Brasses et Miribel

Hinweis: Questo articolo è disponibile in un'unica lingua. In passato, gli annuari non venivano tradotti.

Par B. Piccioni.

Pour Genève, la Haute-Savoie est naturellement la contrée le plus à portée du touriste. Chaque année nombreux sont ceux qui visitent ce département où il y a toujours de l' inédit à découvrir.

Pourtant le mystère des coins perdus n' existera bientôt plus. Telle région, hier à peine fréquentée, voit aujourd'hui, caractéristique du développement extrême d' une mode sportive, accourir en hiver la grande foule.

Le district de Bogève, pour ne citer que le plus accessible, en est un exemple. Je voudrais fixer un instant le souvenir des centaines de skieurs qui s' y rendent chaque dimanche, pour leur faire songer — car tous l' ont réaliséà la beauté si réelle du paysage où ils évoluent.

Par Viuz-en-Sallaz cars ou autos particulières amènent en une heure tout un monde de Genève à Bogève. Disparate, multicolore, exubérante, cette joyeuse société est impatiente d' être à même de passer, après une semaine d' attente, une journée de plein air, de soleil et de vivre, une fois de plus, le plaisir unique du ski, des descentes folles, savantes, enivrantes...

Le plateau des Brasses, sorte de gare de triage où stationnent débutants et amateurs du moindre effort, ne retient pas la majorité qui poursuit jusqu' à la pointe ( 1507 m. ).

Il n' y pas à regretter cet effort supplémentaire; outre le plaisir d' une descente plus longue, la vue du sommet est charmante. S' il vous est donné de contempler tout alentour l' immense mer de brouillard d' où émergent, comme des îles de nickel, l' archipel des Préalpes savoyardes et la masse du Mont Blanc pareille à un gigantesque iceberg, le spectacle est alors magique.

Cependant, beaucoup ne se laissent pas entraîner dans la caravane qui monte aux Brasses et se dirigent à l' opposé vers un but plus éloigné, la Pointe de Miribel. Là, le pays est plus vaste, entrecoupé de vallons, de collines, d' éminences, où les skieurs peuvent s' éparpiller et s' amuser à loisir sur un terrain propice. Depuis la Pointe de Miribel ( 1586 m .), l' étendue est plus ouverte, plus vide, principalement du côté du Lac Léman, tandis que dans son ensemble, malgré l' angle de vue différent, le panorama est assez semblable à celui des Brasses. Aller d' un belvédère à l' autre constitue une promenade très intéressante, surtout s' il a neigé la veille, car c' est un enchantement de traverser la féerie des forêts, d' errer dans la blancheur infinie...

A la fin de l' après, tous rallient Bogève, heureux, grisés, un peu déçus toutefois que la journée soit déjà terminée. Le disque carmin du soleil s' engloutit derrière l' écran mauve de Roche Parnal. C' est l' effervescence du départ. Bruits d' interpellations, de skis heurtés, d' autos qui démarrent.

Quelques sportifs purs s' attardent à vouloir forcer l' attention par des exhibitions multiples.

Un rose d' apothéose colore encore les montagnes déjà saisies par le grand froid.

Feedback