La Haute Cime 3260 m.

Hinweis: Questo articolo è disponibile in un'unica lingua. In passato, gli annuari non venivano tradotti.

Chaîne des Denfs du Midi.

Avec 1 illustration et 1 croquis.Par J. Ramel.

lre ascension de la Paroi Sud.

Les nombreuses caravanes de varappeurs qui ont effectué la traversée des Doigts à la Haute Cime n' ont pas remarqué à partir de l' Eperon Cime les superbes dalles d' un gris foncé qui de bien bas rallient l' arête nord-est? Trouverait-on peut-être dans cette paroi sud une voie d' ascension à inaugurer?

De Salanfe ( été 1937 ), à l' aide du télescope de l' Hôtel des Dents du Midi, nous l' avions observée dans tous ses détails, et aucun mur ou paroi verticale ne barraient l' approche des grandes dalles; ces dalles étaient suffisamment fissurées pour pouvoir s' y aventurer une fois dégagées de neige. Au sujet des chutes de pierres, le danger est minime si des touristes ne les envoient pas depuis le sommet. Par acquit de conscience, je propose à F. Coquoz jun. de Salanfe de tenter notre chance un jour de semaine.

Le samedi 31 juillet, comme de grands paresseux, nous quittons l' hôtel à 5 h. 30, heure idéale pour des retardataires, diraient les spécialistes des hauts sommets.

Nous gagnons le Glacier de Plan Névé et le traversons en direction sud-ouest, passons les vires inférieures peu instables des Doigts et, en nous élevant légèrement par des dalles schisteuses, nous venons buter contre le grand mur de soutènement de la Haute Cime. Une demi-heure d' arrêt pour casse-croûte, encordage et espadrilles.

Par une étroite cheminée je franchis cette première paroi haute de 7 m.; en-dessus, une grande dalle couverte d' éboulis demande de l' attention; il faut la traverser de gauche à droite, la longueur de la dalle est d' environ 25 m.; un second mur protège le haut de la dalle; aussi, à main gauche, une étroite fissure garnie de glace m' oblige à abandonner le sac qui est assez lourd. A mi-hauteur, je fixe une cheville et passe le mousqueton; tout essoufflé je réussis à m' établir sur le bord de la paroi, où, solidement installé, je peux ramener mon sac. La corde tendue, en montant, Frédéric enlève chevilles et mousqueton.

A 10 m. derrière nous, un gros bloc en forme d' avant serait un endroit idéal pour un bivouac. A niveau du bloc et à main gauche on s' élève dans de très bon rocher sur environ 30 m. et, devant nous, les grandes dalles se présentent subitement à nous sur une hauteur d' environ 80 m. A main gauche une haute paroi verticale supporte le contrefort sud-ouest de la Haute Cime.

Ces dalles d' une largeur d' environ 50 m. se trouvent partagées en deux parties dans leur hauteur. C' est pour la partie de gauche qui, depuis le pied jusqu' au sommet, est coupée par une étroite fissure, que nous nous décidons. Frédéric fait fonction de leader et s' élève rapidement. A chaque longueur de corde il trouve un appui solide pour assurer. Un peu de cailloutis est à enlever à mesure qu' il avance. En peu de temps nous nous trouvons à 10 m. sous le sommet; la fissure se termine en forme d' entonnoir où tout est délité. Par son bord gauche, nous gagnons la partie supérieure et touchons l' arête terminale à 10 m. du cairn. Il est 13 h. 15. La montée depuis la moraine terminale du glacier partie sud-ouest au sommet nous a pris trois heures trois quarts, arrêts compris.

Cet itinéraire est très intéressant tant au point de vue de la diversité des passages que de la bonne roche. Nous pouvons le recommander pour cordées de trois personnes maximum.

Le pointillé indique la route suivie.

Feedback