Giuseppe Mariani (1850-1933)

Hinweis: Questo articolo è disponibile in un'unica lingua. In passato, gli annuari non venivano tradotti.

Giuseppe Mariani ( 1850-1933 ) Mariani, inspecteur des écoles, qui a représenté pendant 35 ans les agriculteurs et les paysans des montagnes tessinoises au sein de l' Union Suisse des paysans, était bien place pour savoir que le monde des Alpes, dans toute sa beauté, reflétait aussi des aspects économiques des plus importants. Il n' oubliait pas, en effet, que de nombreux êtres humains devaient leur subsistance aux maigres pâturages de la montagne et que le sort de maintes régions dépend en bonne partie de la qualité des herbes fourragères qui y croissent. Les rares contributions dues à sa plume que l'on trouve dans les Annuaires font toujours état de la nécessité des soins rationnels à donner aux prés à fourrage.

C' est ainsi que, le ter août 1888, il visita avec le professeur Schröter et le Dr Stebler, experts fédéraux pour l' amélioration des prairies fourragères, les pentes nord du Camoghè qui souffraient de l' extension sans contrôle du nard raide ( Nardus strida ), plante sans valeur pour la nourriture du bétail et entraînant l' aridité du sol. Cet intéressant rapport d' expertise, imprimé à part, a été remis aux corporations responsables du développement des pâturages alpins. Dans VAnnuaire de 1894, Mariani a publié sous le titre « Il sentiero dei Frati »une étude sur l' économie des pâtures des hautes vallées de Cugnasco, Gudo, Sementina, Carasso, Gorduno, Preonzo et Porta ( Verzasca ).

A proprement parler, Mariani n' était pas un naturaliste, bien que, par ses relations d' amitié avec le grand botaniste Carl Schröter, il se soit beaucoup intéressé à diverses variétés de végétaux, notamment ceux de la région avoisinant Locarno. A l' instar du modeste Père Agostino Daldini ( 1817-1895 ), du couvent de la Madonna del Sasso, qui parcourut de long en large les pentes entourant le Lac Majeur à la recherche de plantes rares, sans jamais en avoir fait l' objet d' un exposé scientifique, Mariani n' a pas essayé de rédiger une description systématique des diverses formes et particularités des végétaux qui l' intéressaient.

En 1893, le nouveau comité du CAT avait fait appel à Mariani comme membre adjoint et consultatif.

Le sympathique vieillard qui, à 80 ans, dirigeait encore avec enthousiasme des excursions botaniques des étudiants du Poly aux environs de Locarno, a laissé un excellent souvenir à tous ceux qui eurent le privilège de l' approcher Ritter

Feedback