Raymond de Girard (1862-1944)

Hinweis: Questo articolo è disponibile in un'unica lingua. In passato, gli annuari non venivano tradotti.

Raymond de Girard ( 1862-1944 ) Fils d' un colonel qui participa à la guerre de Crimée avant de venir servir sa bonne ville de Fribourg, petit-fils d' un autre colonel commandant le détachement fribourgeois qui débarqua en 1815 au Port Noir ( Genève ), Raymond de Girard, après de solides études au Polytechnicum sous Albert Heim, puis à l' Ecole des Mines à Paris et enfin en Allemagne, fut appelé en 1895 à Fribourg pour occuper la chaire de géologie à l' Université. Il y enseigna pendant 40 ans.

Dès son jeune âge il fut un grimpeur enthousiaste. Sa première course date de 1879, année où il fut reçu membre de la section Moléson. Il fit partie du Comité central de Fribourg ( 1907-1909 ), où il s' occupait des guides.

Il a gravi la plupart des grands pics valaisans et bernois, mais son principal titre de gloire est l' exploration des Gastlosen. Ce paradis actuel des varappeurs était alors très mal connu et... redouté. Après y avoir fait comme géologue quelques expéditions professionnelles, R. de Girard se piqua au jeu et consacra la meilleure partie de son activité d' alpiniste à conquérir les pointes les plus rébarbatives de la chaîne. Aide de chasseurs ou bûcherons gruyériens, avec les moyens primitifs et rudimentaires du temps, souliers à clous, échelles vacillantes hissées en pièces détachées au flanc des parois, il gravit les Pucelles, le Capucin, le Chat, le Grenadier, etc., regardés jusqu' alors comme inaccessibles. En dix ans, il inscrit 21 cimes vierges à son tableau de chasse. Il a raconte les péripéties de ses nombreuses entreprises dans son livre La Conquête des Gastlosen ( 1921 ). Depuis lors Fribourgeois, Vaudois et Bernois ont poussé à fond et achevé l' exploration de toutes les pointes et faces de la chaîne inhospitalière.Louis Seylaz

Feedback