Nuit de cabane

Hinweis: Questo articolo è disponibile in un'unica lingua. In passato, gli annuari non venivano tradotti.

Par Jules lenas

Vingt paires de souliers sèchent dans la cuisine Où l' air sent le tabac, la soupe et la sueur. Trois nouveaux arrivants entrent avec lourdeur. Ils posent leur fardeau, leurs têtes dodelinent. Dormir sur une table, mon Dieu, c' est une aubaine! Quand on a dans le corps des heures de labeur, Des heures de glacier, des heures de moraine! Quand on est arrivé, dormir ne fait plus peur!

Dans les sacs de couchage, dont le duvet se gonfle, Nos trois amis se glissent et, ma foi oui... ils ronflent!

Feedback