Chaleur et soif à l'Ala Dag

Hinweis: Questo articolo è disponibile in un'unica lingua. In passato, gli annuari non venivano tradotti.

Chlaus Lötscher, Littau

Parmi des vergers verdoyants, le long d' un gai ruisseau qui abreuve cette verdure enchanteresse, serpente le chemin qui monte vers les hauteurs de l' Ala Dag, vers les plus imposants et les plus beaux sommets du Taurus. Mais là-haut, où la source disparaît dans le rocher, commence l' empire des chardons, des épineux et de l' herbe devenue paille par la sécheresse. Henri et moi, nous allons de l' avant, malgré le poids de nos sacs et sous la flamme d' un soleil impitoyable. C' est que nous voulons atteindre aujourd'hui Yedi Göller, la région aux sept petits lacs, et y planter notre tente. A partir de là, nous avons l' intention de gravir la pyramide rocheuse du Direktas et le plus haut sommet du Taurus, le Demir Kazik.

Notre chemin franchit de longs pierriers raides; le soleil brûle. Protégées par l' ombre de parois escarpées, quelques taches de neige essayent de survivre à la chaleur de l' été - avec de bonnes chances, car on est déjà en septembre. Nos gorges sont complètement desséchées, mais aucune source n' attire notre attention, sinon, çà et là, le murmure d' une eau profondément enfouie sous les éboulis. Ne serait-ce pas une vengeance des quatre mois — de farniente, bien entendu - que j' ai vécu en Grèce? La chaleur, maintenant, semble vouloir me donner le coup de grâce: au bout de trois heures et demie de marche, j' éprouve une telle difficulté à respirer que nous devons prendre la décision de bivouaquer auprès d' une de ces taches de neige d' où s' égoutte un peu d' eau.

La nuit me rétablit bien et, le lendemain, de bonne heure, nous poursuivons notre montée. Nous rencontrons deux bergers avec un grand troupeau de moutons. Bientôt, nous atteignons un col, où s' ouvre devant nous la dépression de Yedi Göller. Nous nous hâtons de descendre et nous dressons la tente sur un petit pré, au bord d' un lac minuscule, au pied même du Direktas.

Aux premiers rayons de soleil, nous plions bagage et attaquons l' ascension. Après une montée pénible dans les éboulis, nous trouvons un cheminement à travers les rochers de le paroi ouest. L' escalade facile nous met de bonne humeur, et, avant midi déjà, nous sommes au sommet. Tout en bas, notre tente, sur la rive du petit lac. Vers le sud, de longues chaînes aux parois raides atten- dent les varappeurs, amateurs de voies nouvelles.

Quant à nous, nous sommes les premiers, et certainement aussi les derniers cette année, à rendre visite au Direktas. Au nord, le Demir Kazik s' élance vers le ciel. Il y aura, demain, un bout de plus pour arriver jusqu' à lui. Nous descendons et nous nous reposons à notre petit lac.

Nous plions tôt la tente, mais, en dépit d' un départ matinal, nous sentons bientôt le soleil qui, à pleine force, darde sur nous ses rayons torrides. Un dernier pierrier, exceptionnellement raide, nous permet de gagner le col. Devant nous se précipite un couloir, ourlé de tours rocheuses impressionnantes et de parois qui tombent sur un large fond de vallée tout couvert de cailloux, au-delà duquel le Demir Kazik se dresse sur le bleu du ciel. L' ombre, au-dessous de nous, remplit encore les profondeurs, mais bientôt le soleil vient aussi les transformer en fournaise ardente. C' est avec un peu de mélancolie que nous jetons un dernier regard dans la dépression au fond de laquelle nos petits lacs scintillent paisiblement, puis nous plongeons dans cette vallée encaissée. Longtemps, nous marchons sur des rochers et des pierriers qui, çà et là, sont couverts de lichens et d' herbes coriaces. Quand nous atteignons enfin l' arête sud-est, le soleil nous a derechef mis en nage et a desséché nos gosiers.

Une varappe facile nous conduit au sommet. Nous y jouissons d' une vue étendue sur le brun plateau d' Anatolie qui vibre sous l' ardeur du soleil et qui, tout là-bas, n' est coupé de bandes verdoyantes qu' aux endroits où un ruisseau lui dispense un peu d' eau.

Sur le sommet se dresse un petit buste de Mustafa Kemal Ataturk, qu' un grimpeur d' Ankara n' a hissé qu' hier jusqu' ici. Le peuple turc fait preuve, aujourd'hui encore, d' une reconnaissance exceptionnelle à l' égard du sage fondateur de son Etat actuel.

La descente est facile, une étroite et abrupte languette de cailloutis nous permettant une plongée au pas de course. Mais aucun de nous deux ne souhaiterait monter par ici. Notre traversée de la

Feedback