Au Weissmies

Hinweis: Questo articolo è disponibile in un'unica lingua. In passato, gli annuari non venivano tradotti.

Un nouvel itinéraire sur le versant du Laquintal. Par E. R. Blanchet.

Du sommet du Weissmies au point 3834, l' arête nord domine à l' est le glacier de Laquin; ensuite, et jusqu' au Laquinjoch ( point 3497 ), le glacier de Hohlentrift.

Toutes les ascensions au Weissmies par la face est ont tendu à atteindre la cime directement 1 ). Aussi n' ont jamais coïncidé avec la ligne de moindre résistance. Celle-ci, en effet, emprunte une partie de l' arête nord, de la cote 3850 au point culminant.

La caravane P. Escher, Théodule Biner et Ambros Andenmatten faillit bien découvrir — à la descente — la liaison pratique du Weissmies au Hohsaas, dans le haut du Laquintal. Rien n' a été publié à ce sujet. Le livret du guide Biner porte cette indication sommaire: Weissmies-Simplon, et la date: 16 août 1919. De la bouche de Th. Biner, puis d' Ambros Andenmatten, j' ai pu recueillir les renseignements suivants.

La caravane suivit d' abord l' arête nord, jusqu' au point où le versant est, d' abord tout neige et glace, devient rocheux. Ici la cordée quitta l' arête et descendit, dans une longue traversée oblique, toute la face est. Il était naturel, pour diminuer la longueur de la route, de suivre cette diagonale. Mais le terrain s' y révéla mauvais: rochers peu solides, chutes de pierres. Il fallut traverser nombre de couloirs, opération délicate et dangereuse, et, pour finir, recourir à un rappel de corde.

Tout cela, on le verra plus loin, eût été épargné à M. Escher et à ses guides si, au lieu de prendre la paroi en écharpe, ils avaient effectué, du point où ils quittèrent l' arête, une descente directe au glacier.

En 1928, le haut Laquintal, aux pieds du Fletschhorn, du Laquinhorn et du Weissmies, et de ce Thälihorn à la belle et audacieuse arête nord 2 ), le haut Laquintal demeure encore sans cabane. On peut s' en étonner à notre époque où de toutes parts surgissent refuges et bivouacs fixes. Si le Laquintal était en Italie, il serait certainement pourvu d' une cabane: un peu plus au sud, en pays plus ignoré, le club italien possède le refuge Edison, à l' est du Portjengrat, sur l' alpage d' Andolla. A l' érection d' une cabane au Hohsaas, deux arguments, paraît-il, ont été objectés. Le premier s' inspire, sollicitude touchante, de la crainte d' inciter l' alpiniste à affronter des chutes de pierres 3 ); le second, à première vue, plus sérieux, est la rareté extrême des ascensions par ce versant. Mais le danger n' est pas diminué du fait qu' au lieu de subir le froid et l' insomnie d' un bivouac, l' alpiniste a pu reposer dans une cabane confortable? Et les ascensions, d' autre part, ne se sont-elles pas toujours multipliées sitôt l' ouverture d' un refuge?

Je connais peu de guides aussi instruits, aussi informés, qu' Oscar Supersaxo, de Saas-Fee. Il rendrait des points à un physicien dans la science d' interpréter le baromètre, ses mensurations au clinomètre sont rigoureuses et sa documentation en matière d' itinéraires et d' histoire des ascensions est abondante et sûre.

A son avis, la découverte d' une voie facile au Weissmies par l' est devait désarmer les adversaires d' un refuge au Hohsaas. Cette voie, il se faisait fort de la trouver. Et la cabane, il en était le champion ardent.

Un nouvel itinéraire très facile pour une cime bien connue.Voilà des données que depuis longtemps aucun problème alpin n' a réunies. Ce caractère paradoxal me frappa: aux premières suggestions d' Oscar, j' acquiesçai. En plus du tentateur, je décidai d' emmener mon guide habituel Gaspard Mooser, de Tæsch, dit Caspi. Le rendez-vous fut fixé pour le 22 à Saas-Grund.

Le lendemain à 10 heures nous nous prélassons au sommet du Weissmies.

Alternances de brouillard et de ciel clair. Chaleur intense. Le souvenir d' éclairs prématinaux sur la vallée de Saas ne nous empêche pas de passer toute une heure allongés sur la coupole neigeuse, engourdis dans le bien-être et l' insouciance.

Lors d' une randonnée à ski au Fletschhorn, Oscar avait ébauché ce printemps un plan de descente pratique sur le Laquintal. Ensemble, nous étudions une vue prise en profil de ce versant. Sur la photo, il semble fort escarpé. Au naturel, bien plus encore. A 11 h., nous nous engageons sur l' arête nord. Dans les trouées des brouillards mouvants, à une profondeur considérable, un glacier luit par instants. A bonne allure, pendant quinze minutes, comme fit en 1919 la caravane de M. Escher, nous suivons le « Nordgrat », fameux pour sa splendeur hautement tarifée. A l' altitude de 3850 m ., quart de tour à droite. Une nervure latérale très raide de rocs brisés se rattache ici à la ligne de faîte. Elle nous conduira très bas, jusqu' à un point où le glacier adjacent, facile à atteindre, nous offrira sa voie plane et commode pour continuer au nord, en direction du Hohsaas. Peu nous importe si le pied de la nervure est noyé dans les remous blanchâtres du brouillard épaissi: la photographie nous donne toutes précisions utiles 1 ).

Tout au début de la nervure les guides élèvent un cairn. Autant de cailloux qui, entassés en ordre, ne menaceront plus d' assommer les grimpeurs. La descente se poursuit sur des rocs toujours pareils — un gneiss brisé — où les caravanes auraient tôt fait de frayer un sentier. A 12 h. 40, une surface blanche, très inclinée, apparaît à notre gauche, dans la brume: nous avons atteint la limite supérieure du glacier du Hohlentrift. Notre nervure désormais le borde, et avec lui, plonge dans la profondeur. Vingt mètres plus bas, sur un petit replat, Oscar et Caspi rivalisent à nouveau dans l' art d' empiler les pierres. Ce steinmann n° 2 est à l' altitude de 3480 m. selon le baromètre.

Le travail a réveillé l' appétit des deux constructeurs et du passif spectateur. Dans le jeu incessant des nuées qui s' ouvrent et se ferment, montent, retombent, opaques ou ténues, nous explorons à fond le garde-manger à bretelles de Mooser. Nous plions bagages à 13 h. 15: le temps s' obscurcit de plus en plus. Terrain bien facile. En 15 minutes, nous nous abaissons de 120 mètres sur cette crête que, pourtant, nous suivons pour la première fois, et où le déblaiement de blocs instables empêche une allure rapide. Le brouillard noirâtre a tout envahi.

Les cailloux que nous précipitons, aussitôt invisibles, roulent ou bondissent longtemps avec fracas.

Faute de pouvoir nous orienter avec précision, nous abordons beaucoup trop tôt le glacier à gauche. Bientôt, toute progression y devient impossible, si ce n' est sur une pente terriblement raide, dont le bas se dérobe à nos yeux. La sagesse eût conseillé le retour à la nervure. Mais Oscar, virtuose de l' Ecken, tombe en arrêt devant ce plan incliné de 45 degrés. Nous voici bientôt engagés à sa suite, sans tailler, dans l' un des plus beaux exercices que puisse souhaiter un glaciériste moderne. 80 mètres environ de descente sur une glis- soire lisse et très dure nous amènent, après une rimaie béante, à un plateau tourmenté dont l' été torride a déjà fort ouvert les crevasses nombreuses. D' ici nous nous rendons compte qu' un « rognon » de roches noires crève le glacier au-dessus et à droite de nous. La zone précipitueuse d' où nous sortons semble avoir été produite par compression. Louvoiement dans un réseau très étendu et compliqué de crevasses profondes. Enfin, l'on peut traverser au nord et atteindre les rochers de la base sud-est du Laquinhorn. Sans obstacle, nous longeons cette base jusqu' à une sorte de grotte, sombre et haute comme une nef, qui s' est creusée entre le glacier et la paroi ( 16 h. 30 ). Nous enlevons la corde.

L' orage éclate en cet instant même. De notre abri humide nous voyons les hachures obliques de la pluie strier des vapeurs noires et denses d' où s' échappe parfois un éclair aveuglant. Mais l' ondée diminue bientôt, et, entre les nuages qui s' écartent, nous apercevons toute la partie inférieure de notre itinéraire. Par la pensée, nous en corrigeons l' erreur: il eût fallu poursuivre la descente sur la nervure quelque 150 mètres encore, et, seulement alors, s' en écarter à angle droit: le glacier plan très peu crevassé nous eût ici offert un passage direct et aisé jusqu' à notre grotte.

Une moraine, des gazons, pierrier, des gazons encore. Malgré la pluie et la grêle d' un nouvel orage, Oscar s' arrête pour me vanter la perfection d' un promontoire où déjà il voit en imagination sa future cabane du Hohsaas. Tout à fait convaincu de la justesse de ses arguments et de l' imperméabilité de mon « Mattamak », je regarde ruisseler la veste alourdie et imbibée du conférencier impavide.

La construction de la cabane entraînera, je l' espère, l' amélioration du sentier abominable qui parvint à nous mettre tous trois de fort méchante humeur. A 19 h. 10 — depuis longtemps miroitent à nos pieds les toits délavés de Simplon-village — nous frappons à la porte de l' hôtel Fletschhorn. Jamais auberge de montagne ne m' a réjoui d' une chère plus succulente. Oubliés aussitôt cailloux pointus et racines mouillées où tout à l' heure je glissais et sacrais. Dans la petite salle des « courriers », les fourchettes de Mooser et d' Oscar rythment sur la porcelaine un hymne gastronomique. Avant d' aller gagner le grand lit où a reposé la veille un commandant de notre armée ( une nuée de militaires s' était abattue sur Simplon-village et venait d' en repartir ), j' ai la vision d' un décolleté généreux et de bras nus: sur un canapé, en face de Caspi, Oscar trône en blanc maillot de boulanger. Dans la cuisine proche, un peu de brouillard du Weissmies ressort en volutes opaques de la veste qui sèche devant le poêle.

A l' instigation de Supersaxo, la première ascension de la face nord du Fletschhorn agrémenta notre retour à Grund: précipice étincelant de 850 m. coupé d' une barre de séracs en surplomb. Mais de cela, il sera question ailleurs et plus tard. Pour aujourd'hui, il s' agit simplement de démontrer que du Hohsaas l'on peut monter au Weissmies et en redescendre sans se heurter à la moindre difficulté.

Feedback