été la première à réussir l' Everest en hiver. Il est probable que les autorités ouvriront à des expéditionsétran-gères l' accès à des montagnes jusqu' ici interdites.

Un point nous intéresse particulièrement l' au accordée par les Chinois à des expéditions « alpines » en 1980; soit, pour l' Everest, à une équipe japonaise de 30 alpinistes qui se proposent la route classique de l' arête nord et la face nord elle-même; pour le Gosainthan, 8013 m ( Shisha Pangmadont la « première » a été faite, croit-on, par une expédition chinoise en 1964 - à une équipe allemande; et pour le Kungur ( 7719 m ) au Sin-Kiang, à une équipe anglaise.

Une école de montagne sherpa a été officiellement inaugurée en septembre 1979 avec une aide yougoslave. On y donnera des cours pour la formation de guides et pour les secours en montagne.

Everest ( 8848 m ) ( 1 ) Dix-septième ascension par une expédition yougoslave, chef T. Skarja, 31 participants dont 25 alpinistes. 19 sherpas d' altitude ont pris part à l' ascension, avec Ang Phu comme sirdar, et quelque 700 porteurs ont été engagés pour le transport de 18 tonnes de matériel jusqu' au camp de base, établi le 31 mars 1979 à 5350 mètres sur le glacier de Khumbu. Une route nouvelle a été ouverte jusqu' au Lho La, et plus haut le long de l' épaule et de l' arête ouest. La descente s' est faite par la route des Américains ( 1963 ), dans la face nord et le couloir Hornbein. Cinq camps ont été établis audessus du camp de base, le plus élevé à 8120 mètres, à la date du 9 mai 1979. On a fait usage d' oxygène dans la dernière partie de l' ascension. Le sommet a été atteint:

le 13 mai 1979 par N. Zaplotnik et A.Strem-felj, puis le 15 mai 1979 par S. Belak, S. Bozik et le sherpa Ang Phu.

A la descente, Ang Phu, qui avait atteint le sommet de l' Everest le 3 mai 1978 avec une équipe autrichienne, fit une glissade et une chute mortelle de 1800 mètres en approchant du camp IV.

La première cordée du sommet est redescendue le même soir au camp IV, tandis que la seconde a bivouaqué à 8200 mètres, au retour, croisant en chemin une troisième cordée de trois qui se proposait le sommet.

Cette nouvelle route évite le passage dans la chute de séracs du Khumbu, mais elle est très redressée, difficile techniquement et exposée, avec deux passages du IVe et du Ve degré au-dessus de 8200 mètres ( camp I au Lho La à 6050 mètres; campii à 6770 mètres; campili à 7170 mètres au-dessous de l' épaule ouest; camp V à 7520 mètres ).

® Everest: esquisse montrant les différentes voies ouvertes jusqu' à maintenant, notamment l' itinéraire de l' expédition yougoslave de' 979 lì T Camp de base jjjO mètres ( .'amp I6oßO mètres Camp IIjjo mètres Camp 1117ijo mètres Camp lì7520 mètres Camp V8120 mètres. 1: Itinéraire classique par le col Sud (. ': l' oie américaine I ): Face sud, voie britannique E: Arête ouest, voie yougoslave 1 Glacier du hltumbu 2 Séracs' j Combe ouest 4 Col Sud li: Arête nord, voie des alpinistes chinoisj Sommet de l' Everest ( 8848 m ) 6 Col ..Yard 7 Glacier de Rongbuk 8 Epaule ouest g IJ10 La 10 Lhotse ( 8joi m ) x Endroit de la glissade mortelle d' Ang P/iu Une expédition, allemande en majeure partie, comprenant 8 grimpeurs sous la direction du Dr Gerhard Schmatz, a réussi la dix-huitième ascension. Les 8 participants, plus 5 sherpas, ont atteint le sommet en suivant la route « normale » par le col Sud et l' arête SE. On a fait usage d' oxygène des le col et au-dessus. On a eu recours à Io sherpas d' altitude et à 9 porteurs au-dessus du camp de base pour passer la chute de séracs du Khumbu. Camp de base établi le 25 août, camps I et II les 4 et 7 septembre; campili le 11 septembre et camp IV au col Sud le 24. Ont atteint le sommet:

le Ier ocotbre 1979, G. Schmatz, H. Warth, H. von Kaenel ( Suisse ) et les sherpas Pertemba et Lakhpa Gyalsen; le 2 octobre 1979, T. Fischbach, G. Kaempfe, Mme H. Schmatz, R. Genet ( un Suisse établi aux USA ), N. Banks ( Néo-Zélandaise ) et les sherpas Ang Phurba, Sundare et Angjambu.

A la descente, en bivouaquant aux environs de 8300 mètres, R. Genet est mort d' un arrêt du cœur dans la nuit du 2 au 3 octobre. Mme Schmatz a succombé au froid et au manque d' oxygène lors d' une tentative de descente le matin du 3 octobre. Les circonstances qui ont entouré la descente du deuxième groupe du sommet ne sont pas claires. Il semble que 3 Européens et 2 sherpas sont descendus le soir même du 2 octobre au camp de base avancé, tandis que Mme Schmatz et R. Genet, accompagnés du sherpaSun-dare, annonçaient au moyen de leur radio portative qu' ils étaient incapables d' en faire autant et se proposaient de bivouaquer sur l' arête SE, malgré le fait qu' ils ne portaient pas l' équipement de bivouac approprié. Le mauvais temps est survenu à la tombée de la nuit. La suite du récit a été faite par Sundare, qui est descendu seul, le 3 octobre, et a perdu quatre orteils à la suite de gelures.

( 3 ) L' alpiniste anglais Doug Scott a reçu l' auto de gravir l' Everest après les Allemands. Toutefois, aucune tentative n' a été faite, le principal effort de son équipe s' étant concentré sur le Nuptse.

( 4 ) Première ascension hivernale Une expédition japonaise forte de 20 participants, ayant pour chef Andrzej Zawada, a dressé son camp de base au pied de la chute de séracs de Khumbu, en décembre 1979. Par la voie de la première ascension, un camp IV a été placé au Col Sud, à 7960 m, le 13 février 1980. Six sherpas ont été employés plus haut que le camp de base, avec Pemba Norbu comme sirdar. Une tentative échoua le 15 février devant la violence du vent et la tempête de neige. Le 17 février deux grimpeurs, Leszek Cichy ( 29 ans ) et Krzysto Wielicki ( 30 ans ) se mirent en route avant le lever du soleil, partant du Col Sud. En dépit de la neige fraîche et des conditions tempétueuses, ils atteignirent le sommet à 14h.40. Ils ont fourni là un effort exceptionnel. Au-dessus du col, la température oscillait entre -40 et -50 degrés centigrades. Profitant de l' expérience acquise dans leur hivernale au Lhotse deux ans plus tôt, les Polonais étaient bien équipés pour affronter les froids extrêmes.

Les deux grimpeurs qui ont atteint le sommet avaient à leur actif un impressionnant tableau d' ascensions en Europe, dans l' Himalaya, le Karakoram et l' Hindu Kush.

Kangchenjunga ( 8598 m ) Troisième ascension par une expédition légère comprenant 3 Anglais, Joe Tasker, Peter Boardman et Doug Scott, plus un Français, Georges Bettembourg. Sans emploi d' oxygène nouvelle par le NE, du glacier du Kangchenjunga au col Nord, puis par l' arête nord. Etaient de la partie 2 sherpas d' altitude, soit Ang Phurba, qui a porté des charges au col Nord, et Nima Tenzing, qui a fait de même au camp II. Après une marche d' approche de 18jours, l' équipe a dressé son camp de base, le 4 avril, à Pangpema, à 5000 mètres, sur le glacier du Kangchenjunga. Il a fallu deux semaines pour fixer 1000 mètres de cordes entre le camp II, au pied du col Nord, et ce col lui-même, dans une face très raide moitié ro- cher, moitié glace. Le camp III a été établi au-dessus du col, à 6900 mètres. Cette face a été comparée par les grimpeurs à l' éperon NE des Droites. Le camp IV comprenait une grotte de glace creusée sous l' arête nord, à 7470 mètres. Elle fut occupée le 2 mai. De là, deux tentatives ont été faites vers le sommet, les 4 et 12 mai. Elles ont échoué par la faute de vents soufflant en ouragan à la vitesse de 100 à 150 kilomètres à 1' heure. Le 16 mai, partant vers 8 heures du matin d' un bivouac situé dans une rimaye à 8000 mètres environ, Scott, Boardman et Tasker ont gravi les derniers 600 mètres pour atteindre le sommet à 17 heures. De là-haut, ils ont joui au coucher du soleil d' une vue magnifique, et malgré le manque d' oxygène ont décrit cette journée comme un véritable plaisir ( « a very enjoyable day » ). Ils ont regagné leur bivouac à 21 heures, et, le 18 mai, tout le monde était de retour sain et sauf au camp de base. Le coût total de l' expédition a été de 10000 livres sterling, dont trois quarts assumés par les grimpeurs eux-mêmes. Crest un exemple remarquable du nouveau type d' expédition légère sur une montagne de première importance.

Lhotse ( 8511 m ) Expédition autrichienne de to grimpeurs, dont une femme ( Suissesse ), sous la conduite d' Erich Vanis. Seize sherpas engagés avec le sirdar Dawa Tenzing.

La troisième ascension a été réalisée par l' ouest, en prenant pour voie un grand couloir pareil à celui emprunté par les Suisses en 1956 et les Allemands en 1977.

Camp de base établi le 27 mars à 5400 mètres, sur le glacier de Khumbu. Camp I à 6030 mètres et camp II à 6560 mètres, en franchissant la chute de séracs du Khumbu. Le 20 avril, le camp III a été placé à 7350 mètres, à mi-hauteur de la face du Lhotse, et le camp IV, le 30 avril, à 7850 mètres, sous le couloir.

Le 5 mai, partant tardivement du camp IV, à dix heures et demie, à cause du temps incertain, W. Axt et H. Ladreiter ont atteint le sommet à cinq heures de l' après, rentrant à la nuit au camp IV. Les deux grimpeurs ont subi de graves gelures aux orteils et aux doigts.

Le 9 mai, une nouvelle tentative vers le sommet a été faite, du même camp, par R. Goschl, H. Schell, E. Vanis et Dawa Tenzing, ainsi que Ruth Steinmann et Pasang Temba. A une heure et demie de l' après, ils étaient arrêtés vers 8250 mètres par une violente tempête de neige. Il leur a fallu 5 heures de lutte pour regagner le camp IV.

Le to mai, B. Klausbruckner et le Dr I. Exnar ont atteint le sommet à 7 heures du soir, par beau temps, mais mauvaises conditions de neige. Ils ont bivouaqué cette nuit-là aux environs de 8000 mètres. Ils étaient de retour le lendemain matin à 9 heures, sans qu' une nuit de grand froid ait eu de fâcheuses conséquences. On a fait usage d' oxygène dans l' ascension au-dessus du camp III.

( 2 ) La quatrième ascension a été réussie par une expédition polonaise de 20 grimpeurs. Chef: Dr Adam Bilczewski. Pas de sherpas employés au-dessus de la base. La route semble avoir été presque la même que celle des Autrichiens, par l' ouest, avec un total de 4 camps, le plus élevé situé à 7850 mètres. Le sommet a été atteint par 8 grimpeurs:

le 7 octobre 1979, J. Kukucka, A. Heinrich; le 8 octobre, J. Skorek, A. Czok; le 9 octobre, D1' Bilczewski, J. Baranek, S. Cholewa, Robert Xiklas ( Allemand ).

On croit savoir que les première et deuxième équipes du sommet n' ont pas fait usage d' oxygène, au contraire de la troisième.

Nuptse ( 7879 m ) Une équipe de quatre, comprenant les trois Anglais Doug Scott ( qui a fait une tentative par le nord en octobre 1978 ), Alan Rouse et Brian Hall, et le Français Georges Bettembourg, a réalisé la première de la face nord, en style alpin. C' était la deuxième ascension du sommet principal du Nuptse.

Les quatre grimpeurs, sans appui de sherpas ni apport d' oxygène, ont porté chacun deux charges dans la Combe ouest ( Western CWM ), sous la face SW de l' Everest. De la combe au sommet et retour en 6 jours. Sommet atteint le I g octobre 1979. La route a emprunté un pilier de la face nord conduisant directement de la CWM au sommet principal. Sa difficulté technique a été comparée, en plus long, à la voie Major dans la face de la Brenva du Mont Blanc. En tout point, c' est là une performance d' une beauté exceptionnelle. Coût de l' expédition, 8000 livres sterling, y compris pour une tentative manquée au Kangtega par Hall, Rouse et Rab Carrington, et pour une ascension du sommet nord du Kusum Kang Guru par l' arête nord, par Scott, Bettembourg et Mike Covington.

Jannu ( 7710 m ) Situé près de la frontière Sikkim-Népal, ce sommet a été gravi trois fois: deux ascensions par le sud, par des Français, en 1962, et des Anglais, en 1978, tandis qu' une équipe japonaise faisait chemin par la face nord en 1976, en suivant une route tentée premièrement par des Néo-Zélandais en 1975. Une expédition tchèque forte de 16 hommes, chef Ivan Galfy, a lance une attaque cette année par l' éperon SW. Camp de base établi le 19 avril 1979 a 4400 mètres, sur le glacier de Yamatari. Campi le 20 avril 1979 à 4850 mètres. On a du faire face à des conditions difficiles dans la chute de séracs entre le camp I et le camp II, qui fut établi le 24 avril 1979 à 5300 mètres. Le 2 mai 1979,le campili fut placé sur l' arête à 5800 mètres, et le camp IV à 6400 mètres le 9 mai ig7g. Pour la sécurité, la route fut entièrement équipée de cordes fixes. Le 15 mai, le camp V, à 700 mètres, était occupé par deux équipes, Kris-sak/Martis et Petrik/Spanik, lesquelles lancèrent une tentative vers le sommet le 16 mai 1979. Des vents violents et la neige les arrêtèrent à 7300 mètres. Une deuxième tentative par Kris-sak/Martis, le 20 mai, échoua de même par la faute du mauvais temps aux environs de 7450 mètres, tandis qu' une troisième, de Stelban-sky et Spanik, était acculée à la défaite, le 24 mai 1979, par la violence des vents soufflant à 100 kilomètres à l' heure. Quatre jours après son retour au pays, Krissak était tué dans un accident d' héli en prenant part à une opération de secours dans les Hautes Tatras.

Makalu II ( 7640 m ) Une expédition mixte germano-suisse de Io grimpeurs, chef G. Lenser, a gravi cette montagne par une voie qui semble correspondre à celle de la première ascension par les Français en 1954, par le col Nord et l' arête Est. Douze sherpas ont été employés au-dessus du camp de base établi le 8 septembre J979- Du camp IV, place à 7460 mètres le 8 octobre 1979, quatre équipes ont atteint séparément le sommet les q, 12, 15 et 17 octobre. Au total 5 Suisses, r Américain, 2 Allemands et 8 sherpas.

Numbur ( 6954 m ) Une expédition organisée au Népal par un ingénieur suisse, Jacques Bovier, qui vit au Népal, et comprenant 7 Suisses, 4 Népalais ( dont 3 sherpas ) et un médecin néo-zélandais, a fait en mai/juin la deuxième tentative sur cette montagne par le SW en suivant une route difficile ( première tentative par des Japonais en 1963 ). Le mauvais temps les a fait échouer à 150 mètres environ sous le sommet.

( i)Ama Dablam ( 6856 m ) Une expédition américaine de 16 membres, financée par une compagnie américaine de radio et télédiffusion, avait pour double objectif l' ascen de l' arête sud et la descente de l' arête nord avec la réalisation d' un film de long métrage sur la course. On a eu recours à trois sherpas d' altitude.

Le chef de l' expédition, Roger Brown, est un cinéaste, et Tom Frost était le chef des grimpeurs. L' arête sud a été réussie, le sommet atteint le 22 avril 1979 par 8 grimpeurs, y compris l' Anglais Martin Boysen et le sherpa Lakpa Dorje. Le 25 avril 1979, deux autres alpinistes ont atteint le point culminant. Le 30 avril 1979, Jeff Lowe, qui était au sommet le 22, y retourna seul alors qu' il gravissait de nouveau la montagne pour replier le camp supérieur. On a appris qu' un film très réussi de l' expédition avait été réalisé.

( 2)Ama Dablam ( 6856 m ) Six guides français conduits par Raymond Renaud, avec une équipe de soutien de 7 hommes et l' assistance de 5 sherpas au-dessus du camp de base, ont gravi la montagne par l' arête nord, en 4 équipes réparties sur 4 jours, du 21 au 24 octobre. Le chef est monté trois fois au sommet, en des jours différents, et 3 sherpas ont, eux aussi, atteint le sommet.

( 3 ) Ama Dablam ( 6856 m ) Peter Hillary, 25 ans, fils de Sir Edmund Hillary, était le chef d' une équipe néo-zélandaise de 4 hommes pour une tentative par la face ouest. Le 24 octobre 1979, l' équipe tout entière a été prise dans une avalanche vers 6100 mètres. L' un des participants, Ken Hyslop, fut tué, deux autres vilainement contusionnés. Hillary eut un bras cassé et un pied blessé. Une expédition autrichienne qui se trouvait en même temps sur la montagne a apporté une aide très efficace à l' équipe malheureuse dans sa descente.

( 4 ) Ama Dablam ( 6856 m ) Wolfang Nairz était le chef d' une expédition autrichienne de 5 hommes, parmi lesquels Reinhold Messner, qui a fait une tentative à l' arête ouest.

( 1 ) Kangtega ( 6779 m ) Une équipe de jeunes Japonais, chef K. Yuda, comprenant 4 grimpeurs et un médecin, a réussi à ouvrir une nouvelle voie dans la face nord. En partant d' un camp de base établi le 5 avril sur le glacier de Hinku Nup, à 5300 mètres, un couloir exposé aux avalanches fut emprunté sur 700 mètres et gravi le 19 avril 1979. De là, en suivant l' arête nord, M. Ishibashi et K. Takeuchi atteignirent le sommet le 2 I avril 1979, après un bivouac à 6400 mètres. Lors d' un accident sur l' arête, K. Yuda a survécu en demeurant pendant 52 heures dans une crevasse avec une cheville et un doigt cassés. Aucun sherpa n' a été engagé au-dessus du camp de base.

( 2 ) Kangtega ( 6779 m ) En septembre, une cordée de trois Anglais, Rab Carrington, Alan Rouse et Brian Hall, a fait deux tentatives de style alpin, la première par l' arête NE, la seconde par l' arête N. L' altitude de 5800 mètres a été atteinte, mais le mauvais temps a impose le retour. Plus tard, Rouse et Hall faisaient le Nuptse.

Thamserku ( 6608 m ) ( i)Un groupe de g Japonais, chef T. Kimura, a fait la première ascension de la face SW, qui comprend près de i 1800 mètres de cannelures de glace. Les grimpeurs ont atteint la face à partir d' un col de l' arête ouest, juste au-dessous duquel ils ont placé leur camp II, à 6300 mètres. Plus haut, un troisième camp, à 6400 mètres, et un bivouac ont été nécessaires pour venir à bout de la dangereuse voie en lame de couteau. Le sommet a été atteint le 28 avril 1979 par S. Kimura et S. Hosogai. Pas de recours à des sherpas-alpinistes.

( 2 ) Une autre équipe japonaise de 4 jeunes grimpeurs et d' un médecin, chef S. Suzuki, a choisi une route dans la face nord en empruntant, des trois piliers de cette face, celui du milieu. Le groupe tout entier s' est élevé dans la face, en bi- vouaquant à 5700, 5900 et 6 o mètres, par des pentes de neige et de glace très raides, pour atteindre une hauteur de 6300 mètres. C' est là, le 27 avril 1979, que la maladie d' un des grimpeurs contraignit à la retraite. Cette voie est jugée pareille à la face nord des Grandes Jorasses. Pas de sherpas plus haut que le camp de base.

Gaurishanker Nord ( 7145 m ) Située sur la frontière entre Népal et Tibet, cette montagne qui a grande apparence possède, pour la population du Rolwaling Himal, qui vit dans son flanc sud, une signification religieuse profonde, et porte pour elle le nom de Tseringma. Les flancs nord et est sont situés au Tibet. Ils offriraient des voies d' ascension plus faciles que le côté népalais. Six tentatives ont été faites sur cette montagne avant sa « fermeture » aux expéditions, en 1964. Elle a été « ouverte » en 1978 parmi les sommets du groupe II, qui sont réserves aux expéditions réunissant des Népalais et des étrangers. La première ascension, par une voie techniquement difficile, directement dans la face ouest a été réussie le 8 mai 1979 par deux membres d' une expédition népalo-américaine, John Roskelley et le sherpa Dorje. Cette expédition comprenait 5 Américains et 5 Népalais ( sherpas ) avec Al Read et le sherpa Pertemba comme leaders-asso-ciés. Le camp de base fut place à 4900 mètres, le 12 avril 1979, à l' ouest de la montagne. Trois camps furent installés dans la face à 4900, 5880 et 6490 mètres, et la route assurée de bout en bout par des cordes fixes. La moitié supérieure est comparable en raideur et en difficulté à la face nord de l' Eiger. Maladie ou blessure ont interdit une seconde expédition au sommet. L' un des grimpeurs avait des gelures aux orteils, un autre dut rejoindre Katmandou avec un oedème pulmonaire.

Gaurishanker sud ( 7010 m ) Une expédition légère britannique a fait la première ascension le g novembre 1979 par l' arête ouest, longue de 4 km. L' équipe comprenait Peter Boardman ( chef ), John Barry, Tim Leach, avec Guy Neithardt ( guide suisse de Leysin ), et Pemba Lama ( sherpa ). Départ de Katmandou le 28 septembre avec 48 porteurs pour les to jours de marche jusqu' au camp de base, établi le 8 octobre à 4900 mètres à l' endroit même utilisé par l' expédi d' avant. Une base avancée fut établie à 5300 mètres, au pied de l' arête ouest, et fut approvisionnée de vivres pour 20 jours afin d' évi la nécessité d' autres descentes. L' ascension prit 23 jours. Des cordes fixes furent placées, puis ôtées pour être disposées plus haut à mesure que l' équipe progressait. Le 24 octobre, le camp I Nid d' Aigle était planté à 5500 mètres. De là, une escalade de 3e et 4e degré conduisait au camp II situé sur un sommet pointu, à 6037 mètres. Au-dessus, une arête cornichée, longue d' un kilomètre, conduisait au camp III, à 6100 mètres, qui fut établi le 3 novembre. Le 5 du même mois, Barry fut arrache de l' arête par le vent et fit une chute de 60 mètres avant d' être retenu par la corde fixe. Avec un poignet brisé et un genou blessé, il rentra au camp II, on il insista pour que l' ascension continue, refusant de toucher aux vivres qui se faisaient rares. Le 8 novembre, Boardman, Leach, Neithardt et Pemba se mirent en route pour le sommet, munis d' un réchaud, mais sans équipement de bivouac. Après avoir force 9 passages de rocher et de glace, ils bivouaquèrent dans l' obscurité sur des séracs, au bord du plateau sommital. Le g novembre à 9 heures du matin, ils atteignaient le but, s' arrêtant à un mètre sous le point culminant en signe de respect. La descente prit trois jours et fut réussie sans graves problèmes, même pour Barry, le blessé. Le coût total de l' expédition a été de 6600 livres sterling.

Ganesh II ( 7150 m ) Une expédition mixte comprenant 6 Japonais et 2 Népalais, Ningma Tenzing et Pemba Tshering, a réussi la première l' ascension par la face nord, après avoir essayé l' arête SE, qui fut trouvée trop difficile. Six sherpas ont été employés au-des- 28 Chronique himalayenne. Le K2 ( 8610 m ) vu du sud- ouest: Itinéraire et camps de l' expédition française igyg. A gauche: arête ouest. A droite: arête des Abruzzes Photo: Y. Seigneur 29 Le Muptse ( y8yg m ). Face nord, vue de la Combe ouest Photo: A. Rouse 30 Le Gaurishankar145 m ) vu du nord-ouest Photo: Al Read sus du camp de base. Le sommet a été réussi le 19 octobre 1979 par le Dr H. Ogura, Pemba Tshering et Dawa Norbu; le 20 octobre 1979 par le Dr Ogura ( de nouveau ) avec M. Maeda, S. Egu-chi, Mingma Tenzing et Tendi; enfin, le 21 octobre 1979, par T. Kitahara et M. Yoko.

( 1 ) Manaslu ( 8156 m ) Une équipe de six Italiens, chef Lorenzo Massarotto, a fait une tentative par l' arête est, tentée par des Français en 1977 et non encore gravie. L' entreprise a été abandonnée vers 7500 mètres, le 15 mai, à la suite de gelures subies par deux grimpeurs et après qu' ils eurent été pris par une avalanche.

Cette montagne a été gravie sept fois ( première ascension japonaise en 1956 ), 5 fois par la voie ouverte par les Japonais à partir du NE, une fois du NW et une du SW.

( 2 ) Manaslu ( 8156 m ) Une autre tentative a été faite par l' arête est, par une équipe argentine comprenant 7 grimpeurs plus 4 autres participants, chef V.Guil-lerma. Après l' installation d' un camp III vers 6500 mètres, le 8 octobre 1979, abandon à cause du mauvais temps et du danger d' avalanches.

( 3 ) Manaslu Nord ( 7157 m ) Une expédition tchèque de 10 grimpeurs, chef V. Krupicka, a réussi l' ascension de cette montagne par l' arête nord. Un seul sherpa employé plus haut que la base. Sommet atteint le 16 octobre 1979 par J. Cervinka et O. Srovnal, et le 18 octobre 1979 par V. Krupicka et le Dr M. Novotny.

Peak 29 Ce sommet, situé dans le groupe du Manaslu, a été gravi pour la première fois le ig octobre 1970 par l' est, par deux membres d' une expédition ja- 31Le JVanga l' arbat ( 8i2j m ). Face sud-ouest ( Diamir ). Itinéraire et camps de l' expédition autrichienne igy8 Photo: R. Wurzcr 32Le Jannu ( yyw m ). Eperon sud-ouest. Itinéraire et camps de l' expédition tchèque igyg. ( x ): point le plus élevé atteint par l' expédition: IvanGalfy 33Le Kangehenjunga ( 8$g8 m ) vu du nord-ouest. Col et arête nord, itinéraire de l' expédition britannique igyg Photo: Doug. Sccitt ponaise qui moururent à la descente. En 1978 une équipe japonaise a échoué dans une tentative sur le flanc SW. En cette saison 1979, une équipe polonaise de six, chef Ryszard Szafirski, a fait la deuxième ascension de la montagne, la première par le NW, R. Gajewski et M. Pawlikowski atteignant le sommet le 7 mai 1979. Pas de sherpas employés plus haut que la base. Les grimpeurs avaient essayé d' abord la face ouest, mais jugèrent trop grand le danger d' avalanches. Etant donné l' extrême difficulté technique de la face NW, plus de 1500 mètres de cordes ont été fixés le long de la voie d' ascension. L' escalade sommitale a été réussie à partir du camp III, à 7500 mètres un parcours fait de passages difficiles de rocher et de glace. Les 30 derniers mètres comprenaient un pas du 5e degré en rocher.

( 1 ) Annapurna I ( 80911 ) La voie originale des Français par le nord ( 1950 ), bien que devenue apparemment l' une des ascensions les plus « faciles » pour un sommet de 8000 mètres, a cette saison coûté la vie à quatre personnes encore. Deux expéditions séparées d' avant la mousson quittaient Katmandou les 4 et 13 mars. La première, 6 Français sous la conduite du guide Jean-Louis George, comprenait 3 sherpas d' altitude. L' objectif principal était la descente à ski de la face nord depuis le sommet. Le 30 avril 1979, Yves Morin et Henri Sigayret atteignaient le sommet ( 6e ascension ). Morin a péri au cours de sa descente à ski, sans doute par strangulation, empêtré dans une corde fixe détendue.

( 2La deuxième expédition comprenait un groupe de 12 Japonais, chef H. Yagi, avec 12 sherpas. Par la même route, deux grimpeurs ont atteint le sommet ( 7e ascension ), à savoir S. Tanaka et le sherpa Pema.

( 3 ) Une expédition américaine d' après ( 8 hommes, chef Robert Wilson ) a fait une tentative par la même voie. Le camp IV, d' où l'on pensait lancer l' attaque sommitale, fut établi le 18 septembre 1979 et occupé par les Américains 34 Le Fang Peak ( 7646 m ) dans le massif de l' Annapurna. Arête ouest vue du nord et itinéraire de l' expédition autrichienne igyg. L' ascension fut abandonnée après la glissade et la chute mortelle de H. Obernosterer, entre les camps V et IV 35 Latok I ( 714J m ) et Latok III ( 6ç46 m ), deux sommets réussis par les Japonais en igyg Phom: M. Hara M. Cohick et G. Harder, ainsi que par l' alpiniste anglais Eric Roberts. Le 19 septembre 1979, une avalanche engloutit le camp, tuant les trois grimpeurs.

Annapurna II ( 7937 m ) Trois grimpeurs anglais, Paul Moores, David Burgess et Adrian Burgess, accompagnés de 2 sherpas, ont place un camp de base le 14 septembre 1979, puis 5 autres camps le long de l' arête ouest. Tentative abandonnée le 18 octobre 1979 aux environs de 7150 mètres.

Annapurna III ( 7555 m ) Une équipe anglaise de 7 personnes ( chef R. Rutland ) a réussi l' ascension de ce sommet par une voie nouvelle de la face SW et par l' arête ouest. On a engagé seulement 2 sherpas, qui sont restés à la base. L' expédition a quitté Katmandou le 5 octobre 1979. Deux grimpeurs ont atteint le sommet le 6 novembre 1979, à savoir Linda Rutland ( l' épouse du chef ) et John Whittock. Le camp III était situé à 5800 mètres. Plus haut, on a fait usage de bivouacs. Cette ascension est probablement la quatrième ( 1961, exp. indienne; 1970, japonaise; 1977, italienne ).

Annapurna IV ( 7525 m ) Tentative sur une nouvelle voie par l' arête NW par une expédition espagnole de 15 personnes, chefs conjoints M. Zabaleta ( Espagne ) et C. Ruh-lor ( USA ). 5 sherpas d' altitude. Point le plus élevé atteint le 25 octobre 1979, à 6780 mètres.

Annapurnasud ( 7291 m ) Une expédition polonaise de 15 hommes, chef Jerzy Pietkiewicz, a réussi ce sommet par une voie nouvelle dans la face ouest, mais elle a éprouvé divers malheurs. Neuf des membres qui faisaient route en camion vers le Népal avec tout l' équipe 36Le Gaurishankar: Arête ouest du sommet sud ( joio m ). Première ascension ( en îgjg ) de cette longue arête de 4 km par une expédition légère britannique à laquelle participait le guide suisse Guy Neithardt, de Leysin. Les novembre, l' alpiniste John Barry fut arraché de l' arête par le vent et fit une chute de 60 m avant d' être retenu par une corde fixe.

O = bivouacl' hmuiPflrrBoarrlman 37S' élever au milieu de cathédrales de glace: séracs de la Jonction ( Mont BlancPhoto: Gaston R.buHai ment n' étaient pas arrivés six semaines plus tard, si bien que les six autres participants ont dû partir seuls, après avoir acheté un peu de matériel au Népal. Les deux groupes se sont réunis plus tard au camp de base. Lors d' une reconnaissance dans la face NE, Joseph Koniak a fait une chute mortelle dans la face est, le 15 avril. Sur les quatre grimpeurs qui ont fait le détour pour chercher le corps dans cette face, deux ne sont pas revenus.

Le 2 mai, deux grimpeurs ont atteint le sommet, à savoir K. Smieszko et K. Wielick.

( En mai 1978, une expédition japonaise avait tenté la paroi est, mais vers 5910 mètres, la neige fraîche et les difficultés techniques l' avaient arrêtée. ) ( 1 ) Fang Peak ( 7647 m ) Montagne située dans le groupe de l' Anna. Tentative en avril/mai par une équipe de 8 du Tyrol oriental, chef Sepp Mayerl. De la Miristi Khola, une approche fut faite par le nord en direction de l' arête ouest, sur laquelle furent placés 4 camps ( C II à 5700 m, C III à 5700 m, C IV à 5800 m, C V à 6600 m ). Cette voie, d' une difficulté technique soutenue, n' avait jamais été tentée auparavant. Abandon le 2 mai, après la glissade et la chute mortelle de H. Obernosterer ( 26 ans ), sur 2000 mètres, à la descente, entre les camps V et IV.

( 2 ) Fang Peak ( 7647 m ) L' arête SE, atteinte par l' est, a été choisie comme voie d' ascension par une expédition italienne de 20 participants, chef A. Bergamaschi. Tentative abandonnée le 3 octobre 1979, la voie étant jugée trop dangereuse.

TiLicHO ( 7132 m ) Sommet du groupe de l' Annapurna, dominant un lac du même nom, situé à son pied nord. Cette montagne a été « ouverte » aux expéditions étrangères en 1978. Une petite équipe française en a fait alors, en octobre 1978, l' ascension en style alpin avec un seul camp au-dessus du camp de base. Une deuxième ascension a été réalisée par un groupe de 8 Japonais, chef Y. Yakushi, avec 3 sherpas-alpinistes. Leur voie a suivi l' arête nord, tandis que la route des Français, d' abord sur l' éperon NE, finissait par l' arête nord.

L' équipe est partie de Pokhara le 22 mars avec 65 porteurs, faisant route par la vallée de Marsyandi. Le camp de base a été établi le 3 avril à 4200 mètres, sur la rive ouest du lac de Tilicho. Entre les camps I et II ont été fixes 1800 mètres de cordes. Le 24 avril, le campii était dressé à 6000 mètres. Le 26, T. Araki et H. Yamamoto avec le sherpa Mingma Tenzing atteignaient le sommet après une nuit dans un bivouac de neige aux environs de 6900 mètres. Le même jour, leja-ponais Y. Ohe et le sherpa Nawang Yonde, partant du camp II, gagnaient le sommet après Io heures d' ascension.

NiLGiRi Nord ( 7061 m ) Deux Japonais, K. Ishikawa et N. Takeda, avec un seul sherpa-alpiniste, ont essayé une voie nouvelle par la face SE, mais ont abandonné le 30 septembre 1979 au-dessus de leur deuxième camp, à 5900 mètres.

NiLGRi Central ( 6940 m ) ( 1 ) Première ascension par une expédition japonaise, 7 hommes, chef Masaki Aoki. Camp de base dans le bassin de la Miristi Khola. Route suivie: par l' arête SE à l' arête sud. Sommet atteint le 30 avril 1979 par K. Sakata et Y. Tsuda, et le Er mai 1979 par M. Aoki, J. Yuyama et T. Hamada. On avait engagé trois sherpas-alpinistes.

( 2Une deuxième expédition japonaise de 10 grimpeurs, chef T. Nishimura, a fait une tentative par la face ouest. Abandon le 25 octobre 1979 aux environs de 6000 mètres.

Dhaulagiri ( 8167 m ) ( i)Expédition espagnole, chef Gregorio Ariz, comprenant 18 grimpeurs et 5 sherpas d' altitude. Sommet atteint ( 7e ascension ) par la voie de la première ascension, l' arête NE, à la date du 12 mai 1979, par I. Aldaya, le Dr F. Garayoa, G. Plaza, J. Pons et le sherpa Ang Rita.

( 2 ) Expédition franco-suisse, chef Sylvain Saudan, comprenant un grimpeur suisse et 4 français, 2 cameramen français, 2 journalistes, I médecin français, i cuisinier français. Le projet primitif était de monter par l' arête NW pour que Saudan puisse réaliser la descente à ski de la face nord, qui a été le théâtre de cinq tentatives d' ascension entre ig53 et 1958. Ce plan fut abandonné plus tard et l' équipe suivit les Espagnols en gravissant l' arête NE, atteignant le camp V, à 7600 mètres, le 1 o mai, et restant là trois jours. Dans la nuit du 13 au 14 une violente tempête se déchaîna sur le camp et les deux guides français, Eric Poumail-loux et le Dr Jean-Louis Sabarly, périrent, leur tente ayant été balayée par une avalanche. Tandis que le reste de l' expédition faisait retraite, le sherpa Pemba disparut sans que personne l' eût remarque. Finalement, quatre jours plus tard, Saudan, Ollagnier et Valencot atteignaient le camp de base, souffrant de gelures. Un hélicoptère les transportait dans un hôpital de Katmandou.

( 3 ) Une tentative a été faite dans la face nord par une expédition de 18 Polonais, chef Dr G. Ma-laczynski. 16 sherpas employés au-dessus du camp de base. Une altitude de 7800 mètres a été atteinte le 3 octobre 1979, et de nouveau entre les 12 et 14 octobre, mais le mauvais temps et le vent violent ont contraint à l' abandon le 15 octobre 1979. Les points les plus élevés atteints précédemment par le nord sont: 7620 m ( les Suisses, 1953 ) et 7920 m ( expédition argentine, 1954 ).

( 4 ) Dhaulagiri II ( 7751 mDhaulagiri III ( 7715 mDhaulagiri V ( 7618 m ) Une équipe japonaise forte de 20 personnes, sous la conduite du seul membre féminin, Mme Dr M. Takahashi, employant i 7 sherpas d' altitude avec 2 sirdars, Mingma Tenzing et Lapka Tenzing, a réussi la traversée des trois sommets du Dhaulagiri, parcourant une distance de quelque 25 kilomètres de la base à la base. En partant d' un camp de base commun établi le 3 septembre 1979 à 4900 mètres, il semble que deux groupes de 4 camps aient été disposés, un à chaque extrémité de la traversée, durant le mois de septembre.

Le I i octobre 1979 deux Japonais, O. Shigeto et O. Yoshitomi, avec un sherpa, ont quitté la base pour gravir le D(haulagiri ) II, traverser sur D V, rentrer à la base le 17 octobre 1979. Le i 1 octobre 1979, 5 Japonais, K. Komtsu, Y. Koga, C.Ta- kayashi, N. Koji, S. Araki ont quitté la base pour gravir le D V, traverser sur D III et D II, rentrer à la base le 18 octobre 1979. Les deux groupes se sont rencontrés quelques instants, le 15 octobre 1979, entre D III et II. Ils ont eu la chance de jouir du beau temps durant la traversée.

PUTHA HlUNCHULI ( 7246 m ) Le DAV de Munich, qui a organisé en 1978 une ascension automnale de ce sommet, a récidivé en 1979. On a forme deux groupes séparés, l' un de 14 personnes, menant leur entreprise entre le 7 et le 27 octobre; l' autre de 12, entre le 22 octobre et le i i novembre. Cinq sherpas ont été employés plus haut que le camp de base. En suivant la route de l' année précédente par la face et l' arête sud, 6 Allemands et 3 sherpas ont atteint le sommet entre le 18 et le 20 octobre, puis 6 Allemands et 3 sherpas ont fait de même entre le 3 et le 7 novembre.

Kanjiroba ( 6882 m ) Une équipe japonaise de 6, chef A. Inenaga, employant 4 sherpas plus haut que le camp de base, a gagné le sommet principal par une voie nouvelle empruntant l' arête NW, par laquelle on suppose qu' il a fallu escalader le sommet nord ( 6860 m ) pour atteindre le sommet principal.

L' expédition a joui du beau temps, mais a dû affronter de forts vents. Le 4 novembre 1979 S. Matsunaga, W. Takasaki, K. Yada et le sherpa Ang Temba ont atteint le sommet.

KARAKORAM Région du Baltoro K.2 ( 8610 m1 ) La quatrième ascension a été réalisée le 12 juillet 1979 par R.M.essner ( Tyrol du Sud ) et M. Dächer ( Allemagne ). C' était la troisième par l' arête SE, voie originale des Italiens en 1954, et la deuxième sans oxygène. En effet, deux des quatre Américains qui ont fait la première par l' arête NE en 1978 n' y ont pas eu recours eux non plus. C' étaient Roskelley et Reichardt. L' équipe de Messner, six participants, comprenait F. Mutschlechner ( Tyrol du Sud ), R. Schauer ( Autriche ) et les Italiens A. Gogna et R. Casarotto. Une seconde tentative vers le sommet, entreprise le i3Juillet 1979 par Schauer, Mutschlechner et Gogna, dut être abandonnée à cause de la tempête. Un reporter du Spiegel accompagnait l' expédi, entourée de beaucoup de publicité; mais le projet original de Messner, qui était d' essayer une voie nouvelle par le SW, qu' il baptisait la Ligne Magique, fut abandonné. Expédition de dimension moyenne mais fort coûteuse, au total 204300 DM ( faites la comparaison avec les dépenses de l' équipe de quatre qui a ouvert une nouvelle route au Kangchenjunga, et sans oxygène ). Le camp de base a été établi le 20 juin à 4950 mètres, et le campili à 7350 mètres, le 6 juillet, la voie étant munie d' un assurage de cordes fixes. Prenant ensuite avantage d' une période de beau temps, Messner et Dächer se mirent en route le 8 juillet de la base au camp I ( à 6100 mleg, au camp II ( à 6680 mle i o, au camp III ( à 7350 mle I jusqu' à un bivouac à 7910 mètres. De là, le sommet fut atteint le 12 juillet.

( 2 ) Une expédition française à grande échelle a été bien près de réussir dans sa tentative par une nouvelle voie, du SW, que l' équipe de Messner avait étudiée et abandonnée quelques semaines auparavant. L' équipe des grimpeurs, dirigée par Bernard Mallet et Yannik Seigneur, comprenait 14 guides. L' expédition a coûté deux millions de FF et a dure près de trois mois. Une armée de plus de 1000 porteurs a été mobilisée pour acheminer 20 tonnes de bagages jusqu' au camp de base, situé à 5000 mètres environ sur le glacier de Baltoro. Camp établi en juin. Pas d' oxygène employé pour l' ascension. Six camps au total ont été disposés sur la voie, où les grimpeurs français ont trouvé, au-dessus de 7000 mètres, des difficultés techniques de plus haut niveau qu' au pilier ouest du Makalu en 1971. Le 19 août, une attaque sommitale lancée du camp 5 a été repoussée par la tempête aux environs de 8000 mètres. C' est le genre de temps que les grimpeurs ont souvent rencontré, et qui a entraîné à plusieurs reprises l' évacuation, puis le rétablissement des camps d' altitude. Le io septembre, T. Leroy et D. Monaci ont choisi un emplacement de bivouac à 8100 mètres environ pour un dernier essai vers le sommet. Le site fut atteint encore par 5 autres grimpeurs. Mais après plusieurs tentatives durant deux jours de mauvais temps continue!, l' assaut fut finalement abandonné, le 14 septembre, à 160 mètres au-dessous du sommet, selon l' estimation des deux alpinistes-chefs. Deux porteurs indigènes ont péri au cours de l' expédition, l' un d' une thrombose coronaire, entre les camps III et IV, et l' autre par noyade dans un torrent.

Ajoutons que la cote 8760, adoptée par les Français pour le K2 est inexacte. Ce chiffre, publié trois ans plus tôt au Pakistan, a été retiré depuis, et l'on a rétabli celui du relevé topographique original.

Gasherbrum II ( 8035 m ) ( 1 ) Cinquième ascension, le 9 juin 1979, par une expédition chilienne, qui a suivi la route ou- verte par les Autrichiens lors de leur « première » en 1956. Deux grimpeurs ont atteint le sommet: G. Oyarzun et C. Lucero.

( 2 ) La sixième ascension, par la route primitive également, a été réussie par une expédition de 10 Autrichiens, chef Hans Schell. Le sommet a été atteint le 31 juillet 1979 par R. Karl, le Dr K. Hub et H. Sturm. Puis, le 4 août, par H. Schell, K. Diemberger, W. Loesch, le DI' Weitzenboeck, le Dr A. Schwab et le major Fayyaz Hussein ( officier de liaison pakistanais ). L' expédition avait abandonné son premier projet, qui était de tenter le Pilier sud et de faire une descente à ski.

Paiju Nord ( Choricho, env. 6750 m ) Les alpinistes anglais Mike Goff et Ian Wade, ainsi que deux Américains, Geoff Childs et Will Miller, ont réussi la « première », en style alpin, en cinq jours, avec deux bivouacs suspendus. Leur route emprunte la face SW, puis, vers 6400 mètres, l' arête ouest, qui offre une escalade exposée jusqu' au sommet.

Uli Biaho ( env. 6250 m ) Ce sommet, situé dans le groupe du Trango, a été gravi pour la première fois le 3 juillet 1979. Quatre Américains, John Roskelly, Bill Forrest et Ron Kauk ont atteint le sommet. L' ascension a pris dix jours d' escalade, entièrement de style « haute paroi », dans la face est. Départ d' un camp de base sur le glacier de Baltoro.

Baltoro-Biafo-Chogolungma-Siachen Une équipe japonaise de 10 hommes, appartenant au Kyoto Karakoram Club ( chef R. Hayas-hibara ), a effectué entre mai et août 1979 plusieurs randonnées et ascensions intéressantes.

Quittant Skardu le 21 mai 1979, quatre Japonais ont fait routejusqu' à Arandu, et, de là, gagné l' extrémité du glacier de Chogolungma. Puis, remontant le glacier du Kero Lungma, ils ont tra- verse les cols de Nushik ( 4990 m ) et de Hispar ( 5151 m ) pour descendre le glacier de Biafo jus- qu' à Askole, où ils sont arrivés le 21 juin 1979. Là, ayant engagé 116 porteurs, ils ont remonté le glacier de Baltoro jusqu' à la Place Concordia, atteinte le 2 juillet 1979. Partant d' un camp de base à 5150 mètres, à la jonction des glaciers des Abruzzes et de Gasherbrum sud, ils ont établi trois camps sur la route de la Selle Conway, par où 6 grimpeurs ont atteint le sommet du Sia Kangri ( 7422 m ), le 30 juillet 1979. Deux grimpeurs ont encore gravi le Baltoro Kangri III ( 7310 m ) et le Baltoro Kangri IV ( 7300 m ). Le groupe a traverse alors le Sia La ( 5700 m ), atteignant ainsi le glacier de Siachen. Descendant à la jonction des glaciers Siachen—Lolofond, puis traversant le Bi- lafond La ( 5547 m ), les alpinistes ont touché Goma le 15 août.

Région du Siachen Teram Kangri III ( 7382 m ) Une équipe de 12 grimpeurs japonais de l' uni de Hirosaki ( chef S. Hanada ) a réussi ce qui semble être la première ascension. Ayant établi un camp de base sur le glacier de Siachen le 5 juillet 1979, puis 5 camps avancés, trois grimpeurs ont atteint le sommet le 3 août 1979. L' un d' eux est mort, le 6 août, à la suite d' une chute sur le glacier.

Région du Biajo Latok I ( 7145 m ) Première ascension par une équipe de to Japonais, par une voie dans la face sud, en suivant un pilier rocheux à gauche d' un couloir situé entre le Latok I et le Latok III. Le chef, N. Takada, avait fait une première tentative au Latok en 1975. Le camp de base a été place sur le glacier à 5050 mètres, et les camps II et III ( le 15 juillet 1979 ) sur le pilier rocheux, respectivement à 5800 et 6300 mètres. Près de 3000 mètres de cordes fixes assuraient la route. Le pilier culminait à 6600 mètres à un « bonnet » de neige. Partant du camp III, T. Shigehiro, S. Matsum et Y.Wata-naba ont atteint le sommet en 13 heures d' esca le 19 juillet 1979, à 19 h 45, regagnant le campili à 22 h 30. ( T. Shigehiro est, parmi les participants de l' expédition japonaise 1977 au K 2, l' un des hommes qui ont atteint le sommet ). Le 22 juillet, J. Oku et K. Endo ont répété l' ascen et tourné un film. La montagne a été bien près d' être vaincue par l' arête nord, en 1978, par une équipe de quatre Américains.

Latok III ( 6946 m ) Première par une équipe de 6 Japonais ( chef Y. Teranishi ) par la face SE. Itinéraire essayé une première fois déjà, en septembre 1978, par 6 Japonais qui ont atteint approximativement 6500 mètres avant de battre en retraite devant la tempête. L' équipe de 1979 a place son camp de base à 4600 mètres, sur le glacier de Baintha Luk-par, près du camp de l' équipe du Latok I. Camp I à 5100 mètres, au pied de la face SE, le 27 juin 1979- Campii à 5700 mètres, et camp III, le 3 juillet 1979 à 6100 mètres. Jusque-là, la voie s' est déroulée surtout sur neige et glace. Au-dessus du camp IV, dressé le to juillet 1979 à 6400 mètres, l' ascension de quelques passages rocheux difficiles a conduit les alpinistes à la jonction des faces ouest et SE. Le 15 juillet 1979, en partant du camp IV, quatre Japonais ont atteint le sommet: Y. Teranishi, S. Mori, K. Takami, N. Okudaira. L' ascension a pris 20 jours.

Skamri ( 6735 m ) Ce groupe est situé au nord du glacier de Panmah. Il compte trois sommets principaux, le sommet oriental ( 6735 m ), le sommet central ( 67, o m ) et l' occidental ( 6175 m ). La première ascension du sommet oriental a été réalisée par l' arête sud, le 20 juillet 1979, par deux membres d' une équipe japonaise de 4 hommes et 3 femmes ( chef T. Kamei ). Camp de base place sur le glacier de Drenmang, à 4300 mètres, le 21 juin 1979. Trois autres camps à 4700, 5600 et 6200 mètres. Lesjaponais ont fait savoir que le sommet oriental est le point culminant, comme le montrent les cartes plus anciennes, en dépit des récentes, qui attribuent apparemment au pic central la cote la plus élevée.

Région de l' Hispar Trivor ( 7720 m ) Montagne située au-dessus du glacier de l' His, gravie pour la première fois en i960 par une équipe anglo-américaine, par le NW. L' expédi tchèque de 1979, composée de 12 grimpeurs ( chef F. Ing ), a fait une tentative infructueuse par l' arête SE.

PUMARIKISH ( 7492 m ) Première par une équipe japonaise de 12 hommes ( chef T. Sasaki ). Camp de base le ig juin à 4300 mètres, sur le glacier de Kunyang. Camp I I sur un col de l' arête nord, le 5 juillet 1979 ( le même utilisé par l' équipe du Kunyang Chish ). Camp IV le 14 juillet 1979 à 6900 mètres, sur l' arête nord, via le glacier supérieur de Yazghil. De ce camp, le 15 juillet 1979, H. Yokoyama, K. Minami, M. Ohashi et S. Chiba ont atteint le sommet. Ascension répétée le 17 juillet 1979 par S. Ogasawara, Y. Chiba, C. Hayashi, T. Kanno et M. Shiraishi.

Lupghar I ( env. 7200 m ) Ascension par une équipe de 8 Allemands ( chef J. Gloggner ) Lupghar Sar II ( env. 7100 m ) Une équipe de 8 Japonais ( chef M. Doi ), de l' Université de Hosei, a réussi le 4 août 1979 la première de ce sommet situé au nord-ouest du Momhil Sar. Trois grimpeurs ont atteint le sommet.

Kunyang Chish Nord ( 7108 m ) Première par une expédition de 8Japonais ( chef K. Echizenya ). Camp de base dressé le 17 juin sur le glacier de Kunyang, à 4360 mètres. De là, par un col à 6000 mètres sur l' arête nord. En partant du camp IV, place le 8 juillet 1979 à 6700 mètres, les 8 grimpeurs ont atteint le sommet le II juillet 1979.

Rakaposhi ( 7788 m ) ( 1 ) Deuxième ascension le er juillet 1979 par une expédition réunissant 7 Polonais ( chef Ryszard Kowalewski ) et 6 hommes de l' armée pakistanaise. Les grimpeurs ont suivi une voie nouvelle par le NW. Cette arête avait été l' objet de tentatives en 1939, 1947 et 1964. Les grimpeurs ont établi leur base sur le glacier de Biro. Il a fallu 4 camps pour gravir l' arête techniquement difficile, comportant des passages de glace redressés et quatre tours rocheuses. De l' extrémité de l' arête, une descente est nécessaire pour atteindre le Grand Plateau, à 6490 mètres environ. En partant d' un dernier camp à 7100 mètres, le 1er juillet, R. Kowalewski, T. Piotrowski et le Pakistanais M. Sher Khan ont atteint le sommet à 6 heures du soir après I o heures d' escalade. La partie finale de l' ascension emprunte la route suivie en 1958 lors de la « première » par l' arête SW. Sher Khan est le fils de Shah Khan, qui accompagnait comme officier de liaison l' expédition anglaise victorieuse de 1958. Le 3 juillet 1979, les trois Polonais A. Bielun, J. Gronczewski et J. Tillak atteignaient eux aussi le sommet. Le 5 juillet 1979, par neige et fort vent, deux dames polonaises, Anna Czerwinska et Krystyna Palmowska, ont atteint le sommet séparément, à une heure l' une de l' autre.

( 2 ) Troisième ascension, le 2 août 1979, par une expédition de 7 Japonais, chef E. Otani, qui a suivi l' arête nord, tentée pour la première fois par une équipe allemande en 1971. Six camps au total ont été établis.

Haramosh ( 7406 m ) Troisième ascension par une expédition de l' ar pakistanaise. D' après les renseignements recueillis, la route empruntée est celle de la première par les Autrichiens en 1958. A la descente, le chef a été tué et deux membres de l' expédition blessés par une avalanche.

DoBANi ( 6144 m ) Cette montagne attrayante que l'on voit de la ville de Gilgit a été gravie pour la première fois le g juin 1979 par deux Japonais, I. Ikeuchi et Y. Hashimoto. Cette cordée avait essayé l' arête nord les 4 et 5 mai, puis l' arête sud, entre les 24 et 27 mai. Dans leur dernière tentative, commencée le 7 juin et couronnée de succès, les grimpeurs ont gagné le sommet par un couloir de la face ouest. Retour par la même route le to juin 1979.

( 1 ) Nanga Parbat ( 8125 m ) Dans notre dernière chronique, nous avons brièvement relate une ascension par une équipe autrichienne en 1978. Le chef de ces six grimpeurs était Rudolf Wurzer, et leur route, par le flanc SW, ou de Diamir, était presque identique à celle de Siegfried Low et Toni Kinshofer en 1962.

L' équipe de 1978, arrivée par air de Vienne à Rawalpindi le 26 juin, a fait route par la vallée de Kaghan et le col de Babusar. A Chilas, 95 porteurs ont été engagés, puis le camp de base établi à 4300 mètres, le 24 juillet 1978. On a place 6000 mètres de cordes fixes entre le camp I à 5000 mètres et le III à 6800 mètres. Le camp IV a été dressé le 18 août 1978 à 7300 mètres dans la brèche de Bahzin. De là, le 23 août, R. Wurzer et W. Bauer ont atteint le sommet après neuf heures et demie d' escalade, regagnant le camp à 21 heu- res. L' ascension a été répétée, le 28 août, par A. Imitzer et A. Indrich. Tous les grimpeurs ont rejoint leur base sains et saufs, le 2 septembre.

( 2 ) Nanga Parbat ( 8125 m ) Une expédition française ( chef Jean-Pierre Tresafond ) a fait une tentative en juin 1979, mais nous manquons de détails. Ascension abandonnée vers 6850 mètres à cause du mauvais temps prolongé et d' un tremblement de terre.

Karakoram oriental Saser Kangri ( 7672 m ) Une équipe de 50 Indiens, comprenant 10 officiers, un sous-officier et 39 soldats, tous en service dans la région du Ladakh, a réussi la deuxième ascension ( première en 1973, également par une équipe de l' armée indienne ). Le chef était le colonel Jagjit Singh. Approche parla vallée de Shyok, puis ascension par l' arête sud. Au-dessus d' un camp de base, installé le 19 avril, cinq autres camps ont été établis. Du plus élevé, à 7250 mètres, le sommet a été atteint le 22 mai 1979 par le major Prem Chand, le capitaine Pa-thial, N. D. Sherpa et Dhandup. Répétition le 24 mai 1979 par le major J. P. Sharma et 8 soldats. Une autre tentative, le 21 mai 1979, a échoué par la faute d' une tempête, et six des participants ont souffert de gelures.

Région du Hindu Raj Groupe du Thui ( sommet de 6205 m environ ) Deux Anglais, Ian Tattersal et Jim Fothering- ham, ont fait la première de ce sommet situé en- tre les Thui I et II. La voie a emprunté la face sud, haute de 1500 mètres, un terrain mixte, neige, glace et rocher, présentant des difficultés du IVe degré. L' ascension a exigé trois jours, et la descente deux.

Kashmir-Kishtwar Nun ( 7135 m ) Kun ( 7086 m ) Ce groupe a été visité par au moins sept expéditions différentes, et les ascensions suivantes ont été faites:

Expédition autrichienne de 13 membres ( chef P. Hausmann ). Départ de Srinagar au début de juin, camp de base le 13 de ce mois, deux camps d' altitude, sommets du Nun et du Kun atteints les 20 et 23. Cette ascension est probablement la neuvième.

Expédition indienne ( de Calcutta ), 8 hommes ( chef N. Mallik ). Camp de base le 28 juin, puis trois autres camps. Du camp supérieur, à 6645 mètres, le sommet du Nun a été atteint le 11 juillet 197g par S. Mitra, P. Mazumdar, R. Roy et les sherpas Mingma et Karma.

Expédition allemande de 12 hommes ( chef F. P. Schmidt ) au sommet du Kun. On a pu savoir que tous les membres avaient atteint le sommet en trois groupes successifs, les 15, 16 et 1 7 août. L' ex a duré 1 7 jours au total.

Expédition tchèque ( chef J. Jursa ). Ascension du Kun par l' arête NE en septembre. L' équipe a gravi également le sommet voisin baptisé White Needle ( Aiguille Blanche, 6556 m ).

Expédition japonaise de 9 appartenant à l' Asso d' étudiants de Tokai. J. Kawakani et K. Ikai ont atteint le sommet du Kun le 10 octobre 1979, au départ de leur camp IV à 6600 mètres.

Une équipe de dix Italiens, chef A. Re, a escaladé la White Needle ( Aiguille Blanche ), un pic de 6556 m, le 6 octobre 1979. Trois des grimpeurs ont atteint le sommet au départ d' un camp d' altitude situé à 5600 m. Tous les membres de l' expédition ont atteint ce camp à ski.

Chaîne du Zanskar Une expédition allemande de sept hommes ( chef Herbert Karasek ) a visité un groupe de montagnes situé au SW de Leh, portant le nom local de Mimoling. Leur base était située dans le bassin supérieur d' une rivière du même nom. De là, ils ont gravi six sommets entre 5600 et 5900 mètres, et deux autres dépassant 6000 mètres, y compris le point culminant du groupe, à 6120 mètres. Sur quelques-uns de ces sommets, ils ont trouvé d' anciens cairns du service topographique.

Brammah I ( 6416 m ) Sickle Moon ( 6574 m ) Tous deux gravis en septembre par des membres de l' expédition du Club alpin japonais ( chef K. Denda ).

Brammah II ( 6425 m ) Une forte équipe anglaise ( chef J. V. Anthoine ) a fait une vaine tentative en septembre.

Kashmir Haramukh ( 5142 m ) Une équipe de 5 Japonais ( chef K. Nishimura ) a atteint le sommet du Pic central ( env. 5000 m ) le 31 juillet 1979, par un couloir de neige dans la partie droite de la face est. Cette face offrirait visiblement plus d' une belle route rocheuse à des expéditions légères.

Kulu-Lahul DiBiBOKRi ( pyramide du -, 6408 m ) Situé au sud du glacier de Bara Shigri, au haut d' un bassin exploré pour la première fois en 1952, ce sommet vierge a été gravi en septembre 1979 par deux britanniques, R. Hewitt et M. Hoffe, via le col de Dibibokri et la face nord.

Sommets du glacier de Tos Situé à l' ouest du bassin de Dibibokri, ce glacier a été visité par une petite expédition britannique en mai et juin 1979. Ces grimpeurs ont réussi dix ascensions sur des sommets entre 5500 et 6446 mètres, y compris le Dharamsura, situé sur le versant du Bara Shigri.

Dharamsura ( 6446 m ), sommet également gravi par une expédition indienne de Calcutta, le 3 octobre.

Mulkila ( 6516 m ) Le point culminant d' un groupe situé au Lahul central, et gravi pour la première fois en septembre 1939, a été escalade le to octobre 1979 par Y. Watanabe et Y. Teranishi, membres d' une petite expédition japonaise.

La montagne avait également été gravie en septembre par une équipe réunissant des membres de la Royal Air Force Montaineering Association ( chef Wing Comm. M. Ridley ) et de l' Indian Air Force. Ce groupe a gravi également le KR I ( 6157 m ).

Garhwal Kämet ( 7756 m ) Gravi par une expédition de l' armée indienne, en suivant en ligne générale la voie des ascensions précédentes à partir du col Meade. Sommet atteint le 5 juin 1979 par 7 participants, et le 7 par 3 autres.

Trisul ( 7120 m ) ( 1 ) Gravi le 7 juin par des membres d' une équipe allemande de 16 grimpeurs.

( 2 ) Le 11 septembre, par 6 membres d' un groupe de 10 jeunes filles du National Cadet Corps.

( 3 ) En octobre, par une deuxième équipe allemande ( chef E.E. Rufi ).

( 4 ) En novembre, par une équipe autrichienne ( chef M. Schmuck ) Thalay Sagar ( 6903 m ) Une équipe de 4 Anglais a réussi la première de ce sommet impressionnant situé à l' ouest du glacier de Gangotri. Ont fait l' ascension de style alpin en 8 jours par le couloir NW et l' arête ouest: R. Kliegfield, J. Thackray, P. Thexton, J. Waterman.

Kedarnath ( 6940 m ) Kedarnath Dome ( 6830 m ) Deux groupes différents, du Bengale, accompagnés de sherpas, ont gravi tous les deux ces sommets, en septembre.

Chiring We ( 6559 m ) Ce sommet s' élève au-dessus du glacier de Kalabaland, situé tout près de la frontière tibétaine, et il se trouve à l' est du glacier de Milam. La région est incluse dans la « Ligne intérieure » dont l' accès est l' objet de restrictions. Il a été gravi pour la première fois le 10 juin 1979 par une expédition indienne de 10 hommes organisée par The Mountaineers ( Les alpinistes ) de Bombay ( chef H.Kapa-dia ). Trois camps ont été dressés au-dessus de la base, et l'on a eu recours à 3 sherpas-alpinistes. On a fixé environ 450 mètres de cordes pour la partie finale de l' escalade. L' équipe a gravi encore trois autres sommets, le Bambadhura ( 6334 m ), le Kalabaland Dhura ( 6105 m ) et le Shankalpa ( 5926 m ).

Rataban ( 6126 m ) Une expédition réunissant 8 grimpeurs néo-zé-landais ( chef G. Dingle ) et 8 Indiens ( chef It.col. Balwant Singh ), ayant place un camp de base le 23 août 1979 dans la vallée de Bhyundar, a gravi cette montagne en deux groupes séparés, les 2 et 5 septembre. Au total, deux Néo-Zélandais et deux Indiens ont atteint le sommet.

Note — En juillet 1979, le gouvernement indien a promulgué un nouveau décret prévoyant jusqu' à dix ans de prison pour les étrangers qui feraient sans autorisation de l' alpinisme dans les régions soumises à restrictions, à proximité des frontières avec la Chine ou le Pakistan.

Sikkim SiNiOLCHU ( 6891 m ) Cette montagne, au sud du glacier de Zemu, a été désignée jadis comme l' une des plus belles du monde. Elle a été gravie pour la première fois le 23 septembre 1936 par une équipe de 4 Allemands conduits par Paul Bauer. On croit savoir qu' une équipe de l' Indian Defence stationnée à Gangtok en a fait la deuxième ascension en mai 1979- SlMVU Ce groupe, situé à l' ouest du Siniolchu, comprend plusieurs sommets, le plus élevé à 6825 mètres. En 1936, l' équipe de Paul Bauer a réussi le Pic nord ( 6345 m ). Une équipe du National Cadet Corps semble avoir gravi l' un des sommets du groupe en juin 1979. On ne possède pas de détails.

traduit de l' anglais par E. Pidoux " L' auteur tient à exprimer sa vive reconnaissance aux collaborateurs suivants:

M. Cheney, Tsunemichi Ikeda, Peter Boardman, Alan Rouse, Y. Seigneur, M. Hara, H. Warth, E. Yanis, R. Wurzer, S. Maycrl, I. Galfy, T. Skarja, H. Kapadia.

Feedback