Expédition White Tower au Mount McKinley

Hinweis: Questo articolo è disponibile in un'unica lingua. In passato, gli annuari non venivano tradotti.

Avec 2 illustrations ( 51, 52)1 The White Tower ( la Tour blanche ) est le titre d' un roman de J. R. Ullman, roman qui a connu aux U. S. A. un succès prodigieux 2. Ce fut un des « best sellers » de 1945; il a eu des millions de lecteurs, et des dizaines de milliers de ceux-ci, ayant trouvé dans ce livre la révélation de l' alpinisme, sont venus à la montagne dont ils ne savaient littéralement rien auparavant.

Ce succès a engagé les producteurs américains de cinéma à en tirer un film qui doit avoir été tourné l' été dernier dans les parages du Jungfraujoch, avec la participation d' André Roch, si je ne fais erreur. Dans le but de faire prendre l' air des montagnes à ses opérateurs, la RKO Radio-pictures proposa au Museum d' Histoire naturelle de Boston d' organiser une expédition préparatoire à quelque haute sommité américaine, où ses cameramen et ses metteurs en scène pourraient se familiariser avec le climat, les sites et les conditions de travail en haute montagne, tandis que les autres membres de l' expédition se livreraient à des recherches et des expériences scientifiques. L' Université de Chicago, l' Institut de Géodésie des U. S. A., ceux de Géologie et de Météorologie, les Ministères de l' Armée et de l' Aviation s' intéressèrent à l' entreprise, et ainsi fut décidée l' Operation White Tower au Mount McKinley, le colosse de l' Alaska, point culminant de l' Amérique du Nord ( 6187 m. ). Il s' agissait principalement d' étudier les rayons cosmiques en haute altitude, de compléter les relevés topographiques et géologiques du massif, de recueillir des données météorologiques, etc. Pour l' armée et l' aviation, ce serait un banc d' essai pour leur nouveau matériel et pour l' alimentation des troupes dans les régions arctiques. L' expédition, qui comptait 17 personnes — grimpeurs, savants, opérateurs, pilotes, conducteur de chiens, etc., fut placée sous la direction du célèbre alpiniste Bradford Washburn, directeur du Museum, qui a fait en 1942 la troisième ascension du Mount McKinley. Mrs. Barbara Washburn, sa femme, l' accompagnait.

Les choses furent rondement menées. Fin janvier 1947, les plans étaient établis définitivement. Malgré des difficultés incroyables à se procurer l' équipe, six semaines suffirent pour achever les préparatifs. Le 17 mars un premier avion léger se posait sur le glacier de Muldrow et y balisait une piste d' atterrissage pour les transports de l' air qui y déposèrent, outre les membres de l' expédition, plus de 5500 kg. de bagages, appareils, instruments, équipement, vivres. Le 12 avril, la dernière charge de matériel arrivait au camp de base et le travail pouvait commencer.

1 Avec nos félicitations, nous exprimons à Mr. Bradford Washburn nos remerciements pour les superbes photos qu' il a mises gracieusement à notre disposition.

2 J. R. Ullman est aussi l' auteur de La Grande Conquête, dont la traduction vient de paraître chez Arthaud.

Die Alpen 1949 - Les Alpes16 L' Alaska et ses montagnes sont connus pour leurs terribles, incessantes et glaciales tempêtes. Le camp de base était à 2000 m. environ; il fallait transporter, en remontant un long glacier effroyablement crevassé cette année-là, des milliers de kilos de vivres et de matériel, établir et approvisionner des camps qui s' échelonnaient jusqu' à 5500 mètres, tout en poursuivant le travail scientifique. Pendant que les opérateurs tournaient leur film, que les topographes établissaient leurs stations, que les radiomen maintenaient les contacts, des patrouilles de reconnaissance cherchaient les passages et marquaient des pistes au moyen de tiges d' osier ou de bambou à travers les formidables cascades de séracs de l' interminable glacier. Jim Gale, un des membres de l' expédition, était un expert dans la construction des iglous. Mr. Washburn ne peut assez vanter ces abris: solides, indifférents aux coups de bélier des plus durs ouragans, assez confortables bien qu' un peu humides, on y était relativement au chaud. Tandis que dans les tentes, sitôt le « primus » éteint, le thermomètre tombait presque instantanément à 25° sous zéro ( centigrades ), dans les iglous, même avec le réchaud éteint et les trous de ventilation ouverts, la température descendait rarement au-dessous de —6°. Jim Gale était à l' avant; lorsque le groupe suivant parvenait au camp, il trouvait comme un petit village d' iglous prêts à l' accueillir. La remontée du glacier jusqu' au camp III, au pied de l' arête Karstens ( 3350 m .) n' exigea pas moins d' un mois de dur travail. C' était le terminus pour les attelages de chiens.

Progressant le long de l' arête Karstens, le groupe de pointe retrouva dans une cache les thermomètres enregistreurs laissés par l' expédition de 1942. O prodige! l' un marquait —40° et l' autre + 15°.

Le 16 mai, les divers groupes échelonnés sur l' arête furent assaillis par un effroyable blizzard qui les retint durant dix jours prisonniers dans les tentes ou les iglous. Le 26, ils purent aller s' établir au Denali Pass 1 ( 5535 m .) pour préparer l' assaut final. Le 6 juin enfin, neuf d' entre eux, dont Mrs. Barbara Washburn, chargés chacun de près de 20 kg. d' appareils divers, parvenaient au sommet sud à 4 heures de l' après; le thermomètre marquait 30° sous zéro. C' était la quatrième ascension du Mount McKinley et la première par une femme.

Le lendemain, temps superbe et pas de vent. Désireux de profiter de ces conditions exceptionnelles, toute la troupe, malgré la fatigue, repart pour escalader le sommet nord ou, cinq heures durant, ils purent mener à chef l' important programme de levés topographiques. De là ils eurent une première vision sur les fantastiques précipices de la face nord-ouest du sommet nord, le fameux Wickersham Wall, une muraille de roc et de glace qui s' élève presque verticalement de plus de 4000 mètres au-dessus du Glacier de Peters, « l' un des plus grands précipices que l' homme connaisse ».

On sait combien l' appétit est capricieux en haute altitude. Or, pour tous les membres de l' expédition, il ne cessa d' être excellent. Mr. Washburn attribue ce fait à deux facteurs: 1° Tous les aliments étaient préparés dans des marmites à pression, ce qui en assurait la cuisson parfaite malgré l' alti 1 C' est du Denali Pass que furent poursuivies, pendant plusieurs jours, les observations sur les rayons cosmiques.

tude. 2° Les fruits et légumes étaient des produits Birdseye congelés, donc infiniment plus riches en vitamines que les vivres déshydratés.

Le 30 juin, tout le monde était de retour à Wonderlake. L' Operation White Tower était heureusement achevée. « Non seulement, écrit le Dr Washburn, elle avait atteint tous les objectifs qui lui étaient assignés, mais elle avait été une des plus parfaites expériences sociales que j' aie vécues en montagne. Quoiqu' on puisse dire, c' est le travail d' équipe plutôt que les individus qui permet de faire la conquête d' une grande montagne. » D' après 1' American Alpine Journal 1948 L. S.

Feedback